Accueil > Spectacles > Théâtre > ’Cœur de chien’ d’après l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov

’Cœur de chien’ d’après l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov

Du vendredi 1er au samedi 16 avril 2005


Dans le secret de son cabinet, Filip Filipovitch tente une expérience audacieuse : greffer une hypophyse humaine sur le cerveau d’un chien. Contre toute attente, l’animal ne meurt pas. Il se transforme en homme... Le cauchemar commence. A travers ce conte fantastique, Mikhaïl Boulgakov pose un regard d’une dérision impitoyable sur la folie de son époque, les excès du matérialisme soviétique, l’illusion de la création d’un homme nouveau par la science.

Filip Filipovitch Préobrajenski, le savant de Cœur de chien est spécialiste du rajeunissement. L’une de ses expériences l’amènera à faire de Charik, un chien vagabond l’odieux Charikov. Ce grossier personnage hérite des vices d’un certain Tchougounkine, un représentant du lumpenprolétariat car le professeur a greffé au chien, en plus de son cerveau, certains de ses organes...

Le professeur est alors harcelé par des comités étatiques et prolétariens conduits par cet animal transformé en un odieux personnage, ivrogne et grossier : Charikov, prompt à mettre à profit les aspects les plus démagogiques du nouveau régime.

Mikhaïl Boulgakov pose un regard d’une dérision impitoyable sur la folie de son époque.

Voilà, en un bref résumé, l’histoire de Cœur de chien*, roman de cet auteur russe, paria de la littérature, ayant eu à subir dans les années trente les pires humiliations de la part de Staline.

Mikhaïl Boulgakov nous émeut aux larmes lorsqu’il décrit les souffrances, l’angoisse et pleurer de rire par son humour noir, lorsqu’il coupe ses personnages en morceaux.

Cœur de chien est le fil rouge de la représentation, accompagné d’une série de documents visuels autour de Mikhaïl Boulgakov et notamment son existence pendant les années noires comme auteur, metteur en scène et comédien. Car comme tant d’autres sous le régime stalinien, cet auteur russe, paria de la littérature fut l’objet d’interdictions répétées de ses œuvres, confiscation de ses manuscrits...

Vous suivrez ces histoires en écoutant un personnage qui se présente comme le guide d’une « Maison du Souvenir », d’un improbable musée-théâtre. Ce guide est accompagné d’un couple venu de Russie, chanteurs et comédiens, tour à tour pertinents et maladroits ...

Mikhaïl Boulgakov est surtout connu en France pour son oeuvre majeure Le Maître et Marguerite. Né à Kiev en 1891 il fut d’abord médecin en Ukraine. Puis il commença sa carrière littéraire comme journaliste avec des chroniques et des nouvelles dans différentes revues. Il consacra ensuite au théâtre une grande partie de sa vie, d’abord comme dramaturge et, quand ses pièces furent interdites, comme metteur en scène...

Ecrit en 1925, Cœur de Chien jugé trop sulfureux fut censuré dès sa publication. Ce texte ne fut réédité en URSS qu’en 1987.

Participation au projet : Hélène Arnaud, Chantal Enéa, Ekaterina Erastova, Dominique Lalière, Pierrette Monticelli, Emmanuelle Thouveny, Philippe Ferrat, Xavier Picq et Guy Robert.

Création la Minoterie - cie Théâtre Provisoire
En collaboration avec Le théâtre Okolo Doma Stanislavski (Moscou - Direction Youri Pogrebnitchko)
Et Le Théâtre des Bernardines (Marseille - Direction Alain Fourneau).

Au musée-théâtre Boulgakov
mardi, mercredi à 19h
jeudi, vendredi, samedi à 20h.

La Minoterie
Théâtre de la Joliette
9/11 rue d’Hozier
13002 Marseille, métro Joliette
Réservations : 04 91 90 07 94.

- Adaptation, mise en scène Haïm Menahem
- Traduction Anton Aleksejev
- Construction décor Bernard Laurent
- Conception images Robert Benzazon et Paul Ladouce (Studio Libertad)
- Lumières Xavier Longo
- Peintures et accessoires Jean-Marc Laurent
- Régie Ludovic Desclin et Eric Vinagre.

- Avec Natacha Rojkova, Youri Kantomirov et Haïm Menahem
- En collaboration avec le Théâtre Okolo Doma Stanislavski (Moscou
- direction Youri Pogrebnitchko) et le théâtre des Bernardines.( Marseille-Direction Alain Fourneau)


Retracer le parcours de cet écrivain revient à dévoiler le contexte tragique de la Russie d’hier mais aussi d’aujourd’hui.

Nous allons donc suivre ces deux histoires, en écoutant un personnage qui se présente comme le guide d’une « Maison du Souvenir », d’un improbable musée-théâtre.
Pour construire cet univers onirique, ce guide a fait venir un couple de Russie, duo comique ou tragique. Tour à tour pertinents et maladroits, ces deux nouveaux personnages chantent...

Nous, nous serons « les visiteurs du patrimoine », accueillis dans le hall aménagé pour l’occasion en musée.
Les visites pourront s’effectuer avant l’heure de la représentation...
Suivez le guide...

Une première étape a été présentée du 17 au 19 septembre, au Théâtre de Lenche, à l’invitation des Bernardines dans le cadre du Festival des Informelles.

(...) Pour bien prouver leur origine contrôlée, ils chanteront, danseront, les doigts sur le piano ou les mains sur les hanches, parasitant les désirs du guide schizophrène, qui se prend pour le savant héros de Cœur de chien de Mikhaïl Boulgakov. Drôle et sympathique, l’opus est porté par un duo russe aux talents multiples : Natacha Rojkova, Youri Kantomirov ainsi que par Haïm Menahem, touchant en maître de cérémonie pince sans rire.
D.B - la Marseillaise



L'histoire est encore plus rancunière que les hommes. Nicolaï Karamzine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0