Accueil > Cinéma Russe > Lilya 4-Ever, film choc russo-suédois de Lukas Moodysson

Lilya 4-Ever, film choc russo-suédois de Lukas Moodysson

Sur Arte, ’Lilya 4-Ever’ le 27, à 22h40 et ’Sex Traffic’ le 30 mars, à 20h40


La descente aux enfers de la jeune et jolie Lilya, 16 ans et livrée à elle-même dans le néo-tiers-monde sauvage de l’ex-URSS.

"Sex Traffic", le 30 mars, 20h40 et 22h15, sur Arte

Plongée dans la traite des prostituées en Europe de l’Est. Le téléfilm en deux parties "Sex Traffic" vendredi sur Arte décrit, à partir de faits réels, l’histoire de deux soeurs jetées sur le trottoir alors qu’elles pensaient avoir trouvé un travail à Londres.


"Lilya 4-Ever", le 27 mars, à 22h40, sur Arte

Mostra de Venise 2002, Sélection Officielle
Réalisé par : Lukas Moodysson
Avec : Oksana Akinchina, Artiom Bogucharskij, Elina Beninson, Pavel Ponomarev
Durée : 109 min

Lilya a 16 ans et vit dans un quartier pauvre d’une banlieue, quelque part dans l’ex-URSS. Elle rêve d’une vie meilleure. Sa mère est partie vivre avec son amant aux Etats-Unis et Lilya doit aller les rejoindre.

Quand ni lettres ni argent ne lui parviennent de sa mère, il devient clair que Lilya a été abandonnée. Elle est forcée d’aller habiter dans un flat sans électricité ni chauffage. La situation de Lilya devient désespérée. Son seul ami est un gamin de 11 ans, Volodya, qu’elle autorise quelquefois à dormir sur son divan. Ils traînent ensemble dans les rues et s’inventent des histoires pour que la vie soit plus belle.

Un jour pointe l’espoir quand Lilya tombe amoureuse d’Andréi. Il lui demande de le suivre en Suède pour démarrer une nouvelle vie. Lilya est rayonnante de joie. Une nouvelle existence l’attend ! Elle va laisser derrière elle la pauvreté de l’Europe de l’Est pour se construire une vie meilleure dans un pays de prospérité - la Suède.

Mais au lieu des conditions de vie difficiles qu’elle a connues dans son pays, c’est une autre forme de déchéance qui attend Lilya en Suède. Le travail qu’on lui a promis n’existe pas. À son arrivée, c’est un proxénète qui vient la chercher et l’enferme dans un appartement où on l’oblige à vendre son corps.

Battue et violée la jeune prisonnière s’évade après quelques semaines d’enfer. Mais elle ne sait pas où aller. La voici sur le pont d’une autoroute. Elle hésite un instant. Elle crie "Mama" et enjambe la balustrade... Elle avait 16 ans...

Avec Lilya, on ressent l’écroulement d’un monde certes fragile, mais encore supportable. Sans repère ni protection, elle n’est plus, comme Volodia, que la proie désignée d’une société avide, cupide, réduite à ses pulsions animales, entre instinct de survie et satisfaction de ses besoins primaires.



Si chacun balayait devant sa porte, comme la ville serait propre! Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0