Accueil > Cinéma Russe > Vendredi 14 décembre 2001 - Les braconniers de la Caspienne

Vendredi 14 décembre 2001 - Les braconniers de la Caspienne


- Auteur, journaliste, interprète : Nicolas Ebnöther
- Réalisateur, caméraman : Hubert Dubois
- Montage : Franck Mathieu
- Production : Mano a mano pour Thalassa (France 3)
- Durée : 30 minutes
- Tournage : mai 2001 au Daghestan et à Moscou
- Diffusion : 14 décembre - 20h50, émission Thalassa, France 3

Les ¾ du caviar consommé dans le monde sont d’origine illégale. Alors que la production officielle globale est d’environ 250 tonnes par an, le volume du braconnage est estimé à au moins 10 fois plus. Achetés aux braconniers de la Caspienne pour environ 40 euros (260 FRF) le kilo, les précieux œufs noirs se revendent jusqu’à 3 800 euros (25 000 FRF) le kilo en France. Aujourd’hui l’intensité du trafic de caviar menace l’existence même de l’esturgeon, le poisson dont il est issu.

La République du Daghestan, est un haut-lieu du braconnage de l’esturgeon et de production de caviar illégal à l’intérieur de la Fédération de Russie. La pêche à l’esturgeon y est totalement interdite mais, toute l’année, des centaines de braconniers s’aventurent quotidiennement en mer sur leurs barques avec un seul but : ramener quelques poissons dont ils revendront la chair et le caviar pour pouvoir nourrir leur famille.

Au Daghestan le braconnage représente une ressource vitale pour une partie de la population victime de l’effondrement du système économique soviétique. Il se pratique avec la complicité d’une partie des autorités locales, sous-payées et compatissantes. Seuls les gardes-frontières fédéraux semblent échapper à la corruption ambiante. Ils emploient la force pour faire appliquer l’interdiction de pêche à l’esturgeon et affrontent régulièrement l’hostilité de la population.

Les braconniers prennent de multiples précautions pour ne pas se faire attraper. Une fois le filet relevé, le caviar est immédiatement extrait du ventre des femelles. Il est ensuite préparé et conditionné par les braconniers eux-mêmes. Au Daghestan on trouve très facilement des emballages officiels détournés. Le caviar est ensuite transporté en toute illégalité et dans la complicité quasi générale. Quand il n’est pas directement exporté vers l’Occident, il est proposé en grande quantité sur les marchés de Moscou et de Russie.

Si la pêche continue au rythme actuel, certains spécialistes prévoient la disparition des esturgeons de la Caspienne d’ici vingt ans. Sous la pression de la Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées d’Extinction (CITES), les quatre pays de l’ex-URSS bordant la Mer Caspienne affirment être prêts à prendre rapidement des mesures radicales pour lutter contre le braconnage des esturgeons et le commerce illégal du caviar. Mais en auront-ils les ressources ?



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0