Accueil > Spectacles > Ballets > Le Petit Cheval Bossu (Ballet russe)

Le Petit Cheval Bossu (Ballet russe)

1er novembre 2010


Le ballet Le Petit Cheval bossu s’inspire, quant à lui, du conte populaire de Piotr Erchov. L’histoire repose sur la même source, en proposant un développement et un dénouement quelque peu différent.

La venue du Théâtre Mariinski (ex-Kirov) de Saint-Pétersbourg sous la direction de Valery Gergiev constitue une tradition ancienne qui crée toujours l’événement, d’autant plus lorsque cette phalange mythique vient dérouler les sortilèges sonores de Chtchedrine.

Orchestration rutilante et harmonies étourdissantes transporteront l’auditeur dans les mondes fantastiques du Petit Cheval bossu et du Vagabond ensorcelé pour deux soirées proprement magiques.

- Lundi 1er novembre 2010
Musique : Rodion Chtchedrine
Direction : Valery Gergiev
Chorégraphie : Alexeï Ratmanski
Décors et costumes : Maxim Isayev
solistes : Kristina Kapustinskaya
Solistes : Andrei Popv, Sergeï Alexashkin

Théâtre du Châtelet / Mariinski : une histoire centenaire
Le Théâtre du Châtelet entretient de longues relations avec le Mariinski (ex- Kirov) de Saint-Pétersbourg, depuis les années glorieuses des « Saisons russes » de Serge Diaghilev, qui constitua sa compagnie de ballet en 1909, à partir des meilleurs éléments du Théâtre Marie.

Avec la Guerre Froide, les apparitions du Kirov se firent plus rares à Paris, mais après la perestroïka, les liens ont pu se renouer, d’autant que le Mariinski des années 2000 a su trouver en Valery Gergiev un chef d’orchestre de premier plan et un directeur général capable de dynamiser et de fédérer toutes les forces du théâtre (orchestre, choeurs, chanteurs et ballet) en les hissant au meilleur des scènes internationales.

Dès la saison 2002-2003, le Châtelet présentait ballets, opéras et concerts venus du Mariinski : en octobre une « soirée Nijinski-Fokine » (Petrouchka, Shéhérazade, Le Spectre de la rose, Danses polovtsiennes, L’Oiseau de feu), Casse-Noisette, la reconstitution de La Bayardère en 4 actes ; puis en janvier les opéras Le Démon, Eugène Onéguine, La Dame de Pique et, en mars, Iolanta. En novembre et décembre 2005, le Ballet du Mariinski présentait un programme Forsythe, une soirée Balanchine et Le Lac des cygnes, tandis qu’une nouvelle production lyrique du Voyage à Reims remportait par son originalité un vif succès.

Deux représentations exceptionnelles !

L’opéra-concert de Chtchedrine, Le Vagabond ensorcelé, a été créé à New-York en 2002 et joué pour la première fois en Russie en 2007 seulement. Cependant, il est rapidement entré au répertoire du théâtre Mariinski, ayant été joué à Saint-Pétersbourg et en tournée.
Inspiré d’une histoire de l’auteur russe du 19e siècle, Nikolai Leskov, l’opéra est situé dans une ambiance de folklore et de croyances russes. Au cours de ses voyages, un jeune homme prénommé Ivan flagelle un moine à mort. Il est capturé et torturé par les Tatars, rejoint l’escorte d’un prince en tant qu’entraîneur de cheval, tombe amoureux d’une femme gitane, qu’il perd ensuite car elle lui demande de la tuer ; il est finalement conduit par le fantôme de cette femme dans un monastère, où il prie pour expier ses actes.

Théâtre du Châtelet
Service des Relations avec le Public
2, rue Edouard Colonne, 75001 Paris
T.01 40 28 28 40
F.01 40 28 29 01



Les plumes décorent le paon, l'instruction l'homme. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0