Accueil > Festivals > Festival de Gogol, écrivain ukrainien

Festival de Gogol, écrivain ukrainien

Vendredi 11 mars 2005


Nikolaï Vassiliévitch Gogol est né en 1809 à Sorotchinskaia, province de Poltava, dans une famille appartenant à la petite noblesse d’Ukraine. Novateur dans la littérature ukrainienne, contemporain et grand ami de Pouchkine, c’est lui, Gogol, qui aura donné les sujets de méditation et d’inspiration aux autres écrivains russes.

Auteur de théâtre, romans et nouvelles, il est considéré avec Pouchkine, son aîné de dix ans, comme l’un des pères de la littérature russe. Auteur notamment du Revizor, des Ames mortes et des Nouvelles de Petersbourg (Le Journal d’un fou, Le nez, Le manteau...). Il fut souvent pris pour un satiriste, alors qu’il voulait stigmatiser les multiples lâchetés des hommes.

Le Manteau d’après Nicolas Gogol

Vendredi 11 mars 2005 à 19 h 30 Théâtre Jean Arp
Théâtre de la Jacquerie.
Adaptation et mise en scène Alain Mollot.
Avec Serge Djen, Julie Ferrier, Mélanie Mazoyer, Alexandra Mellis, Jorge Migoya, Alexandre Picard, Yseult Welschinger

Homme terne et anonyme, employé aux écritures de l’administration impériale de Saint-Pétersbourg, Akaki Akakievitch vit dans une absence quasi complète de relation humaine. L’impossibilité de conserver un hiver de plus son vieux manteau maintes fois rapiécé, le contraint, après de nombreuses économies, à faire l’achat d’un neuf. Le voilà vu et admiré... une journée durant !

Akaki, obscur fonctionnaire de l’administration impériale russe, vit dans une absence quasi-totale de relations humaines. Las de son manteau maintes fois rapiécé, il se découvre le désir obsessionnel de posséder un manteau neuf. Il se jette alors dans des privations incroyables pour économiser, jusqu’au jour où le manteau est enfin là. Akaki est alors vu et admiré. Il existe enfin. Le soir même, il se le fait voler par une bande de voyous. Dépouillé de son manteau, Akaki redevient invisible, sombre dans la déchéance et meurt. Son fantôme viendra terroriser la ville. Si le fond est grave, la forme choisie pour raconter cette histoire est légère et burlesque. Un théâtre jubilatoire, accessible au plus grand nombre, où les comédiens sont tour à tour musiciens, chanteurs, danseurs et manipulateurs.

Traité sous forme de cabaret, ce Manteau nous adresse, en passant, quelques vérités bien senties.

Vendredi 11 mars 2005 à 19 h 30 Théâtre Jean Arp
Bureaux provisoires pendant les travaux sur l’esplanade du Théâtre
22, rue Paul Vaillant-Couturier
92140 Clamart


Lecture de textes de Gogol, écrivain ukrainien

Le 11 mars à 18 h à la Bibliothèque municipale.
Durée : 1 h
Auditorium du Conservatoire
À voir en famille à partir de 8 ans

Autour du spectacle :

- rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.



Qui est seul n'est pas toujours pauvre, mais qui est pauvre est trop souvent seul. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0