Accueil > Cinéma Russe > Actuellement au cinéma ’Transylvania’ tsigane après ’Gadjo Dilo’ et ’Latcho (...)

Actuellement au cinéma ’Transylvania’ tsigane après ’Gadjo Dilo’ et ’Latcho Drom’

Date de sortie en France : le 4 Octobre 2006


Zingarina n’est pas tsigane. C’est une jeune femme rebelle. Elle part avec son amie Marie en Transylvanie pour retrouver l’homme qu’elle aime.

Marie ne lâche jamais Zingarina, car elle sait qu’elle est capable de tout. Imaginez tout ce que vous voulez, Zingarina l’a fait.
C’est à la grande fête d’Hérode, cérémonie surréaliste païenne, que Zingarina retrouve l’homme qu’elle aime. Dans la folie, dans le bruit, dans la musique, dans l’ivresse de la fête, elle apprend qu’elle est seule au monde, encore une fois sans amour, maintenant sans repère, sans attache.
Elle se sépare de son amie Marie, du poids du passé, pour renaître plus loin avec un autre homme, Tchangalo, un personnage énigmatique, un homme seul, libre, sans frontières, sans maison, parlant plusieurs langues avec un accent.

Réalisateur Tony Gatlif est né le 10 Septembre 1948 à Alger (Algérie).

Tony Gatlif passe son enfance à Alger avant de se rendre en France dans les années 60. Il y connaît un parcours chaotique et finit par atterrir dans une maison de redressement (une expérience qui va lui servir pour l’écriture de son premier scénario : La Rage au poing). La journée, il passe son temps au cinéma. En 1966, il fait une rencontre déterminante : il se rend dans la loge de Michel Simon après l’une de ses représentations. L’acteur lui écrit une recommandation pour son imprésario. Le jeune homme suit ensuite des cours d’art dramatique à Saint-Germain-en-Laye où il apprend ses textes en phonétique. Après avoir joué dans des pièces de théâtre, il réalise son premier film en 1975, La Tête en ruine. Il enchaîne avec La Terre au ventre qui a pour toile de fond la guerre d’Algérie.

Il commence à traiter son thème de prédilection en 1981 : il tourne en Espagne Corre gitano, le premier film qui revendique la condition gitane. Il réalise ensuite une trilogie sur le peuple gitan. Le premier volet évoque un groupe de gitans sédentarisés en banlieue parisienne : Les Princes (1983), titre qu’il reprendra pour fonder sa propre société de production Princes films. Il enchaîne avec un voyage à travers l’Andalousie, l’Egypte, la Roumanie, la Hongrie et la France, Latcho Drom, un hymne à la musique tsigane très remarqué à Cannes. Le dernier film de sa trilogie est Gadjo Dilo avec Romain Duris et Rona Hartner, révélée par le film. Le couple se retrouve en 1998 pour Je suis ne d’une cigogne. Il retrouve Romain Duris avec Exils, un retour sur la terre de son enfance, l’Algérie.

Le film a par ailleurs remporté le prix de la mise en scène au festival de Cannnes 2004. Il est retourné à Cannes en 2006 avec son dernier film, Transylvania, présenté en clôture du festival.



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0