Accueil > Festivals > Le VI ème festival Cinessonne : en compétition un film russe ’Roads to (...)

Le VI ème festival Cinessonne : en compétition un film russe ’Roads to Koktebel’

Du 2 au 16 octobre 2004


Les films européens présents dans la sélection officielle, en compétition tracent une généalogie animée à la fois par un souci de transmission et par une certaine idée de l’errance (tant géographique qu’intellectuelle). Voici donc un coup de projecteur sur douze longs métrages européens inédits, d’Italie, du Danemark, d’Autriche, de Belgique, de Russie, d’Allemagne, de Hongrie et de France, propsés pendant ces quinze jours.

EUROPE ERRANTE

Loin de nous de ne retenir les films que sur la base de ce qu’ils nous disent, mais plutôt sur cette manière si personnelle qu’ont les cinéastes de nous proposer de regarder le monde. Beaucoup de premières oeuvres, de styles différents, de visages connus et à découvrir, de tonalités singulières, d’auteurs affirmés, tout ce qui fait la vitalité du cinéma en quelque sorte... La tâche du Jury en est d’autant plus grande et stimulante.

’Roads to Koktebel’ :

- scénario : Boris Chlebnikow, Alexei Popogrebsky
- image : Shandor Berkeshi R.G.C.
- son : Gleb Puskepalis
- musique : Lutgardo Luga Lebad
- montage : Ivan Lebedev

Interprétation :

- Gleb Puskepalis,
- Igor Tschernewitsch,
- Wladimir Kutscherenko,
- Agrippina Steklowa

Après la mort de sa femme et la perte de son emploi, un père quitte Moscou avec son fils de 11 ans pour le bord de la mer Noire. Ils voyagent au gré du hasard, sans aucun moyen de subsistance, s’arrêtant de temps en temps, au fil des rencontres. Pour le père, ce voyage est l’occasion de regagner sa dignité et la confiance de son fils. Pour le jeune garçon, leur destination devient le symbole d’une nouvelle vie et d’une libération.

Koktebel est un film au style très sûr et d’une maturité étonnante pour une première œuvre. Il observe ses protagonistes avec beaucoup de précision et de pudeur à la fois, et enveloppe les paysages enneigés de la Russie d’une lumière sublime. Il nous offre en tout cas des scènes inoubliables, comme celles où le garçon fait la connaissance de la fille du garde-barrière, précoce mais plus âgée que lui de plusieurs années. Un petit ghettoblaster qui clignote et crache de la musique techno, est suspendu à une branche près de WC rudimentaires dont la porte s’ouvre brusquement, laissant apparaître, comme une promesse de bonheur, la jeune fille chaussée de bottes en caoutchouc. Ces airs de musique techno en plein cœur d’une Russie en décomposition, les propos sans fard à l’adresse d’adultes empêtrés dans leurs petites lâchetés et leur amertume sont autant de signes annonciateurs d’un réveil de la jeune Russie et de l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes.
Martin Rosefeldt

Boris Chlebnikow et Alexei Popogrebsky sont tous deux nés à Moscou en 1972. Le premier y a étudié la théorie du cinéma à l’institut russe du film (VGIK ).Le second, Alexei Popogrebsky, est issu d’une famille de scénaristes, la psychologie. Ils collaborent pour la première fois en 1997 avec la réalisation d’un court métrage : Mimochod. Roads to Koktebel est leur premier long métrage de fiction.

HISTORIQUE

Le Vème festival Cinessonne :
- Du 4 au 18 octobre 2003 s’est déroulé le Vème festival Cinessonne. Le grand prix a été attribué à ’Baboussia’ de Lidia Bobrova !

Le VI ème festival Cinessonne se déroule dans les villes suivantes :
- Athis-mons
- Bretigny
- Chilly-Mazarin
- Juvisy sur Orge
- Les Ulis
- Marcoussis
- Montgeron
- Orsay
- Ris Orangis
- Saint Michel sur Orge
- Viry Chatillon.



Se faire des amis est une occupation de paysans, se faire des ennemis est une occupation d'aristocrates. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0