Art Russe

Art Russe

 

Accueil
Boutique
Spectacles
Cinéma
Expositions
Festivals
Opéra
Musique
Théâtre
Cirque
Peinture
Sculpture
Danse
Livres
Où sortir?
Nos invitations!

Théâtre

Parcours Marina Tsvétaïéva

Soirée spectacle enregistrée en public au Théâtre de l'Aquarium


avec
Anouk Grinberg
Tonia Galievsky

et
Anne-Marie Fijal
au piano

proposé par
André Velter
et Claude Guerre
de
L'Orphée Studio de France Culture

Née à Moscou en 1892 dans une famille de grande culture, enfant prodige, Marina Tsvétaïéva commence très jeune à écrire et à publier. Prise dans la tourmente révolutionnaire après l'écrasement de l'Armée blanche dans laquelle son mari s'est engagé comme officier, elle vit un douloureux exil de dix-sept ans à Berlin, à Prague, puis à Paris. De retour dans son pays natal en 1939, réduite à néant par la terreur stalinienne, elle se suicide deux ans plus tard dans un village de Tatarie. Il est des talents si impétueux que les évènements les plus dévastateurs de l'histoire ne peuvent les étouffer. Admirée et aimée par Pasternak, Rilke et Mandelstam, Tsvétaïéva fait l'objet aujourd'hui d'un véritable culte en Russie. Dans son œuvre se mêlent à l'infini tendresse et paroxysme. 
Entre révolte et impossible espoir, la singularité tragique de son itinéraire, d'une indestructible intégrité, garde en effet toute sa charge libératrice. "Jamais, comme l'affirma Joseph Brodsky, une voix plus passionnée n'a retenti dans la poésie russe du XX° siècle."

Mardi 25 février 2003 à 20H30
Tarif unique à 14 €
RÉSERVATION AU 01 43 74 99 61

Théâtre de l'Aquarium
Route du Champ de Manœuvre - 75012 Paris
Tél. : 01 43 74 72 74.

"Tsvétaïéva était une femme à l'âme virile, active, décidée, conquérante, indomptable. Dans sa vie comme dans son œuvre, elle s'élançait impétueusement, avidement, vers le définitif et le déterminé ; elle alla très loin dans cette voie, et y dépassa tout le monde… Elle a écrit une grande quantité de choses inconnues chez nous, des œuvres immenses et pleines de fougues."

Pasternak

Extrait de Anthologie de la poésie russe, nfr, Poésie/Gallimard, éd. 1993


Marina Tsvétaïéva
Son premier livre, " L'album du soir ", paraît en 1910. Elle a 19 ans.
En 1912, elle écrit " La lanterne magique " 
En 1921 paraît son premier recueil de poèmes, " Les Verstes ", dans lequel sont regroupés " Poèmes sur Moscou ", " Poèmes à Akhmatova ", " Poèmes à Blok ", auxquels se rajoutent plus tard " Le Métier " (1921-22) et " Les Petites ruelles " (long poème, 1922). Elle entame ensuite de nouveaux recueils de poèmes : " La Sibylle " (1922) et " Les Arbres " (1922-23).
En 1922, elle émigre en Tchécoslovaquie puis part pour le France en 1925. Elle y écrit " Le Gars " directement en français.
En 1928 paraît son recueil majeur " Après la Russie ".
Elle rédige des essais lyriques sur la littérature : " Averse de lumière " (1922), " Histoire d'une dédicace " (1932), et un de ses chefs d'œuvres " Mon Pouchkine " (1936).
En 1939, son mari est mêlé au meurtre d'un opposant au régime de Staline et est arrêté. Marina Tsvétaïéva rentre en Russie. Privée du droit de publier, elle se pend en 1941 à Elabouga.

D'après Le Dictionnaire des Auteurs
Coll. Bouquins, Editions Robert Laffont, 1998

Voir également :

Gagnez des INVITATIONS avec Art-Russe.com !

Art Russe - Festival de l'Art Russe - Rendez-vous culturels russes en FranceRussomaniaRussie.net, le Web franco-russe!Russie.TV



Pour contacter www.Art-Russe.com, cliquez ici!