Accueil > Spectacles > Théâtre > Les 4, 5, 6 et 7 octobre 2001 - Théâtre Maly de Moscou à Versailles

Les 4, 5, 6 et 7 octobre 2001 - Théâtre Maly de Moscou à Versailles


Les sentiments de sympathie profonde qui unissent les nations russe et française se sont manifestés durant les siècles par des faits bien précis qui sont toujours plus probants que tous les raisonnements du monde.

image 137 x 200Le Théâtre Montansier de Versailles presente :

Versailles - Moscou

- mai 1717 - octobre 2001 : les grands précédents
- 24 mai 1717 - Pierre le Grand est à Versailles et Saint Cyr.

Dès son premier voyage en Europe, c’est à dire dès 1698, Pierre le Grand avait eu l’intention de venir à Paris. Mais rappelé dans ses états par la révolte des strelitz, il ne put venir en France qu’en 1717 ; deux ans après la mort de Louis XIV.

Après avoir visité diverses résidences royales, il arriva à Versailles dans l’après-midi du 24 mai. Séjournant au Trianon, il alla visiter Madame de Maintenon dans sa retraite à Saint-Cyr.
Pierre le Grand n’était pas venu en France uniquement en touriste et en observateur, il avait un but secret : celui d’une alliance avec notre pays. Mais ses projets n’aboutirent pas à l’époque ...

24 octobre 1893 - Les officiers russes de l’escadre de l’amiral Avellan sont reçus à Versailles. A la fin des années 1890, les nécessités géopolitiques imposent un rapprochement logique entre nos deux pays, isolés face à l’expansionnisme colonial anglais et aux divergences entre Vienne et Saint Petersbourg.
En 1891, le gouvernement français envoya en visite à Cronstadt l’escadre de l’amiral Gervais. L’accueil de la population russe fut d’un remarquable enthousiasme.
Un accord politique était conclu le 27 août. Restait à le doubler d’un volet militaire.
La négociation sera longue, et une convention militaire d’alliance défensive est signée le 18 août 1892.,.
Le 13 octobre 1893, l’escadre russe de l’amiral Avellan entrait en rade de Toulon. Une liesse indescriptible saluait l’événement. La réception des officiers à Versailles, eut lieu le mardi 24 octobre 1893.
De toutes parts des comités se forment pour organiser la décoration des rues. Les décorations officielles et les décorations dues à l’initiative privée, rivalisent d’élégance et de profusion. Sur tous les points de la ville, les fenêtres, de l’entresol aux mansardes se garnissent de drapeaux. Quant aux rues, elles disparaissent au milieu des trophées, oriflammes, vergues et haubans. En un mot, c’est un débordement d’enthousiasme qui se manifeste de mille façons, plus ingénieuses et touchantes les unes que les autres et auquel participent toutes les classes de la population.
Nous ignorons si des représentations théâtrales furent données au théâtre Montansier en ce jour de liesse. Il est impossible de décrire ici tous les événements qui jalonnèrent cette journée, mais la journée du 24 octobre 1893 resta longtemps gravée dans la mémoire des Versaillais.

Propos et renseignements recueillis dans l’ouvrage de M. G. Mazinghien et A. Terrade - Les Officiers de l’Escadre Russe à Versailles - Imprimerie Aubert - 1894.

Si la littérature russe, ainsi que les œuvres des musiciens russes sont fort appréciées en France, nous pouvons dire que nos artistes sont très goûtés également en Russie. Nous pouvons donc nous réjouir de trouver des points de concordance, des affinités dans nos goûts artistiques en insistant bien, que de part et d’autre, on ne travaille toujours que pour la perfection de l’art.

Les 4, 5, 6 et 7 octobre 2001 - Nous vous attendons tous, très nombreux, pour faire un accueil triomphal au prestigieux théâtre Maly de Moscou.


LE THEATRE MALY

image 160 x 118II y a 245 ans, fût organisé en Russie un théâtre, qui recevra plus tard le nom qu’il porte encore aujourd’hui : « Le théâtre Maly ». En 1756, l’impératrice Elizabeth Petrovna promulga l’oukaze qui donnait naissance au premier théâtre professionnel de Russie : « aujourd’hui, j’ordonne la constitution d’un théâtre de langue russe qui représentera des comédies et des tragédies... ». Aussitôt après, c’est à l’Université de Moscou que voit le jour le tout jeune Théâtre Russe Libre, ancêtre du Théâtre Maly et de sa troupe ...

Plus tard, ces artistes travaillèrent au service de la direction moscovite des théâtres impériaux. En 1824, l’architecte Ossip Bovet construisit l’ensemble de la Place Pétrovski(aujourd’hui Place du Théâtre), puis Vassilii Varguine, riche bourgeois, légua ses propres bâtiments au théâtre. De cette époque, le Théâtre prit le nom de « Maly - petit » (par opposition au Théâtre « Bolchoï - grand » destiné aux représentations d’opéras et de ballets).

Le Théâtre Maly interpréta toujours les drames msses et étrangers avec la plus grande perfection. Y furent jouées les œuvres de Griboiedov, Gogol, Tolstoï, Dostoïevski, Shakespeare, Schiller, Balzac ... Le Théâtre Maly a représenté l’œuvre de Pouchkine, au cours de la vie du grand poète. Il n’y a pas de plaques commémoratives pour rappeler le passage de grands artistes ou de membres de la famille impériale - tant la place manquerait le long des augustes murs de ce théâtre...

A l’entrée du Théâtre Maly, se dresse le monument d’un seul homme, le dramaturge de génie, Alexandre Nicolaiévitch Ostrovski, qui a donné son nom au théâtre national russe.


ONCLE VANIA

image 143 x 180Nous savons que le grand écrivain russe Anton Pavlovitch Tchékhov rêvait de voir jouer ses pièces sur la scène du Théâtre Maly. Ce souhait ne se réalisa pas de son vivant - de toutes les pièces de Tchékhov, seules les comédies furent représentées au Théâtre Maly. Mais au 20eme siècle, le Théâtre Maly se tourna vers l’œuvre complète de Tchékhov.

« Oncle Vania » - spectacle beau et triste du Théâtre Maly, tiré du plus profond de l’âme intime de Tchékhov - est considéré comme une grande tragédie. Parce qu’on y voit des gens bons, honnêtes et sensibles, qui se querellent les uns avec les autres, et en eux-mêmes individuellement...

Le spectacle est dû au célèbre metteur en scène Sergueï Soloviev. Les décors et la musique du spectacle sont du peintre bien connu Valérî Levental et du compositeur Isaac Schwarz.

Le spectacle est interprété par les étoiles du Théâtre Maly : louri Solomin, Vitalï Solomin, Svetlana Amanova, Valerï Babatinski, Inessa Rachvalova et d’autres ...


LA CERISAIE

image 180 x 116Grande pièce de la littérature russe du poète classique Anton Pavlovitch Tchékhov, « La Cerisaie » nous conte la vie d’aristocrates au grand cœur et de la nouvelle génération des propriétaires entre le 19^ et le 20^
siècle. De toute sa longue histoire, le Théâtre Maly n’a monté « La Cerisaie » qu’une seule fois.

Ce spectacle est dû au célèbre acteur et metteur en scène Igor IIlinski. Une des raisons de la longévité du succès de cette pièce et de l’intérêt que les spectateurs lui vouent encore aujourd’hui, c’est le génie dramatique d’Anton Pavlovitch Tchékhov et l’excellent travail des acteurs : I. Mouraviova, V. Corchounova, V. Babatinski, A. Corchounova et de beaucoup d’autres qui consacrent tout leur talent aux personnages des héros de Tchékhov sur scène.

Cette pièce voyagea dans de nombreux pays : en Allemagne, en Bulgarie, en Corée du Sud, en Israël, en Lybie, au Mexique et partout la qualité du spectacle suscita l’attention des spectateurs et de la critique.

La compagnie du Théâtre Maly de Moscou interprète, au Théâtre Montansier de Versailles, LA CERISAIE de Anton Tchékhov.
- samedi 6 octobre 2001 à 20 h 30
- dimanche 7 octobre 2001 à 15 h 30

Représentations en russe avec sous titrage simultané.


La Compagnie de la Reine

La Compagnie de la Reine, troupe du Théâtre Montansier de Versailles, animatrice du Mois Molière, est constituée de comédiens interprétant avec autant de générosité le répertoire classique et prestigieux, les formes théâtrales les plus variées (improvisation, théâtre de rue, théâtre pour enfants, théâtre en entreprise...) ou les pièces dites "d’auteur". Une
troupe enthousiaste, disponible, accessible et, bien sûr, empreinte de l’exigence rigoureuse des professionnels reconnus.

La Compagnie de la Reine, par sa mise en scène et son interprétation des comédies de Molière, s’efforce de renouer avec la grande tradition du jeu d’acteurs et la mise en avant du texte et des situations comiques. Tout comme Molière, en respectant la rigueur du dialogue,
l’interprétation est improvisée, au profit de l’aspect vivant du texte.
Dans un décor totalement dépouillé, le travail porte sur les personnages, et les acteurs, en gagnant la complicité du public, reconstituent le bonheur qui prévalait dans les cours de récréations.

La Compagnie de la Reine joue, au Théâtre Maly (« Petit Bolchoï ») de Moscou, les 24,25,26 et 27 septembre 2001

L’Impromptu de Versailles, Les Précieuses Ridicules, Les Fourberies de Scapin de Molière.

Avec (par ordre alphabétique) :
Damien CODEN, Jean-Daniel LAVAL, Jérôme MENSALES, Cédric MIELE, Mathilde PUGET, Gwenaël RAVAUX, Lorenzo SALVAGGIO, Antoine SEGUIN, Coralie STEVENS, Elrik THOMAS.



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0