Accueil > Spectacles > Concerts > Concert franco-russe à l’occasion de la fête de la Victoire

Concert franco-russe à l’occasion de la fête de la Victoire

MERCREDI 9 MAI 2007 à 20H30 - Entrée libre


Le 24 avril, les soldats de Joukov pénétrèrent dans Berlin. Les combats furent difficiles, on se battait pour chaque immeuble, pour chaque maison, pour chaque rue. Les Soviétiques avaient perdus durant ces combats de Berlin 700 000 hommes et les Allemands 1 million. La Seconde Guerre Mondiale était finie en Europe !

Concert franco-russe :

- CITE INTERNATIONALE DES ARTS
- 18, rue de l’Hôtel de ville, 75004, Paris
- Salle Edmond Michelet
- Entrée libre

Elena KEKSHOEVA (Russie) violon
Natalia KADIROVA (Russie) piano
Ruth BRUCKNER (Autriche) flûte à bec
Martin ROBIDOUX (Canada) clavecin

PROGRAMME :

- Pierre DANICAN-PHILIDOR : Neufième Suitte
par Ruth BRUCKNER et Martin ROBIDOUX (10mn)

- Anne DANICAN-PHILIDOR : Sonate pour flûte à bec
par Ruth BRUCKNER et Martin ROBIDOUX (10mn)

- J.S. BACH : Ciaccone de Partita n°2 en ré mineur
par E.KEKSHOEVA et N. KADIROVA (10mn)

- N. PAGANINI : Caprices opus 1, n°15 et n°24
par E.KEKSHOEVA et N. KADIROV (10mn)

ENTRACTE

- F. COUPERIN : Concert Royal n°4
par Ruth BRUCKNER et Martin ROBIDOUX (15mn)

- P. TCHAIKOVSKY : Valse- scherzo-
par E.KEKSHOEVA et N. KADIROVA (7 mn)

- G. BIZET- WAXMAN : Fantazia- Carmen
par E.KEKSHOEVA et N. KADIROVA (10 mn)

21,1 millions de soviétiques sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale : (En % par rapport à la population totale d’avant-guerre)

URSS 21,1 mln 10,0 %
Yougoslavie 1,5 mln 10,0 %
Allemagne 7 mln 12,0 %
France 600 000 1,5 %
Royaume-Uni 388 000 0,8 %
États-Unis 300 000 0,2 %

La première bataille décisive contre le nazisme, le premier tournant dans la Seconde Guerre mondiale fut la résistance héroïque du peuple soviétique contre les hordes nazies, dès juin 1941 !

L’« invincible » machine de guerre allemande sera arrêtée pour la première fois devant Moscou en octobre 1941. La victoire de Moscou a une très grande signification militaire et morale. En décembre 1941, les soldats Soviétiques lancent leur première contre-offensive : les Allemands sont repoussés de 100 à 350 km.

Le 2 février 1943 fut la victoire la plus importante de la Seconde Guerre Mondiale : Stalingrad ! Le maréchal Friedrich Paulus signe la capitulation de son armée. Les Soviétiques triomphent des Allemands au terme d’une bataille héroique. La victoire des Soviétiques soulève un immense espoir dans les pays soumis à l’occupation allemande.

L’été 1943 à Koursk fut le plus important événement militaire de la Seconde Guerre : la gigantesque bataille de chars : plus de quatre millions de soldats se sont affrontés en Europe de l’Est. Du 12 au 17 juillet 1943, 3000 chars allemands et autant de chars soviétiques s’affrontent dans ce qui reste la plus grande bataille de chars de l’Histoire. L’avantage reste aux Soviétiques qui ne s’arrêteront plus avant Berlin !

Les soldats Soviétiques continuent leur contre-offensive : le 6 janvier 1944, ils traversent la frontière polonaise... Les nazis y perdirent définitivement la suprématie et l’initiative dans la guerre.

Les fascistes avaient prévu huit semaines pour en finir avec l’Union soviétique. Kiev et Odessa tiendront 73 jours, Sébastopol 250 jours. Léningrad résiste 900 jours et ne se rend pas ! (le 19 janvier 1944, les soldats russes libérent Léningrad encerclée, affamée et bombardée depuis 900 jours).

Les partisans soviètiques constituent partout un redoutable « deuxième front »... Par exemple, en Biélorussie, ils contrôlent plus de 60% du territoire.

En mai 1944, les partisans de Tito conquièrent Zaghreb, la capitale de la Croatie "indépendante". Quant à la Yougoslavie, elle est en grande partie libérée par la résistance yougoslave groupée autour de Tito !

La voie vers les Balkans est ouverte et, le 17 mars, les Soviétiques arrivent à la frontière roumaine. L’Armée rouge voulait abattre l’Allemagne nazie en s’emparant de sa capitale, Berlin.

Le 24 avril, les soldats de Joukov pénétrèrent dans Berlin. Les combats furent difficiles, on se battait pour chaque immeuble, pour chaque maison, pour chaque rue. Les chars et l’artillerie des Soviétiques entrèrent en action. Le 30 avril 1945, Hitler se suicida avec son épouse : Éva Braun. Goebbels se suicida avec toute sa famille. Le même jour, les soldats de l’Armée Rouge s’emparèrent du Reichstag, et en pleine nuit y plantèrent le drapeau Soviétique à son sommet. Le 1er mai 1945, le commandant de la garnison de Berlin, le général Weidling, décida de capituler. Les Soviétiques durent encore se battre pendant deux jours pour anéantir les poches de résistance. Le 4 mai, puis le 7 mai 1945, les dignitaires Allemands signèrent l’acte de capitulation. Les combats étaient finis en Europe. Les Soviétiques avaient perdus durant ces combats de Berlin 700 000 hommes et les Allemands 1 million. La Seconde Guerre Mondiale était finie en Europe !

La stratégie militaire soviétique était : briser la force militaire des nazis ; ne pas leur donner de chance de se regrouper ailleurs. La stratégie britannique et américaine étaient des bombardements « en tapis » sur les grandes villes (surtout au moyen de bombes incendiaires).
Les aviations américaine et britannique on organisé un véritable concours de bombardement. Ces bombardements visaient avant tout les populations civiles, soi disant pour briser le moral des nazis.

Pour le débarquement, les alliés occidentaux ont également commencé par bombarder systématiquement la Normandie : la cité médiévalle de Caen a été inutilement détruite...

On peut mentir dans les manuels d’histoire mais les statistiques sont formelles : comment ose t-on prétendre que les USA ont gagné la Seconde guerre mondiale avec seulement 300.000 soldats américains péris contre une armée hitlérienne de plus de 4 millions d’hommes ?

Pendant trois ans, les "alliés" occidentaux abandonnent presque entièrement les Soviétiques à leur sort. Staline a insisté en vain au cours des trois années pour qu’on allège la pression sur le front de l’Est en ouvrant un sérieux deuxième front. Et finalement, en 1944, lorsqu’ils s’aperçoivent que la Russie est en train de gagner, ils viennent ’en aide’ à l’Europe.

18, rue de l’Hôtel de Ville
75180, Paris Cedex 04
Tel : (33)1 42 78 71 72 Fax : (33)1 42 78 40 54
Cité Internationale des Arts.



Aime ta femme comme ton âme et bats-la comme ta pelisse. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0