Accueil > Spectacles > Ballets > ’La Giselle rouge’ par le Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg (Russie)

’La Giselle rouge’ par le Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg (Russie)

Les 7, 8 et 9 avril 2005


Acclamé pour son extraordinaire théâtralité, le Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg, en Russie, fait ses débuts au Canada avec sa ’Giselle rouge’. Illustrant le mélange singulier de classicisme et d’innovation contemporaine, combiné à des techniques théâtrales et cinématographiques qui caractérisent le directeur-chorégraphe Boris Eifman, l’œuvre mélodramatique évolue dans le contexte brutal de l’oppression artistique soviétique.

Inspiré de l’histoire vraie d’une ballerine talentueuse condamnée à l’exil par son art et la société, La Giselle rouge est dédié à la mémoire d’Olga Spessivtseva et interprété par des danseurs sortis de la fameuse méthode Vaganova. Cette œuvre inusitée est dansée sur des musiques de Bizet, Tchaïkovski, Schnittke et autres.

Fondés en 1957 par Ludmilla Chiriaeff, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal se dédient au développement du ballet sous toutes ses formes afin de susciter la découverte, stimuler l’imaginaire et transmettre la passion de la danse au public d’ici et d’ailleurs.

Au fil des ans, en plus de présenter quelques classiques du XIXe siècle, le répertoire s’est enrichi des grands créateurs du XXe (Balanchine, Jooss, Nijinski) en plus d’avoir vu naître ici des créateurs maintenant reconnus. Fernand Nault, Brian Macdonald, James Kudelka, Édouard Lock, Ginette Laurin, pour ne nommer que ceux-là, ont posé les premiers jalons de la création aux Grands Ballets. Depuis l’arrivée de Gradimir Pankov à la direction artistique, cet amoureux fou de la danse a accéléré la tendance : La Dame de pique, Carmen, Noces, Celle qui, dit-on, aurait perdu sa chaussure (Cendrillon) en sont des preuves éloquentes. La Compagnie se distingue donc par son engagement à créer des œuvres d’artistes de la relève d’ici et d’ailleurs tels que Kim Brandstrup, Stijn Celis, Didy Veldman, et autres, en plus de présenter les œuvres maîtresses des plus grands chorégraphes d’aujourd’hui tels Jirí Kylián, Mats Ek, Nacho Duato ou Ohad Naharin.

Les Grands produisent annuellement 4 spectacles dansés par la compagnie en plus d’être, fait unique au monde, le présentateur de 3 compagnies invitées. Le public peut ainsi découvrir de grandes compagnies internationales comme le Ballet Cullberg de Suède, la Compañía Nacional de Danza, le Ballet de Varsovie, The José Limón Dance Company. Présents aussi sur les scènes du monde, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal se sont produits avec succès ces trois dernières années au Canada, au Mexique, en Espagne, en Allemagne et aux États-Unis.

Forts de la qualité d’interprétation et du niveau de performance des 36 danseurs des Grands, qui reposent sur la discipline et les fondements du ballet classique, Gradimir Pankov peut à présent créer de nouvelles œuvres et intéresser de grands chorégraphes à venir travailler ici. La Dame de pique, Minus One et Soirée Jirí Kylián ou Soirée Mats Ek ne sont que quelques exemples récents de succès auprès du public et de la critique qui démontrent que Les Grands se sont forgés une nouvelle identité grâce à des œuvres actuelles, pertinentes, touchantes... et sans frontières culturelles ! Incarnée de la façon la plus authentique qui soit par ces professionnels d’ici et des quatre coins de la planète, c’est cette identité que Les Grands veulent vous faire découvrir.

La Giselle rouge du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg sera présenté les 7, 8 et 9 avril 2005 à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts / Les Grands Ballets Canadiens de Montréal.

Les Grands Ballets Canadiens de Montréal
4816, rue Rivard, Montréal (Québec) H2J 2N6
(514) 849-8681.



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0