Accueil > Spectacles > Opéra > ’L’Amour des trois oranges’ de Serguei Prokofiev (1891-1953)

’L’Amour des trois oranges’ de Serguei Prokofiev (1891-1953)

Première 13 novembre 2006 à 19H30


L’Amour des trois oranges est sans conteste l’opéra le plus connu de Prokofiev. L’idée de l’écrire lui vint du célèbre et révolutionnaire metteur en scène Vsevolod Meyerhold, qui avait découvert la pièce de Gozzi (1761) grâce à Apollinaire, et en avait fait le titre de sa revue d’avant-garde (titre aussi de l’actuelle revue de l’Association Prokofiev).

Opéra en un prologue et quatre actes (1921)
Livret du compositeur d’après la pièce de Carlo Gozzi "L’Amore delle tre melarance"

Direction musicale Alexander Lazarev
Mise en scène Gilbert Deflo
Décors et costumes William Orlandi
Chorégraphie Marta Ferri
Lumières Joël Hourbeigt
Chef des Choeurs Peter Burian

Avec :
- Le Roi de Trèfle Philippe Rouillon
- Le Prince Charles Workman
- La Princesse Clarice Hannah Esther Minutillo
- Léandre Guillaume Antoine
- Trouffaldino Barry Banks
- Pantalon Jean-Luc Ballestra
- Tchélio Alain Vernhes
- Fata Morgana Jeanne-Michèle Charbonnet
- Linette Letitia Singleton
- Nicolette Natacha Constantin
- Ninette Aleksandra Zamojska
- La Cuisinière Victor von Halem
- Farfarello Antoine Garcin
- Sméraldine Lucia Cirillo

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

L’Amour des trois oranges est sans conteste l’opéra le plus connu de Prokofiev. L’idée de l’écrire lui vint du célèbre et révolutionnaire metteur en scène Vsevolod Meyerhold, qui avait découvert la pièce de Gozzi (1761) grâce à Apollinaire, et en avait fait le titre de sa revue d’avant-garde (titre aussi de l’actuelle revue de l’Association Prokofiev). Juste avant son départ pour l’Occident, Prokofiev en avait reçu un exemplaire, et Meyerhold lui avait conseillé de s’en inspirer. Arrivé aux Etats-Unis, le compositeur tenta d’imposer son Joueur, en vain. Il décida alors de suivre l’avis de Meyerhold et termina L’Amour des trois oranges en octobre 1919. Après quelques péripéties, l’opéra fut créé le 31 décembre 1921 au Chicago Opera, grâce au soutien de la nouvelle directrice, Mary Garden, la créatrice de Mélisande et de Louise. Le succès public fut grand, mais la critique acerbe, reprochait, comme toujours, l’absence de mélodie. Aujourd’hui, l’on ne peut être que charmé par l’invention étourdissante du musicien et l’habileté originale du livret.

Serguei Prokofiev (1891-1953)

L’Opéra de Paris avait décidé de remonter l’oeuvre dans la version de la création, c’est-à-dire en français. Cette version nous était déjà connue par l’excellente production lyonnaise de Kent Nagano, enregistrée chez Virgin.
Le couple central formé par le Prince et Truffaldino sont particulièrement remarquable par son entrain et sa vitalité, tout comme l’excellent Pantalon ou la belle princesse Clarice !

Alexander Lazarev, direction musicale

Le russe Alexander Lazarev a fait ses études au Conservatoire de Moscou. En 1971, il remporte le premier prix du Concours national des chefs d’orchestre d’Union Soviétique et, l’année suivante, le premier prix et la médaille d’or du Concours Karajan à Berlin.
De 1987 à 1995, il est chef principal et directeur artistique du Théâtre Bolchoï. Sous sa direction, le théâtre entreprend de prestigieuses tournées : Tokyo (1989), Scala de Milan (1989), Festival d’Edimbourg (1990 et 1991), Metropolitan Opera de New York (1991). Plusieurs productions, dont Une Vie pour le tsar de Glinka, La Pucelle d’Orléans de Tchaïkovski et Mlada de Rimski-Korsakov, seront filmées en vidéo et l’Orchestre du Bolchoï réalisera de nombreux enregistrements chez Erato, parmi lesquels la Symphonie n°2 de Rachmaninov et la Symphonie n°8 de Chostakovitch.
Au cours des dernières années, il s’est produit régulièrement à la tête du Philharmonia Orchestra et du Philharmonique de Saint-Pétersbourg. Il a également dirigé les Philharmoniques de Berlin, de Munich, d’Oslo, de Londres et de la Scala de Milan, l’Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise, l’Orchestre du Royal Concertgebouw, l’Orchestre de l’Académie Santa Cecilia de Rome, l’Orchestre National de France, l’Orchestre de la Radio suédoise, le NHK Symphony, le Cleveland Orchestra, l’Orchestre Symphonique de Montréal.
En 1978, il a fondé l’Ensemble des solistes du Théâtre Bolchoï, dont le but principal était la programmation et la diffusion de la musique contemporaine, tant soviétique qu’étrangère. Il a été invité par La Monnaie de Bruxelles, les Arènes de Vérone, le Bayerische Staatsoper de Munich.
Depuis 1987, il dirige régulièrement au Royaume-Uni : de 1992 à 1995, il a été principal chef invité du BBC Symphony Orchestra et de 1997 à 2005, chef principal du Royal Scottish National Orchestra.
A l’Opéra national de Paris Concert symphonique (1994).

Opéra Bastille :
- Première 13 novembre 2006 19H30
- Représentations 18, 20, 26 (14h30), 28 novembre 2006, 1er, 4, 7, 9 décembre 2006 19h30.

Opéra Bastille
Place de la Bastille
Paris



Si chacun balayait devant sa porte, comme la ville serait propre! Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0