Accueil > Spectacles > Théâtre > ’Le Bal des fous’ inspiré de ’Le Crocodile’ de Dostoïevski, ’Le Pêcheur de (...)

’Le Bal des fous’ inspiré de ’Le Crocodile’ de Dostoïevski, ’Le Pêcheur de Tolède’ de Tchekhov

A l’affiche du 3 au 20 mai 2006


Les belles poupées des Chiffonnières trouvent alors dans l’univers forain de Cinérama le cadre musical et fantastique qui leur donnera une autre dimension. Melville, Dostoïevski et Tchékhov ont inspiré ce voyage à la fois loufoque et poétique au cœur de la folie des hommes.

Magnifique voyage hors du temps

Renouer avec la tradition du théâtre forain et réinventer l’art des marionnettes, tels sont respectivement les objectifs artistiques de deux compagnies qui se sont réunies pour donner naissance à ce magnifique Bal de fous. Arnaud Vidal et Natacha Muet ont déjà sillonné la France avec leur roulotte, lorsqu’ils croisent la route de deux marionnettistes, Steffie Bayer et Camille Trouvé. Les belles poupées des Chiffonnières trouvent alors dans l’univers forain de Cinérama le cadre musical et fantastique qui leur donnera une autre dimension. Melville, Dostoïevski et Tchékhov ont inspiré ce voyage à la fois loufoque et poétique au cœur de la folie des hommes. Une escapade hors du temps à ne pas manquer.

Attendre devant la roulotte de Cinérama est déjà la première escale du merveilleux voyage qui attend le public. La vieille horloge aux aiguilles immobiles de la façade promet qu’une fois les portes ouvertes le temps ne comptera plus. Promesse tenue ! Un bonimenteur accompagné d’une accordéoniste, vêtus comme les forains d’antan, accueillent les spectateurs en musique et disent à leur manière, enjouée, directe, chaleureuse, les surprises à venir. Et lorsqu’on entre dans la roulotte, quittant la pollution visuelle et sonore de la ville, on pénètre dans un espace presque privé, véritable boîte à malices. Du bois, des tissus, la peinture écaillée des murs, des objets hétéroclites ici et là venus d’on ne sait trop où, tout semble être là depuis... qui sait ? Les temps de Firmin Gémier, ou bien ceux du boulevard du Crime. On était prévenu : le temps s’est définitivement arrêté.

Lorsque le rideau rouge de la petite scène à l’italienne s’ouvre, ce sont les magnifiques marionnettes des Chiffonnières qui prennent le relais du rêve. Un petit mousse dodu nage vers la surface de l’eau pour raconter la folie de vengeance du Capitaine contre Moby Dick, le cachalot qui lui arracha la jambe. La fameuse histoire de Melville prend corps dans un univers proche des films d’animation. Couleurs vives, plasticité des matières, le monde marin de Moby Dick surfe sur les vagues, s’engouffre dans l’immense gueule du cachalot, frissonne face à la présence imposante du capitaine cul-de-jatte.

Et puis c’est un cabinet de curiosités qui se dessine dans l’obscurité, avec un énorme crocodile enfermé dans une cage, un Mickey déprimant sur sa gloire passée, des singes qui se moquent de tout. La démence de la société du spectacle va s’emparer de ce petit monde haut en couleurs, quand le ventre du crocodile, farci d’un homme entier qui ne cesse de parler, devient la cible de la curiosité médiatique. Le jeu subtil d’ombres et de lumières sur des tissus coulissants ramène à Barcelone, où un sombre inquisiteur assiste par effraction au flamenco de la belle Maria et finit par l’accuser de sorcellerie. Les bras de son mari, aveuglé par la propagande, ne sont plus un refuge pour Maria.

Les très belles et inventives marionnettes des Chiffonnières sont des interprètes de grand talent. Manipulées à vue, chacune d’elles a son caractère bien défini, avec sa propre gestuelle, sa démarche particulière, sa voix. Accompagnées de quatre musiciens, elles jouent et dansent sur les nuances de la folie humaine dans ce superbe Bal des fous, conjuguant avec finesse le burlesque et le poétique.

Aubervilliers - Théâtre de la Commune
2, rue Edouard Poisson BP 157
93304 Aubervilliers

Transport :
- Métro : Aubervilliers Pantin/4 Chemins (ligne 7) - puis bus 150-170 ou marcher 10 minutes
- Bus : 150-170 arrêt André Karman ou 65 arrêt Villebois-Mareuil
- En voiture : par la Porte d’Aubervilliers ou de La Villette - puis direction Aubervilliers centre (parking gratuit)
- Navette retour : le Théâtre de la Commune met à votre disposition une navette retour gratuite du mardi au samedi - dans la limite des places disponibles. Elle dessert les stations Porte de la Villette, Stalingrad, Gare de l’Est et Châtelet.



Un homme sans patrie, c'est un rossignol sans chanson. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0