Accueil > Festivals > Le Festival Cinéma du Réel présente 3 films russes

Le Festival Cinéma du Réel présente 3 films russes

Du 10 au 19 mars 2006


Cinéma du réel est un festival de référence pour le cinéma documentaire international, où rencontres, ateliers et expérimentations accompagnent la curiosité d’un public nombreux, fidèle et attentif.

Depuis sa création en 1978 par la Bibliothèque publique d’information, Cinéma du réel est un grand rendez-vous international du cinéma documentaire où public et professionnels découvrent à la fois les nouveaux films d’auteurs confirmés et les œuvres de nouveaux auteurs, les lignes et tentatives contemporaines comme le meilleur de l’histoire du genre.

Le Festival Cinéma du Réel se tiendra au Centre Pompidou, à Paris, du 10 au 19 mars. Ce festival bénéficie du soutien du ministère des Affaires étrangères qui attribuera, le 18 mars, le Prix Louis Marcorelles.

Ce Prix annuel, doté de 15 000 euros, est attribué à un documentaire de production française présenté en compétition au festival. Son objectif est de soutenir la diffusion du documentaire français à l’étranger :
le ministère des Affaires étrangères achète les droits de diffusion non-commerciale du film et assure sa promotion à travers le réseau culturel français à l’étranger.

Les Âmes errantes

Boris Lojkine, 80’, France, prod. 4 A 4 Productions, 2005

De champs de bataille oubliés en cimetières de "soldats inconnus", deux anciens combattants vietnamiens cherchent les corps de leurs camarades disparus pour les rendre à leurs familles. Dans un présent parfois indifférent aux fantômes de l’histoire, ils rencontrent une femme encore hantée.

Samedi 11 mars, 20h30, Cinéma 1
Jeudi 16 mars, 18h30, Petite salle - débat
Lundi 20 mars, 10h, Auditorium de l’Hôtel de Ville


Minsk

Cheng Xiaoxing, 52’, Chine, prod. Cheng Xiaoxing, 2006

D’audacieux businessmen chinois ont transformé le porte-avions soviétique Minsk en parc d’attractions. Torpilles, radars, vieux coucous, souvenirs de la Deuxième guerre et shows sur le pont principal, avec artistes russes et remix de tubes militaires. A quoi rêvent les guides et les danseuses, quand la nuit tombe sur le spectacle ?

Samedi 11 mars, 18h30, Cinéma 1
Mercredi 15 mars, 20h30, Cinéma 2 - débat


Svyato

Viktor Kossakovsky, 40’, Russie, prod. Kossakovsky Film, 2005

Svyatoslav a deux ans. Il n’a encore jamais eu affaire à un miroir. Il apprivoise son reflet et découvre joyeusement son image.

Lundi 13 mars, 21h, Cinéma 1 - débat
Jeudi 16 mars, 16h15, Cinéma 2


Rybak i Tantsovshitsa (Le Pêcheur et la danseuse)

Valery Solomin, 54’, Russie, prod. Kino-Sibir film production, 2005

Au cœur de la Sibérie, Natalia et Youri écoutent le vent et la tempête dans la petite station météo dont ils sont les gardiens. Natalia n’a qu’un reproche à faire à son mari : il n’aime pas danser, il n’est guère sensible à la musique. Il préfère à la valse les sorties de pêche dans la glace ou les tourbillons.

Vendredi 10 mars, 18h30, Cinéma 1
Lundi 13 mars, 20h30, Cinéma 2 - débat


V Poiskach Schastia (A la recherche du bonheur)

Alexander Gutman, 53’, Russie, prod. Atelier-Film-Alexander/St. Petersburg Documentary Film Studio, 2005

Boris Rak, directeur du kolkhoze juif de Birobidjan, se souvient des espérances de ses parents, venus très tôt dans la république juive autonome créée par Staline en 1934. Images de propagande, souvenirs endeuillés et cérémonies amères se répondent pour retracer l’histoire d’un rêve brisé par la répression.

Jeudi 16 mars, 14h, Cinéma 2 - débat
Samedi 18 mars, 14h45, Cinéma 1


Les Sept marins de l’Odessa

Leonardo Di Costanzo et Bruno Oliviero, 65’, Italie/France, prod. Point du Jour/Indigo Film, 2006

Pendant 5 ans, le capitaine et 7 marins ont entretenu le navire ukrainien Odessa abandonné dans le port de Naples par l’armateur en faillite. Quand le dossier du rachat aboutit enfin, tout va très vite. L’équipage est remplacé. Le capitaine devenu un sans papiers en terre étrangère met une dernière fois ses épaulettes pour saluer son navire qui s’en va.

Jeudi 16 mars, 21h, Cinéma 1
Samedi 18 mars, 14h30, Cinéma 2 - débat


Centre Pompidou
Paris 4ème



Le cerveau russe est humide, il ne flambe pas du feu de l'intelligence, et quand tombe en lui l'étincelle du savoir, il fume et s'éteint. Maxime Gorki

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0