Accueil > Expositions > Exposition ’Peintre Martiros Sarian (1880-1972) ou les couleurs de (...)

Exposition ’Peintre Martiros Sarian (1880-1972) ou les couleurs de l’Arménie’

Du jeudi 1er février au samedi 31 mars 2007 / Entrée Libre


Dans le cadre d’’Arménie, mon amie’, Année de l’Arménie en France, la ville d’Issy-les-Moulineaux vous invite à découvrir Martiros SARIAN, le père de la peinture moderne arménienne. Particulièrement influencé par l’art russe, et tout spécialement par des peintres tels que Valentin Serov et Konstantin Korovin, il développe un art singulier qui fait de lui un des plus grands coloristes de la peinture européenne.

"SARIAN ou les couleurs de l’Arménie"
Du jeudi 1er février au samedi 31 mars 2007 / Entrée Libre
Vernissage : vendredi 2 février 2007 à 12 h
Musée Français de la Carte à Jouer
Exposition réalisée par la Ville d’Issy-les-Moulineaux
En partenariat avec le Musée Sarian, Erevan – Arménie

Cette exposition, l’un des temps forts de l’Année de l’Arménie en France (21 sept 2006 – 14 juillet 2007) coordonnée par le commissaire général français Mme Nelly Tardivier-Henrot et le commissaire général arménien, M. Viguen Sargsyan, retrace l’œuvre importante de Sarian (1880-1972) étayée par un langage coloré extrêmement original né à la croisée de l’Orient et de l’Occident.

Martiros Sarian (1880 -1972) est considéré comme l’un des plus grands artistes arméniens de son siècle. Formé à l’Académie des beaux-arts de Moscou, où il étudie la peinture, la sculpture et l’architecture, il réalise son premier cycle de peintures au retour d’un voyage en Turquie, Iran et Egypte.

Particulièrement influencé par l’art russe, et tout spécialement par des peintres tels que Valentin Serov et Konstantin Korovin, il développe vite un art singulier qui fait de lui un des plus grands coloristes de la peinture européenne, dans la lignée des fauves en France et des expressionnistes en Allemagne. Martiros Sarian est un artiste du paysage décoratif, remarquable aussi par la précision de ses portraits, par son coloris de natures mortes, de panneaux décoratifs, d’illustrations de livre, de peintures théâtrales…

En 1921, il s’installe à Erevan. Ses oeuvres ont souvent été montrées à Moscou, Saint-Pétersbourg, Tbilissi et dans une douzaine de pays. Très reconnu au sein de l’Union soviétique, il a reçu de nombreux titres dont celui d’Artiste du peuple d’URSS.

A travers de nombreux paysages, natures mortes, portraits, décors de théâtre et illustrations de contes et récits traditionnels, de même que par les actions menées en faveur de la valorisation et du développement de la culture, cette exposition souhaite témoigner de l’engagement de Martiros Sarian pour l’Arménie, devenue, au fil des années et des épreuves traversées, source constante de son imagination !

Evocation des liens particuliers tissés par l’artiste avec la France, un espace spécifique s’arrêtera également sur le séjour de Sarian à Paris de 1926 à 1928.

A propos de SARIAN

Inspiré dès sa jeunesse par l’Arménie, ses lieux et ses hommes, ses récits ancestraux et ses réalisations artistiques séculaires, l’artiste n’en a pas moins été formé à l’École russe, ouverte aux influences étrangères contemporaines. C’est dans la capitale moscovite qu’il a découvert au début du XXe siècle – au sein de l’extraordinaire collection de Serguei Chtchoukine et dans le cadre des expositions de La Toison d’or – les tableaux des post-impressionnistes parmi lesquels ceux d’Henri Matisse, lequel vécut et eut son atelier à Issy entre 1909 et 1917. Poursuivant à sa manière les recherches du Fauvisme français et de l’Expressionnisme allemand, Sarian reste unique par l’audace dont il a fait preuve dans le traitement lumineux de la couleur et de son expression optimiste du monde.

MUSÉE FRANÇAIS DE LA CARTE À JOUER & Galerie d’Histoire de la Ville
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux

AUTOUR DE L’EXPOSITION AU MUSEE FRANÇAIS DE LA CARTE A JOUER

Conférences (entrée libre) :

- Samedi 3 février à 16h30 : Sarian et la France
Par Rouzan Sarian, directrice du Musée Sarian à Erevan, petite-fille du peintre

Martiros Sarian effectue un voyage à Paris en 1926 ; il y reste deux années. Expositions et recherches picturales sont au rendez-vous de cette rencontre avec la France de la fin des Années Folles.
Au mois de juin 1927, Sarian présente dix toiles dans le cadre de l’exposition « Mir Iskousstva » (« Le Monde de l’Art ») organisée par un groupe de peintres russes résidant à Paris.

Dans son atelier de la rue Broca, à côté de quelques toiles représentant des scènes parisiennes, voisinent des toiles dédiées à l’Arménie. En effet la nature, les paysages de l’Arménie, le visage d’Erevan sont tellement présents en lui que Sarian éprouve le désir permanent de reproduire sur la toile les images de son pays.
L’objet principal de son voyage reste cependant la tenue d’une exposition personnelle : l’ouverture de cette dernière a lieu le 7 janvier 1928 à la Galerie Girard, dans le 7e arrondissement parisien. Le catalogue de l’exposition débute par une préface de Louis Vauxelle, éminent critique d’art. Parmi les visiteurs du premier jour on peut reconnaître l’écrivain Henri Barbusse, l’architecte Le Corbusier, les peintres Karovine, Ustislav Daboujinsky, le peintre-graveur arménien Edgar Chahine, les sculpteurs Gurdjian et Kachar.


Le retour à Erevan est marqué par un événement dramatique : une trentaine de toiles brûle en mer Noire lors d’un incendie déclaré sur le navire qui les ramenait, emportant le fruit de la rencontre de Sarian avec Paris. Seules des photographies restent les témoins de ces œuvres disparues.

- Jeudi 15 mars à 18h30 : La formation de la communauté arménienne à Issy-les-Moulineaux. Histoire et mémoire
Par Martine Hovanessian, chercheur au CNRS, anthropologue

Sur les chemins de l’exil dès les années 20, les Arméniens alors réfugiés apatrides, survivants du génocide de 1915, se regroupent dans certains pôles urbains en France. La mémoire collective déploie toute l’histoire de cette refondation à Issy, devenu un territoire arménien à l’échelle de la diaspora.

Animations :

Ateliers pour les enfants les mercredis de 14h à 15h30
À partir de 7 ans, sur réservation – 3,5€ pour les Isséens / 5,5€ hors commune

- Mercredis 7 février, 21 février, 7 mars, 21 mars : Ateliers de peinture autour de l’œuvre de Martiros Sarian, père de la peinture moderne arménienne.

- Mercredi 14 février : Découverte d’un jeu Arménien, le Belot, qui ressemble curieusement à notre Belote !

Pour tous :

- Dimanche 18 février de 15h à 17h30
Initiation à une règle de jeu : le Belot
Découverte d’une règle d’un jeu de cartes arménien.

Visites guidées pour les groupes
Visites groupes sur réservation
Groupes adultes : 90 € de droit de conférence + entrée à tarif réduit par personne.
Scolaires, centres de loisirs : 40 € (gratuit pour les Isséens) - Visite + atelier : 70 € (gratuit pour les Isséens)

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

MUSÉE FRANÇAIS DE LA CARTE À JOUER & Galerie d’Histoire de la Ville
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
Tél. : 01 41 23 83 60

Moyens d’accès :
- Métro : Mairie d’Issy (ligne 12)
- Bus : 123, 126, 169, 189, 190, 289, 290, 323, Tuvim
- RER, ligne C / Tram Val de Seine

Jours et heures d’ouverture :
- Mercredi, samedi et dimanche de 11h à 18h
- Jeudi : 14h à 20h - Vendredi : 14h à 18h
- Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé lundi et jours fériés
- Galerie permanente : Entrée libre le premier dimanche de chaque mois.
- Plein tarif : 3,8 €/3 € pour les Isséens.
- Tarif réduit : 3 €/2,3 € pour les Isséens
- Gratuit pour les moins de 18 ans. Visite guidée tous les dimanches à 15h30 (gratuite avec le ticket d’entrée du musée)
- Audio guide français/anglais : gratuit
- Exposition temporaire : « Sarian ou les couleurs de l’Arménie »
En accès libre



On n'attelle pas au même timon le cheval fougueux et la biche craintive. Ivan Tourgueniev

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0