Accueil > Artistes russes > GOUDJI, le magicien d’or d’origine géorgienne

GOUDJI, le magicien d’or d’origine géorgienne

Du 26 mai au 16 septembre 2007


L’exposition propose un voyage artistique, un lien entre l’espace profane et le sacré. Si Goudji puise parfois son inspiration dans les civilisations disparues, il transforme, tel un magicien, ses objets en créations très contemporaines avec un style qui lui est propre.

Exposition au château royal de Blois (41)

La ville de Blois et le conseil général du Loir-et-Cher co-produisent, pour toute la saison estivale 2007, une rétrospective consacrée au maître d’art contemporain Goudji. L’oeuvre de Goudji est unique. C’est un véritable trésor qui sera présenté et mis en valeur dans l’écrin du château de Blois. Il consacre un artiste magique de renommée internationale, amoureux du patrimoine de la Vallée de la Loire.

« Qu’importe la technique, seule la créativité compte ». Goudji a réinventé l’orfèvrerie en lui donnant une dimension sculpturale. Ce magicien martèle les feuilles délicates d’or et d’argent, les bosselle, les brunit, y applique des pierres de couleur aux appellations poétiques : aventurine, serpentine, pyrite, hématite, lapis-lazuli, sodalite, jaspe, cristal rutile... Il crée des objets de beauté, profanes ou sacrés, ainsi qu’un bestiaire fabuleux, des bijoux dignes de quelques déesses antiques ou encore des oeuvres dédicatoires telles les épées d’académiciens. Toutes ses créations sont uniques, fruits de son imagination, elles sortent spontanément de ses mains, grâce aux outils qu’il forge lui-même au gré de ses besoins. Ce qui frappe dans l’art de Goudji, c’est sa volonté de donner aux objets une dimension mythique tout en gardant leur signification originelle. Cet art qui vient de loin dans l’espace et le temps, du plus profond de la sensibilité de l’artiste, est aussi un art résolument planté dans le monde actuel et qui le reflète. Il rejoint ce point magique où la beauté transfigure le réel sans perdre le contact avec lui.

Mise en scène dans le château de Blois, l’exposition, sur les 300 m2 des trois salles de l’ancienne bibliothèque, présentera 236 objets de cet orfèvre hors pair, soit trente ans de travail. De nombreux collectionneurs se sont associés à cette rétrospective, ainsi que de nombreux lieux de culte tels le Vatican, la cathédrale de Chartres, l’évêché de Blois. Des pièces d’exception seront créées et réalisées spécialement pour la ville de Blois, le département et le château, dont une salamandre, animal emblématique de François Ier, ainsi qu’un cerf ailé en or et lapis-lazuli, rappelant que Blois et Chambord se côtoient.

1er salon : « Le temps des bijoux » propose des objets réels et irréels qui sont inspirés de différentes civilisations. Ce salon présente également l’atelier du magicien dont les outils sont façonnés par l’artiste. C’est l’univers des formes, des oeuvres premières et géométriques.

2e salon : « Le monde imaginaire » expose des oeuvres s’inspirant de l’eau et du feu, ainsi que de thèmes comme le temps, les hommes symboliques, l’innocence, l’attente. À découvrir aussi « La Table des dieux » qui présente des objets extraordinaires.

3e salon : « Les objets du monde réel » avec le grand bestiaire de Goudji, animaux de légende, l’art sacré et objets cultuels, l’art profane (épées d’académiciens).

L’exposition propose un voyage artistique, un lien entre l’espace profane et le sacré. Si Goudji puise parfois son inspiration dans les civilisations disparues, il transforme, tel un magicien, ses objets en créations très contemporaines avec un style qui lui est propre, une « patte » et une signature évidentes qui font rêver et laissent l’empreinte de son passage sur cette terre.

L’exposition de Goudji s’inscrit dans une nouvelle dynamique en Loir-et-Cher : la signature touristique du département devient Coeur Val de Loire. L’objectif : promouvoir les trésors méconnus répartis sur tout le territoire de Loir-et-Cher. Ainsi, sur le thème de la magie, en partant de l’exposition Goudji, le visiteur poursuivra son parcours initiatique à la découverte du bestiaire merveilleux au fil du patrimoine, en profitant des événements de la saison 2007.

Qui est Goudji ?

Goudji est un maître d’art français, d’origine géorgienne, né en 1941. De 1958 à 1962, il étudie les Beaux-Arts à l’Académie de Tbilissi. Puis il entre à l’Union des artistes de l’URSS à 23 ans, ce qui fait de lui le plus jeune membre jamais accepté par cette institution. À cause de son mariage avec Katherine Barsacq, une Française, fille du célèbre metteur en scène du Théâtre de l’Atelier à Paris, les autorités lui refusent tout travail. Après cinq ans de démarches incessantes et l’intervention personnelle de Georges Pompidou, il parvient à quitter l’URSS en 1974 et s’installe à Paris. Il déclare alors : « Je suis né à Paris, à l’âge de 33 ans ». Depuis son arrivée à Paris, Goudji expose en France et dans le monde entier. Il est considéré comme un « dieu vivant » au Japon. En France, il reçoit de nombreuses distinctions et a été promu Maître d’Art en 1998 par le ministre de la Culture.



Un homme sans patrie, c'est un rossignol sans chanson. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0