Accueil > Spectacles > Théâtre > Jean-Pierre Darroussin dans ’Le Génie de la forêt’ de Tchekhov

Jean-Pierre Darroussin dans ’Le Génie de la forêt’ de Tchekhov

Jusqu’au 5 février 2006


Anton Tchekhov écrit ’Le Génie de la forêt’ en 1889. Jeune médecin, il a alors vingt-neuf ans. À sa création, en décembre de la même année, la pièce est retirée de l’affiche après cinq représentations. Sept ans plus tard, Tchekhov reviendra sur cette œuvre de telle sorte qu’il en adviendra une nouvelle pièce, Oncle Vania.

Mise en scène Roger Planchon
Assisté de Olivier Rey
Noémie Laurent
Décor Ezio Frigerio
Assisté de Domenico Franchi
Lumière André Diot
Costumes Franca Squarciapino
Assistée de Francesca Petrocco
Son Stéphane Planchon

Avec
- Béatrice Audry
- Denis Benoliel
- Laurence Causse
- Thomas Cousseau
- Jean-Pierre Darroussin
- Yan Duffas
- Hélène Fillières
- Olga Kokorina
- Roger Planchon
- Patrick Séguillon
- Robert Sireygeol
- Gaëlle Boisset
- Noémie Laurent
- Carl Miclet

Anton Tchekhov écrit Le Génie de la forêt en 1889. Jeune médecin, il a alors vingt-neuf ans. À sa création, en décembre de la même année, la pièce est retirée de l’affiche après cinq représentations. Sept ans plus tard, Tchekhov reviendra sur cette œuvre de telle sorte qu’il en adviendra une nouvelle pièce, Oncle Vania.

En France, longtemps la réussite de Oncle Vania nous a voilé celle de Le Génie de la forêt.
Ici, comme dans Ivanov et les grandes pièces ultérieures, l’intrigue qui passait inaperçue aux yeux des critiques de l’époque raconte en effet une histoire inattendue : celle de la progression inéluctable de tensions sur lesquelles les personnages n’ont aucune prise, parce qu’ils ne font preuve d’aucune vigilance à l’égard de ce qui se passe en eux et chez les autres.

Cette incapacité totale, c’est le drame : les tensions montent à l’insu de tous, la simple altercation s’envenime et les entraîne à proférer des paroles assassines, à accomplir un geste fatal.

Ce que Roger Planchon nous dévoile, c’est que la pièce se déploie telle un roman du XIXème siècle.

Grande figure du théâtre français et de la décentralisation dramatique, Roger Planchon fonde en 1958 le Théâtre de la Cité de Villeurbanne qui deviendra en 1963 le Théâtre National Populaire. Acteur, metteur en scène, dramaturge, il a aussi réalisé plusieurs films, dont L’Enfant roi et Lautrec. Depuis janvier 2002, il dirige à Villeurbanne le Studio 24. Il a publié récemment Apprentissages, mémoires chez Plon.

Coproduction Théâtre National Populaire - Villeurbanne - Studio 24-Compagnie Roger Planchon.
Le spectacle est subventionné par le ministère de la Culture et de la Communication, le département du Rhône, la ville de Villeurbanne et la région Rhône-Alpes.

Horaires des représentations :
- tous les jours à 20h
- dimanche à 16h30.
- relâche le lundi.

Comment venir au Théâtre Gérard Philipe :
- Centre dramatique national de Saint-Denis
- 59 Boulevard Jules Guesde
- 93207 Saint-Denis.

- RER : ligne D - station Saint-Denis
- Métro : ligne 13 - station Saint-Denis Basilique
- Tramway : Bobigny - Gare de Saint-Denis
- Voiture : Porte de la Chapelle. Autoroute A1. Sortie n°2 Saint-Denis centre.

Renseignements et réservations :

- La billetterie du théâtre est ouverte au public du lundi au samedi de 13h à 19h et à partir de 13h les dimanches et jours fériés, lors des représentations.
- Location par téléphone au 01 48 13 70 00 du lundi au samedi de 11h à 19h. Paiement direct par carte bleue.



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0