Accueil > Livres > Livre de Daniil Harms ’Le Tombement’

Livre de Daniil Harms ’Le Tombement’

Le livre est paru le 15 mars 2005


Daniil Harms est né à Saint-Pétersbourg en 1905, Daniil Harms était un personnage excentrique de l’avant-garde artistique russe. Daniil Harms, l’un des écrivains russes les plus importants de sa génération, connaît un extraordinaire regain de popularité depuis une dizaine d’années.

Dès 1925, il fait partie de l’Union des Poètes. En 1927 il fonde avec ses amis l’Association pour un Art Réel (OBÉRIOU) et milite pour un théâtre et une poésie libérés, mais chacun de ses actes est condamné par le régime. Daniil Harms de son vivant n’a pu publier que deux poèmes, hormis les textes pour les enfants qu’il écrivait pour vivre.
La répression s’endurcit dans les années trente. Harms est envoyé en exil à Koursk en 1932, puis il revient à Leningrad où il connaît la misère. Il écrit moins de poèmes et plus de récits en prose.Appartements communautaires, disparitions subites, victoire de la médiocrité, la réalité soviétique de ces années de fer est distillée dans ses textes courts jusqu’à une densité révélatrice de la petite erreur sur laquelle se base l’Univers.

En 1941, tandis que les Allemands progressent vers Leningrad, Daniil Harms est arrêté au sortir de chez lui. Il meurt en détention quelques mois plus tard.
L’œuvre de Daniil Harms échappe de peu à la destruction. Contenue dans une valise, elle est récupérée pendant le blocus de Leningrad par un ami de Harms, le philosophe Iakov Drouskine, dans l’immeuble bombardé où vivait l’écrivain.

HARMS Daniil ’Le Tombement’

Ce recueil reprend les meilleurs textes courts de Daniil Harms, dont le lecteur français connaît déjà les œuvres complètes (Écrits, Christian Bourgois). Au paroxysme d’une époque de terreur (les années 30 en Russie), les textes de Harms poussent à son terme les principes de l’avant-garde russe : autonomie de l’art, humour noir, cruauté et indifférence face au sort de l’autre, impossibilité de la communication et éclatement de la vie.

Éditions "L’Engouletemps"



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0