Accueil > Cinéma Russe > Film ’Itchkéri Kenti’, tourné clandestinement en Tchétchénie, République (...)

Film ’Itchkéri Kenti’, tourné clandestinement en Tchétchénie, République indépendantiste russe

La sortie nationale : le 7 Février 2007


Tourné clandestinement en Tchétchénie pendant la première guerre, monté dix ans plus tard pour témoigner d’une histoire oubliée, Itchkéri Kenti est, aux yeux des Tchétchènes, un film symbole.

Limiter sa portée à la Tchétchénie serait pourtant réducteur. En France, en Europe, en Algérie, l’intensité des réactions parle d’elle-même : chacun se découvre un peu Tchétchène après avoir vu ce film.
Itchkéri Kenti est un film sur l’humain dans la guerre et la résistance. Un film qui interroge notre mémoire.

Que veut dire Itchkéri Kenti ?

Le mot " Itchkéri " désignait la Tchétchénie avant la colonisation du Caucase par les tsars à la fin du 18 ème siècle. C’est aussi de nos jours l’appelation de la Tchétchénie par les indépendantiste.

Une histoire tragique

Deux guerres sanglantes et destructrices éclatèrent entre la Russie et la Tchétchénie, de 1994 à 1995, et de 1999 à 2000. Après la déclaration d’indépendance de la république tchétchène d’Itchkérie par le président Djokhar Doudaïev en 1991, la Russie proteste et juge cette auto-proclamation illégale. Le 11 décembre 1994, la première guerre éclate. Les troupes russes entrent en Tchétchénie. C’est la plus grande opération militaire organisée par Moscou depuis son intervention en Afghanistan en 1979. Puis en septembre 1999, prétextant des attentats survenus à Moscou au mois d’août, l’armée russe pénètre en Tchétchénie. C’est le début de la seconde guerre.

A la rencontre des tchétchènes...

Muni de deux appareils photographiques, d’une caméra amateur et d’une toile blanche qu’il fait peindre au fil de son voyage par ses hôtes, c’est ainsi que le réalisateur s’est lancé à la rencontre du peuple tchétchène. Ne parlant pas un mot de russe, Florent Marcie a réussi à recueillir des témoignages des combattants indépendantistes, des villageois, d’un médecin humanitaire, d’Aslan Maskhadov le président des indépendantistes tchétchènes, et de son commandant Shamyl Bassaïev, ainsi que des hommes et des femmes convaincus de leur droit à la liberté.

Des conseils encourageants

Avant même la projection de Itchkéri Kenti, le sujet du film avait déjà attiré l’attention d’un jeune entrepreneur russe de séjour à Paris. Ainsi, Florent Macie lui montra, une séquence dans laquelle plusieurs centaines de villageois Tchétchènes participaient à une manifestation indépendantiste dans les décombres de Grozny. Bouleversé, l’intéressé confia que de telles images n’existaient pas en Russie et qu’il faudrait les diffuser à Moscou, une fois le film terminé. Son documentaire succita aussi l’intérêt d’un groupe de réflexion d’Angers, rassemblant médecins, psychanalystes, psychiatres, travailleurs sociaux et professeurs d’université. Séduits par le projet, ils ont demandé à ce que le film soit diffusé à un plus large public. Signalons que Angers, comme d’autres villes en France et en Europe accueille une trentaine de familles tchétchènes en exil.

Un documentaire qui fait parler de lui...

De bouche à oreille et sans aucune autre publicité, la première projection de presse a été un véritable succés. Se déroulant au cinéma Les 400 coups à Angers en décembre 2005, le documentaire a été diffusé dans sa version quasi définitive sous titré en français et en russe. Bouleversés et émus par le film, le public tchétchène et français ont demandé à ce que le film soit reprogrammé un mois plus tard et diffuser au cinéma. Très sollicité, Itchkéri Kenti, a été présenté lors de quelques séances spéciales à Vilnius, Varsovie, Nantes (à l’initiative d’Amnesty International), en Algérie ou encore à Bruxelles, dans l’enceinte du Parlement Européen.

Le réalisateur

Débutant dans le photojournalisme en 1989, Florent Macie se distingue par sa pratique documentariste indépendante. Il produit, tourne et monte lui-même ses films. Il signe en 1995, le documentaire La tribu du tunnel, puis Saïa, un essai filmique sur l’Afghanistan en 2000. Florent Macie collabore également pour la radio et les médias institutionnels ainsi qu’à la rédaction de Autopsia, un essai sur l’information.



L'histoire est encore plus rancunière que les hommes. Nicolaï Karamzine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0