Art Russe

 
Accueil
Boutiques
Spectacles
Cinma
Expositions
Festivals
Opra
Musique
Thtre
Cirque
Peinture
Sculpture
Danse
Livres
 


’Les trois soeurs’ de Fomenko - Spectacle en russe, surtitr en franais
Du 3 au 7 novembre 2004

Plus longue que ses autres pices ( l’exception du ’monstre’ Platonov), plus nigmatique et plus droutante, Les Trois sœurs occupe une place un peu part dans l’œuvre de Tchekhov, comme une tape avant La Cerisaie, en suspens entre deux mondes. Inscrite dans le vertige du temps, entre pass et futur, emblme d’une Russie au bord du gouffre, dans une fin de sicle en proie une immense dtresse.

Spectacle en russe surtitr en franais, mont par une lgende de la scne internationale, Piotr Fomenko. Macha, Olga et Irina rvent d’un grand dpart pour Moscou. Elles tentent d’organiser le mortel ennui, matre absolu du village de garnison o elles demeurent. l’aube du XXe sicle, Tchekhov dpeint trois ges, trois tempraments fminins, et avec eux la ncessit des bouleversements venir. Il observe le dsenchantement du sicle, parcourt l’tendue des dsillusions qui lui sont contemporaines.

Distribution :

- Touzenbah - Kirill Pirogov
- Irina - Ksenia Koutepova
- Macha - Polina Koutepova
- Olga - Galina Tunina
- Tcheboutykine - Youri Stepanov

A l’affiche du 3 au 7 novembre 2004 19h30

Spectacle en russe surtitr en franais de Anton Tchekhov ; mise en scne Piotr Fomenko ; avec les comdiens de l’Atelier Piotr Fomenko. Cration de l’Atelier Piotr Fomenko

Le public franais va dcouvrir un trs grand metteur en scne et un exceptionnel directeur d’acteurs. Ce qu’il donne voir sur un plateau est lumineux, jusqu’ cette langue russe qu’on a soudain l’impression de comprendre !

A plus de soixante-dix ans passs, tout entier habit par son art, Fomenko continue d’clairer sa vie la lumire des grands classiques du thtre russe. C’est l qu’il trouve, dit-il, "une vraie vrit du thtre ", lui qui a connu la censure des annes sovitiques, lui qui "a mesur le degr de l’absence de libert et celui du mensonge suprme ". Avec les "Fomenki ", sa fidle troupe d’acteurs - d’ anciens lves de l’cole du GITIS Moscou, o il enseignait -, il monte aujourd’hui Les Trois sœurs de Tchekhov."

Nous en parlons depuis quinze ans, soulignent les Fomenki ; maintenant nous sommes prts. "Prts... mais dpouills de tous les strotypes qui courent sur la pice et sur Tchekhov ; c’est ainsi que les veut Fomenko. La plupart des metteurs en scne nous font entendre" la petite musique nostalgique" de Tchekhov, son humour, un Tchekhov tout en lyrisme et en demi-teintes ; cette lecture - qui trouve racine dans la tradition du thtre d’art et des mises en scne de Stanislavski - Fomenko entend tourner le dos. Tchekhov n’est pas un auteur lger, ses personnages ne disent jamais de futilits et Les Trois sœurs est une pice srieuse. Nous voil prvenus...


La pice

Recluses dans leur maison familiale, Olga, Macha, et Irina n’ont qu’un rve : retourner Moscou. La prsence d’une batterie et de ses officiers dans leur petite ville de province change, pour un temps, le cours de leur vie : Macha, victime d’un mariage prcoce, s’amourache du commandant, Olga trouve un regain d’nergie et Irina se fiance un lieutenant. Mais, bientt, avec le dpart des troupes et la mort en duel du fianc d’Irina, la solitude revient, d’autant plus pesante qu’elle est dpouille d’illusions...

En 1900, lorsqu’il crit Les Trois sœurs, Tchekhov est au sommet de sa gloire. Il est, avec Tolsto, l’crivain russe le plus clbre au monde. Son œuvre littraire, et dramaturgique commence trs tt avec la publication de recueils de nouvelles - qui lui ont notamment permis de financer ses tudes de mdecine - s’est double d’une œuvre dramaturgique enfin reconnue. Le succs de La Mouette et d’Oncle Vania incite Stanislavski et Dantchenko, qui ont fond en 1897 le Thtre d’art de Moscou, lui demander d’crire une nouvelle pice. Ce sera Les Trois sœurs. Tchekhov crit le rle de Macha l’intention de l’actrice Olga Knipper dont il est tomb amoureux. Il se sait ce moment-l atteint de tuberculose et gravement malade (il meurt en 1904).

La premire lecture des Trois sœurs laisse les acteurs perplexes : ce n’est pas vraiment une pice, c’est une srie de tableaux... C’est injouable, il n’y a pas de rles... La premire reprsentation, le 31 janvier 1901, sur la scne du Thtre d’Art, provoque l’enthousiasme des critiques libraux mais l’indignation des conservateurs. Plus longue que ses autres pices ( l’exception du " monstre" Platonov), plus nigmatique et plus droutante, Les Trois sœurs occupe une place un peu part dans l’œuvre de Tchekhov, comme une tape avant La Cerisaie, en suspens entre deux mondes. Inscrite dans le vertige du temps, entre pass et futur, emblme d’une Russie au bord du gouffre, dans une fin de sicle en proie une immense dtresse.

Quelques citations

Oh, mes sœurs, mes chries, notre vie n’est pas encore termine. Nous vivrons ! La musique est si gaie, si joyeuse ; encore un peu, on croirait savoir pourquoi l’on vit, pourquoi l’on souffre... Si l’on pouvait savoir ! Si l’on pouvait savoir ! Olga (acte IV)

Est-ce que tu joues bien, mon cœur ? Ae, fais attention ! Ne prends d’expression afflige dans aucun des actes. Fche oui, mais pas afflige. Les gens qui portent en eux le chagrin depuis longtemps ont fini par s’y habituer, ils sifflotent seulement de temps en temps et sont souvent pensifs. Extrait d’une lettre de Tchekhov Olga Knipper le 2 janvier 1901 (Olga rpte alors le rle de Macha dans Les Trois sœurs)

Dans l’œuvre de Tchekhov passe un cortge d’esclaves, esclaves de leurs amours, de leur btise, de leur paresse ou de leur avidit de bien-tre, esclaves d’une peur obscure de la vie, vaguement troubls, remplissant leur existence de discours dcousus sur l’avenir parce qu’ils sentent qu’il n’y a pas de place pour eux dans le prsent. Certains forment de jolis rves sur la beaut de la vie dans deux cent ans mais personne ne se pose cette simple question : qui donc la rendra belle, si nous nous bornons rver ? A ct de cette foule grise et ennuye d’tres impuissants, est pass un homme grand, intelligent, attentif. Il a jet un regard sur ces mornes habitants de sa patrie et dchir de dsespoir, sur un ton de doux mais profond reproche, il leur a dit avec un triste sourire, d’une belle voix sincre : " Que vous vivez mal, messieurs !" / Maxime Gorki

Chaillot (Thtre National)
1, Place du Trocadro
75 016 Paris
Mtro : Trocadro
Bus : lignes 22- 30-63-72-82


Librairie russe Slavika.com

Dans la mme rubrique :


 

 

Art Russe - Festival de l'Art Russe - Rendez-vous culturels russes en FranceRussomaniaRussie.net, le Web franco-russe!Russie.TV



Pour contacter www.Art-Russe.com, cliquez ici!

Asie-centrale.com, France-Belarus.com, France-CEI.com, France-Ukraine.com, Pays-baltes.com, Russie.net, Russie.tv, Russomania.com, Slavika.com