Accueil > Cinéma Russe > Festival ’PARIS CINEMA’ n’oublie pas le cinéma russe...

Festival ’PARIS CINEMA’ n’oublie pas le cinéma russe...

Du 30 juin au 13 juillet 2004


De Moscou à Paris, Paris Cinéma permet aux Parisiens de s’aventurer au coeur du meilleur du cinéma contemporain russe : une vingtaine de longs métrages russes issus des plus grands festivals internationaux, une sélection de tous les genres cinématographiques.

Des 4 films présentés ici, réalisés entre 1931 et 1947, par les plus grands cinéastes du genre en ex-URSS, certains sont des raretés, peu ou jamais montrés. Trois salles de cinéma accueillent un genre qui ne cesse d’inspirer les grands réalisateurs de par le monde.

Volga-Volga de Grigori Alexandrov 1937, URSS :

Le dirigeant d’une fabrique de balalaïkas, Byalov, doit envoyer un groupe amateur aux Olympiades musicales de Moscou. Mais son entreprise compte deux équipes intéressées par le concours : un choeur de chansons populaires animé par la postière et un orchestre symphonique dirigé par le comptable. Les deux rivaux, embarqués sur la Volga, se mettent en route pour la capitale. La deuxième comédie musicale de Grigori Alexandrov est un hymne plein d’entrain et d’humour à la Volga, ainsi qu’une satire de la bureaucratie, à travers le personnage hilarant de Byalov. Immense succès à sa sortie, Volga-Volga demeure un classique du cinéma soviétique des années 1930, qui propulsa au rang de star Lyubov Orlova, épouse d’Alexandrov et véritable icône de la comédie musicale russe.

Les séances :
- Lundi 5 juillet 2004

- 14h, La Pagode (7ème)
- 16h, La Pagode (7ème)
- 18h, La Pagode (7ème)
- 20h, La Pagode (7ème)
- 22h, La Pagode (7ème)

- 1h45 / 35 mm / noir et blanc / sous-titré français
Scénario : Grigori Alexandrov, Nikolai Erdman, Mikhail Volpine
- Interprétation : Igor Ilynsky, Lyubov Orlova, Pavel Olenev, Andrei Toutychkine
- Production : Mosfilm
- Image : Boris Petrov, Vladimir Nilsen
- Son : Yevgeni Nesterov
- Décor : Georgi Grivtsov, M. Karyakin
- Montage : Yeva Ladyzhenskaya
- Musique : Isaak Dunayevsky
- Chorégraphie : G. Shakhovskaya


Les Joyeux garçons (Vesiolye rebiata) de Grigori Alexandrov 1934, URSS

Lors d’un concert, à la suite d’un malentendu, Kostia, jeune berger mélomane, prend la place de Frascini, célèbre maestro italien. Malgré son incompétence, le jeune homme est acclamé par une salle enthousiaste. Forts de ce succès, les musiciens l’engagent alors pour être le chef de leur orchestre de jazz. Après sept années de collaboration et six films coréalisés avec Sergueï Eisenstein, Grigori Alexandrov écrit, pour son premier film en solo, une comédie musicale. Véritable triomphe à sa sortie, Les Joyeux Garçons repose sur une mise en scène rythmée, où les morceaux chantés s’accompagnent d’une pléthore de gags hilarants. Le film comprend, en outre, deux séquences de dessins animés et s’ouvre sur l’un des plus longs travellings de l’histoire du cinéma.

Les séances :

- Mercredi 7 juillet 2004

- 14h, Mac-Mahon (17ème)
- 16h, Mac-Mahon (17ème)
- 18h, Mac-Mahon (17ème)
- 20h, Mac-Mahon (17ème)
- 22h, Mac-Mahon (17ème)

- 1h34 / 35 mm / noir et blanc / sous-titré français
- Scénario : Grigori Alexandrov, Vladimir Mass, Nicolaï Erdman
- Interprétation : Leonid Utyosov, Lyubov Orlova, Mariya Strelkova
- Production : Moskinokombinat
- Image : Vladimir Nilsen
- Son : Nikolai Timartsev
- Décor : Alexei Utkin
- Montage : Esfir Tobak
- Musique : Isaac Douniaievsky


Au bord de la mer bleue (U samogo sinego morja) Boris Barnet 1936, URSS

Seuls rescapés d’un naufrage en mer Caspienne, Aliocha et Youssouf dérivent pendant deux jours et deux nuits avant d’échouer sur une île au large de l’Azerbaïdjan. Ils commencent alors une nouvelle vie dans le kolkhoze « Feux du communisme » installé sur l’île, mais tombent tous deux amoureux de sa responsable, Macha. Jaloux l’un de l’autre, ils vont jusqu’à se trahir... À sa sortie, le film fut vivement critiqué par le pouvoir soviétique, qui lui reprochait une trop grande naïveté, son inflexion idéologique vers le cinéma américain et son éloignement des réalités du prolétariat. Aujourd’hui, cette oeuvre, à la fois témoignage historique et fiction ingénue, peut être vue comme une ode à la vie, même si les embruns de la mer Caspienne et les chants de marins mélancoliques, mêlés aux troubles des personnages, imprègnent l’atmosphère d’une mystérieuse tension.

Les séances :
- Vendredi 9 juillet 2004

- 14h, La Pagode (7ème)
- 16h, La Pagode (7ème)
- 18h, La Pagode (7ème)
- 20h, La Pagode (7ème), présenté par Grégoire Dubost (Radio Campus)
- 22h, La Pagode (7ème)

- 1h11 / 35 mm / noir et blanc / sous-titré français
- Scénario : Klimentii Mine
- Interprétation : Elena Kuzmina, Andrei Dolinin, Sergei Komarov, Nikolai Kryuchkov, Lyalya Sateyeva, Lev Sverdlin
- Production : Mezrabpom-film / Azerfilm
- Image : Mikhail Kirillov
- Décor : Viktor Aden
- Musique : Sergei Pototsky


Le Printemps (Vesna) de Grigori Alexandrov 1947, URSS

Un metteur en scène demande à une femme astronome, Irina Nikitina, d’incarner le rôle principal du film qu’il prépare sur les grands savants. Face à son refus, il se met en quête d’un sosie pour interpréter son personnage et engage une actrice d’opérette, Vera Shatrova. À la suite d’un quiproquo, les rôles s’inversent et Irina remplace Vera sur le tournage. L’arrivée du printemps démêle ce méli-mélo, à l’issue duquel les deux sosies rencontrent l’amour et le succès. Sans doute à cause de la censure, Le Printemps dessine une vision idyllique de la société stalinienne d’après-guerre. Au comique de situation, le film ajoute séquences chantées et dansées, interprétées par le ballet du Bolchoï, qui s’insèrent dans une vertigineuse mise en abyme, où les décors de cinéma prennent tout leur sens.

Les séances :

- Jeudi 1 juillet 2004

- 14h, Mac-Mahon (17ème)
- 16h, Mac-Mahon (17ème)
- 18h, Mac-Mahon (17ème)
- 20h, Mac-Mahon (17ème)
- 22h, Mac-Mahon (17ème)

- 1h50 / 35 mm / noir et blanc / sous-titré français
Scénario : Grigori Alexandrov, Alexandr Raskine, Moris Slobodskoi
- Interprétation : Lyubov Orlova, Nikolai Cherkasov, Nikolai Konovalov
- Production : Alexandr Davidson, Mosfilm
- Image : Youri Ekeltchik
- Son : Vyacheslav Lechev
- Décor : Vladimir Kaplounovski, Konstantin Epimov
- Musique : Isaac Douniaievski
- Chorégraphie : K. Goleizovski,G. Chakhovskaia
- Costumes : Konstantin Epimov.


- Mac-Mahon (17ème)
5, avenue Mac-Mahon
Métro : Charles de Gaulle-Étoile


- La Pagode (7ème arrondissement)
57, rue de Babylone
Métro : Saint-François-Xavier



Le cerveau russe est humide, il ne flambe pas du feu de l'intelligence, et quand tombe en lui l'étincelle du savoir, il fume et s'éteint. Maxime Gorki

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0