Accueil > Festivals > Festival International de Films de Femmes met à l’honneur le cinéma de (...)

Festival International de Films de Femmes met à l’honneur le cinéma de l’Est

Du 12 au 21 Mars 2004


La programmation du Festival International de Films de Femmes 2004 ira à la rencontre des autres cultures au sein de nos pays. Que représente l’Europe pour les femmes lettonnes, ouzbekes ou Russes ? Entre désirs d’émancipation, mieux être économique, intégration fictive ou réelle, qu’elle est la part des fantasmes et la part de réalité ?

26E FESTIVAL DU FILM DE FEMMES DE CRÉTEIL

Depuis 25 ans, le Festival International de Films de Femmes de Créteil et du Val-de-Marne accompagne la percée des femmes dans l’histoire du cinéma :

- 40 films pour s’interroger sur les notions d’identité
et de frontières.
- 2 programmes pour illustrer le déplacement
- 5 programmes pour donner à voir tout au long du festival
- Le rassemblement des festivals de films de femmes d’europe.

Programmation > Pays de l’Est :

- Angel na obotchninié/ Shantytown Blues / Un ange sur le bord de la route

De Svetlana Stassenko
Russie, fiction, 2003,
105’, couleurs
35mm, v.o. russe, st. anglais et français

Première œuvre de cette jeune réalisatrice russe, le film raconte, à travers le destin d’un jeune chanteur de rock, Michka, la vie entre la fin de l’ère brejnévienne et le début de la Perestroïka. Dans cette Russie profonde et misérable, où les relations entre les gens étaient sclérosées par l’absence d’horizon, le changement politique du milieu des années 80 offrait un espoir immense aux jeunes générations, qui s’engouffrèrent dans le mouvement de libération sans remarquer que le pouvoir, économique maintenant, restait aux mains des hommes sans scrupules. "Mon film a deux héros : Michka et notre époque si pleine de contradictions, que l’on commence seulement à analyser".

Maison des Arts
Dimanche 14 mars à 19h, Lundi 15 à 21h30
et Mercredi 17 mars à 13h


- Pôvod Sveta / L’Origine du monde

De Katarina Kerekesova
Slovaquie, animation, 2002, 21’, couleurs
35 mm, sans paroles

Ce film mêle animation et personnages en chair et en os. Il s’inspire de la création du monde telle que dans le mythe brésilien : le dieu Tupan descend sur terre, où il s’ennuie rapidement. Il crée alors l’homme à son image, mais voilà que celui-ci s’ennuie aussi…

Maison des Arts
Lundi 15 mars à 17h et Vendredi 19 mars à 15h


- De Lana Caprina

De Elema Sorokina
Russie, documentaire, 2002, 26’ ; noir et blanc,
35mm, v.o.russe, st.

L’expression "de lana caprina" vient du latin et signifie "parler de choses sans importance". De tout et de rien. C’est ce que fait ce documentaire, qui nous plonge dans la vie d’une famille sibérienne, musulmane, et qui par ailleurs apprécie les chansons de Franck Sinatra. Une vie où coexistent l’ordinateur et la charrette paysanne tirée par un cheval, où l’on vit aujourd’hui dans un temps hors du temps.

Maison des Arts
Jeudi 17 mars à 14h et vendredi 19 mars à 16h30


- Green Oaks / Les Chênes verts

De Ruxandra Zenide
Suisse, fiction, 2003, 34’, couleurs
35 mm, v.o. Roumaine et française, s-t. anglais

George prend soin de sa petite sœur Gabi, dans un coin perdu en Roumanie. Ils sont seuls au monde. Un couple suisse arrive pour adopter Gabi.

Maison des Arts
Lundi 15 mars à 17h et Mercredi 17 mars à 19h


- Gala

Elena Dimitrievna Diakonova / Gala
De Silvia Munt
Espagne, documentaire, 2003, 104’, couleurs,
35mm, v.o.espagnole, catalane, anglaise, française, russe,
st.français

Gala est née à Kazan (Russie), d’une grande famille de l’intelligentsia russe. C’est à Davos, dans un sanatorium, alors qu’elle n’a que 17 ans, qu’elle rencontre Paul Eluard dont elle tombe amoureuse. En 1916, elle traverse toute l’Europe pour le retrouver à Paris, mais il part au front. En 1917 elle se marie avec Eluard, se lance dans la mouvance surréaliste, et sublime sa vie en lui donnant une dimension artistique : poésie, cinéma, peinture sont alors des domaines en pleine effervescence. Elle choisit ses amants parmi les plus grands créateurs du siècle : Max Ernst et Dali. Ce film nous fait découvrir les facettes, quelquefois contradictoires, d’une femme libre et fascinante.

Maison des Arts
Dimanche 14 mars à 17h et Mardi 16 mars à 19h


- Pitons / The Python
De Laila Pakalnina
Lettonie,
fiction, 2003,
88’, couleurs,
35mm, v.o.russe, st.

Un petit singe déguisé en fillette est posté sur la banquette arrière d’une voiture. Un groupe d’hommes inspecte un grenier. Un castor court sur un toit. Un photographe accompagné de son singe, vient faire la photo de classe d’un groupe d’élèves. La directrice de cette école post-soviétique qui se conduit en véritable despote, enquête de son côté pour trouver le coupable d’un "caca" laissé dans les toilettes. Cet incident prend des proportions grotesques, mais par petites touches, de manière pointilliste et par une accumulation de détails dérisoires, le film dresse le portrait d’une société encore marquée par la domination soviétique.

Maison des Arts
Place Salvador Allende - Créteil
Métro : Créteil Préfecture (Terminus), traversez le centre commercial et sortir porte 26


Festival International de Films de Femmes de Créteil et du Val-de-Marne
Maison des Arts
Place Salvador Allende
Créteil - France

Transports :
- Billets congrès SNCF sur simple demande.
- Des navettes gratuites de la Maison des Arts à la Lucarne
- Des Navettes gratuites tous les soirs de Créteil à Bastille et Châtelet après la dernière projection

Tarifs /5 Formules d’abonnement valables pour toutes les séances, sur toute la période et les trois lieux du Festival :

- Le Pass FIFF1 : 55 euros ( joindre une photo)
- Le Pass Etudiant : 27 euros (1 joindre une photo et une photocopie de la carte d’étudiant)
- Carte Club FIFF1 : 38 euros - carnet de 10 billets personnels
- Carte DUO : 27 euros - carnet de 6 billets à partager en duo
- Graine de Cinéphage : 9 euros - 4 billets personnels pour les scolaires et lycéens
- Carnet Collectivité : 38 euros -10 billets

Billets à l’unité :

- Soirée de gala : 7 euros,
- Plein tarif : 5 euros,
- Tarif réduit : 4 euros,
- Scolaire : 2,30 euros



L'histoire est encore plus rancunière que les hommes. Nicolaï Karamzine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0