Accueil > Spectacles > Concerts > Concert de Chostakovitch, grand compositeur russe/Sibelius

Concert de Chostakovitch, grand compositeur russe/Sibelius

Vendredi 7 décembre 2007 à 20h00


Son œuvre pour le piano seul comprend : Trois danses fantastiques (écrites à l’âge de 12 ans) Les aphorismes (10 pièces écrites à l’âge e 20 ans), 2 sonates, un recueil de 24 préludes, un ’cahier d’enfant’ (7 pièces écrite à l’attention de sa fille Galina) un recueil de 24 préludes et fugues, et une œuvre pour deux pianos ’Concertino’ (écrite en 1953 à l’intention de son fils Maxime).

Il a également écrit deux trios pour piano, violon et violoncelle.

Concert Chostakovitch/Sibelius

Dimitri Chostakovitch est né le 25 septembre 1906 à Saint-Pétersbourg. Il a débuté le piano avec sa mère, elle-même pianiste professionnelle. En 1919, il entra au Conservatoire de Petrograd, où il étudia le piano avec Leonid Nikolaiev et la composition avec Maximilien Steinberg. Dès l’âge de quatorze ans, il signa ses premières compositions (pour le piano), et en 1926 sa première sonate ainsi que sa première symphonie, celle-ci lui valut une renommée internationale.

En 1927, le gouvernement lui commanda une seconde symphonie, pour commémorer l’anniversaire de la Révolution d’Octobre. La même année, il obtint un diplôme d’honneur au concours Chopin à Varsovie.

La carrière de Dimitri Chostakovitch est loin d’être un long fleuve tranquille, puisqu’il fut, à plusieurs reprises, consacré puis réprimandé. Ainsi son opéra "Le Nez" tiré d’un livret de Gogol et créé en 1930, connut un immense succès populaire, avant d’être critiqué et interdit, considéré comme le produit d’une bourgeoisie décadente. En 1934, son second opéra moderniste, Lady Macbeth de Mtsensk connut un grand succès en URSS et à l’étranger, mais à la suite d’une représentation à Moscou, un article publié en 1936 dans la Pravda (titré " Le chaos au lieu de la musique") condamna son travail et les représentations furent arrêtés, Chostakovitch étant présenté comme un "ennemi du peuple".

Il fut alors obligé de faire des concessions. Ses symphonies n° 5 (1937), n° 6 (1939), n° 7 (1942) reçurent l’aval du Parti communiste. Réhabilité, en 1941, il fut nommé Professeur au Conservatoire de Leningrad et il lui fut attribué le prix Staline pour son quintette avec piano. Mais en 1948 il perdit sa place de professeur (pour ne retrouver un poste qu’en 1961). Son fils Maxime fut même contraint de le condamner publiquement.
Dimitri Chostakovitch a été réhabilité en 1958. En 1966, il est le premier compositeur à recevoir le titre de Héros du travail socialiste. Il est décédé le 9 août 1975, des suites de plusieurs attaques cardiaques.

Vendredi 07/12/07 à 20h00
GRAND AUDITORIUM DU PHARO
58 bld Charles Livon
13007 MARSEILLE



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0