Accueil > Spectacles > Théâtre > Daniil Harms et Mikhaïl Boulgakov en septembre 2006 à la Cartoucherie

Daniil Harms et Mikhaïl Boulgakov en septembre 2006 à la Cartoucherie

1 - 30 septembre 2006


Les regards conjugués de Boulgakov et Harms, à la fois sensibles et corrosifs, dénoncent par l’absurde
une société sans issue où crise du logement, chômage et absence de liberté contraignent les individus à
mener une politique de survie ou à plonger dans la folie.

UN ÉVÉNEMENT RUSSE :
- DEUX SPECTACLES
- DEUX AUTEURS
- DEUX TROUPES.

L’INSTANT D’UNE RÉSONANCE et le TAF THÉÂTRE

Ces deux troupes de théâtre se sont rencontrées au Théâtre du Soleil lors du festival Enfants de Troupes - Premiers Pas.

Encouragées par Ariane Mnouchkine, elles se reconnaissent dans une même idée du théâtre et ont manifesté le désir de
se réunir en septembre 2006 à la Cartoucherie.

L’INSTANT D’UNE RÉSONANCE : Le Gigot qui pleure d’après des textes et des récits de Daniil Harms.

Mise en scène Hélène Cinque
« Chez Harms, les personnages sont hantés par des visions et par des mondes tellement irréels que l’absurde et le comique dansent avec la folie... » Hélène Cinque

Avec :
- David Baqué
- Anne-Laure Buffetaud
- Boutros El Amari
- Harold Savary
- Luciana Velocci Silva
- Création lumière Pierre Martin
- Combat de catch Franck Saurel
- Postiches, protèses et maquillage Yaëlle Bi-assira

LE TAFTHÉÂTRE : L’Appartement de Zoïka

Tragi-farce en trois actes de Mikhaïl Boulgakov
Texte français Hélène Vitorge
Mise en scène Alexandre Zloto

« Écrit avec le rythme d’un vaudeville, partant de la farce pour se terminer en tragédie, avec des scènes d’une intense mélancolie, j’y vois l’occasion d’une « folie théâtrale ». Alexandre Zloto.

Avec :
- Charlotte Andrés
- Julie Autissier
- Ariane Bégoin
- Emmanuelle Bourdier
- Christophe Gérard
- Anaïs Mérienne
- Philippe de Monts
- Yann Policar
- Franck Saurel
- Stéphane Schoukroun
- Leslie Sévenier
- Tiphaine Veistroffer
- Nicolas Vallet
- Assist. à la m. en s. Hélène Vitorge
- Décors, peintures Déborah Zloto
- Costumes Rachel Raoult
- Lumières Leslie Sévenier
- Son Julien Dubois.

LE CONTEXTE...

De l’après-Révolution Russe au paroxysme des
années de terreur (les années 30), Boulgakov (1891-1940)
et Harms (1905-1942), incompris et écrasés par
le régime soviétique, ont en commun la frustration de
voir presque toutes leurs oeuvres interdites.
« Lutter contre la censure quelle qu’elle soit et
quel que soit le pouvoir au nom duquel elle
s’exerce est mon devoir d’écrivain, de même
qu’il est de mon devoir d’en appeler à la liberté
d’expression. » M. Boulgakov.

Ils comptent aujourd’hui parmi les plus grands
écrivains russes de leur génération.
Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés, nous
avons souhaité les réunir et leur donner conjointement
la parole, pour qu’ils nous livrent leur regard sensible
et satirique sur la société de leur époque et sur le
monde en général.
Notre envie, avant tout une envie de théâtre, est
aussi de transfigurer l’absurdité de la condition et de
l’existence humaines, et, grâce à un matériau théâtral
extraordinairement drôle et poétique, d’inviter
spectateurs et acteurs à « passer de l’autre côté ».

LES HI STOI RES...

L’Appartement de Zoïka débute au printemps, à
Moscou, dans les années 20. La protagoniste cherche de l’argent pour émigrer en France et sauver son amant morphinomane, un comte ruiné. Ne possédant plus, pour toute richesse, qu’un vaste appartement, elle entreprend d’y ouvrir une maison de rendez-vous sous couvert d’atelier de couture...

Dans son théâtre, M. Boulgakov s’attaque avec humour et pertinence à l’aberration d’une pensée unique « rationnelle » imposée par la force à tout individu. Il y dépeint à ravir les abus de pouvoir et la corruption qui en découle.

Daniil Harms, de 15 ans son cadet, transforme
jusqu’à l’absurde la vie qu’il décrit. Avec son groupe
littéraire « Obériou », il combat « la pétrification,
l’immobilité du goût et l’hypocrisie du monde ». Plus
brut, plus cru, plus caustique que son aîné, il compte
parmi les dénonciateurs les plus virulents de la
Russie des années 30.

Appartements communautaires, disparitions subites, victoire de la médiocrité, la réalité soviétique
de ces années de fer est distillée dans ses textes
courts, poèmes satiriques ou récits en prose, qui ont
inspiré et donné chair au Gigot qui pleure.

Événement russe à la Cartoucherie

Du 1 er au 30 septembre 2006

Le Gigot qui pleure :
- du mercredi au vendredi à 19h30, samedi à 15h30 et 19h30
- le dimanche à 15h30.

L’Appartement de Zoïka :
- du mercredi au vendredi à 21h, le samedi à 17h et 21h,
- le dimanche à 17h.

Afin de vous permettre de vous restaurer, le théâtre ouvrira ses portes une heure avant le début de chaque représentation.

Du 1 er au 10 septembre pour une place achetée,
quel que soit le tarif, nous vous offrons la deuxième :

- Plein tarif : 15
- Tarif réduit (étudiants, demandeurs d’emploi, CE) : 10
- Groupe (à partir de 10 personnes) : 8
- Forfait pour les deux spectacles (en une ou deux fois) : 16.

Réservation 01 41 93 09 22

Attention :cet accueil du Théâtre du Soleil a lieu au
Théâtre de l’Épée de Bois
Cartoucherie, route du Champ de Manoeuvre
75012 Paris
M° Château de Vincennes puis navette gratuite
ou bus n°112 arrêt Cartoucherie).



Se faire des amis est une occupation de paysans, se faire des ennemis est une occupation d'aristocrates. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0