Accueil > Spectacles > Danse > L’exposition ’Rudolf Noureev, d’une génération à l’autre’

L’exposition ’Rudolf Noureev, d’une génération à l’autre’

Jusqu’au 9 avril 2006


L’exposition consacrée à Noureev relève d’un intérêt double, se glisser d’une part dans un lieu d’exception, revivre d’autre part le parcours d’un Artiste mémorable.

Un hommage à Noureev au Conservatoire de musique et de danse de Paris jusqu’au 9 avril 2006.

Le Conservatoire de musique et de danse de Paris trône à la Villette et met à la disposition de ses élèves, triés sur le volet, plus de 15000m² pour abriter leurs ’envolées lyriques’. Lieu de mystère, de transmission de secrets d’artistes mais aussi d’intense rigueur, le Conservatoire est frappé d’une certaine confidentialité.

L’exposition consacrée à Noureev relève donc d’un intérêt double, se glisser d’une part dans un lieu d’exception, revivre d’autre part le parcours d’un Artiste mémorable.

Des photographies, vidéos et témoignages de ses partenaires ponctuent l’exposition. Danseur extraordinaire, exilé de sa natale URSS pour s’exprimer librement à l’Ouest, directeur de compagnie exigeant, chorégraphe passionné, celui qui avait l’habitude de dire violemment à ses danseurs « Ne trichez pas » continue à nous fasciner.

En tant que chorégraphe, il a recréé pour l’Opéra de Paris le répertoire classique : La belle au bois dormant qu’il avait l’habitude d’appeler « le ballet des ballets », Don quichotte, Roméo et Juliette, Casse-Noisette, Raymonda et a confié à la toute fin de sa vie son dernier cadeau : La Bayadère.

Chacune des versions, jalousement gardée par l’Opéra de Paris, est dansée régulièrement par le Ballet.

Une série de représentation de La Bayadère, son dernier opus, débute le trois mars. Noureev était très affaibli par la maladie lorsqu’il commence à chorégraphier le ballet, peut-être aurait-il aimé y ajouter un quatrième acte, mais je ne saurais que vous inciter à faire l’expérience d’un ballet signé Noureev. Précision, musicalité, goût pour la difficulté, sens esthétique, l’œuvre de Noureev nous éclaire sur la personnalité qu’il fût.

CNSMDP
209 avenue Jean-Jaurès
75019 Paris

Accès :

- en métro
Station Porte de Pantin
ligne N°5 (Place d’Italie-Bobigny)

- en autobus
À la station Porte de Pantin
lignes 75, 151 et PC,

- en voiture
Parking payant en sous-sol
de la Cité de la musique
221 avenue Jean-Jaurès
75019 Paris

Du 26 janvier au 9 avril 2006
Entrée libre tous les jours, de 10h à 19h



L'histoire est encore plus rancunière que les hommes. Nicolaï Karamzine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0