Accueil > Livres > Livre franco-russe ’Ingénieurs de l’âme’

Livre franco-russe ’Ingénieurs de l’âme’

Par Frank Westerman


L’éloge de ces grands travaux devint à cette époque un genre littéraire en soi auquel Frank Westerman, lui-même ingénieur hydraulique, s’est intéressé de très près. Pour ce récit, il a entrepris deux grands voyages : l’un dans le golfe de Kara-Bogaz, aujourd’hui une baie boueuse de la mer Caspienne mais décrite en 1932 par Konstantin Paoustovski dans son livre Le Golfe de Kara-Bogaz comme une merveille de technologie hydraulique ; le second parmi les oeuvres et les vies des écrivains soviétiques et russes - Maxime Gorki, Andreï Platonov, Boris Pilniak et Isaak Babel.

Editeur : BOURGOIS

Broché / 344 pages / 0.3600 kg

C’est en 1932 que Staline utilisa pour la première fois l’expression " ingénieurs de l’âme " pour évoquer les écrivains soviétiques, expression devenue rapidement un concept redouté. De pair avec les véritables ingénieurs, les ingénieurs de l’âme étaient censés contribuer à l’établissement définitif du paradis communiste : respectivement, en transformant l’apparence du pays par d’ambitieux travaux hydrauliques - le port de Moscou ! - et en influençant les âmes de ses habitants par les livres, de façon à ce que " l’Homme Nouveau " puisse se développer.

L’éloge de ces grands travaux devint à cette époque un genre littéraire en soi auquel Frank Westerman, lui-même ingénieur hydraulique, s’est intéressé de très près. Pour ce récit, il a entrepris deux grands voyages : l’un dans le golfe de Kara-Bogaz, aujourd’hui une baie boueuse de la mer Caspienne mais décrite en 1932 par Konstantin Paoustovski dans son livre Le Golfe de Kara-Bogaz comme une merveille de technologie hydraulique ; le second parmi les oeuvres et les vies des écrivains soviétiques - Maxime Gorki, Andreï Platonov, Boris Pilniak et Isaak Babel - forcés d’écrire au service d’une idéologie et auxquels Frank Westerman restitue leur véritable histoire.



On n'attelle pas au même timon le cheval fougueux et la biche craintive. Ivan Tourgueniev

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0