Accueil > Spectacles > Théâtre > "Le Mariage" de Gogol

"Le Mariage" de Gogol

Du 19 janvier 2012 au 26 février 2012


Issu d’une famille de petits propriétaires fonciers d’Ukraine, Nikolaï Gogol est très vite marqué par l’infl uence religieuse et morale de sa mère.

« Parce que, le diable me prenne, c’est une affaire qui vous fait du tracas, le mariage ! » s’exclame au début de la pièce Kapilotadov, éternel célibataire en quête d’un bon parti. Acculé au mariage par convention sociale, par vénalité aussi, il fait appel aux services de Fiokla Ivanovna, une marieuse menteuse et manipulatrice qui lui présente, en même temps qu’à quatre autres hommes, la fi lle d’un marchand, Agafi a Agafonovna.

« Cette aventure parfaitement invraisemblable en deux actes », selon l’expression de Gogol, conduit les prétendants à une sorte de démence verbale qui frôle l’absurde. Jeux de mots, propos grivois, mécanique désopilante, tels sont les ingrédients qui composent Le Mariage. Cette comédie sur le rien fustige, par la seule force du rire, la vacuité et la vanité de l’homme.


Nikolaï Gogol

Issu d’une famille de petits propriétaires fonciers d’Ukraine, Nikolaï Gogol est très vite marqué par l’infl uence religieuse et morale de sa mère. Sentant le besoin de servir son pays, il devient fonctionnaire au ministère des Apanages, statut qu’il quitte pour se consacrer pleinement à l’écriture. Il se fait connaître au début des années 1830 par ses romans et ses nouvelles, dont Tarass Boulba, Le Journal d’un fou, Le Nez. Assignant à la littérature un pouvoir moral, il part en guerre contre les vices qu’il expose dans une oeuvre hantée par la fi gure du diable. Ébranlé par la réception en 1836 du Revizor, accusé d’être une satire politique de la Russie tsariste, Gogol fuit la Russie pour l’Allemagne avant de s’installer à Rome. De plus en plus habité par des préoccupations religieuses, il reprend alors la rédaction de son roman Les Âmes mortes, au moment où sa crise mystique confi ne à la folie. Après un pèlerinage à Jérusalem, Gogol revient finir ses jours à Moscou, où il meurt en 1852.


Lilo Baur

Née en Suisse, Lilo Baur débute sa carrière à Londres comme comédienne en se produisant au Royal National Theatre avant d’intégrer la compagnie Théâtre Complicité dirigée par Simon McBurney. Alternant les rôles au théâtre – où elle collabore avec Peter Brook – et au cinéma – avec récemment 2016 das Ende der Nacht de Tim Fehlbaum –, elle se consacre à la mise en scène. Elle monte, entre autres, Fish Love d’après Tchekhov en 2007, Le Conte d’hiver de Shakespeare en 2009 et l’opéra Didon et Énée de Purcell en 2011. Fascinée par le théâtre russe, et plus particulièrement Tchekhov, Lilo Baur se dit touchée par les personnages indécis qui peuplent l’oeuvre de Gogol. Avec Le Mariage, elle nous invite à découvrir une peinture du mariage miné de l’intérieur par le burlesque et l’absurde.


Avec :

- Yves Gasc : Stéphane et Pépev
- Véronique Vella : Arina Pantéleïmonovna (en alternance)
- Catherine Sauval : Arina Pantéleïmonovna (en alternance)
- Jean-Baptiste Malartre : Mamimine
- Alain Lenglet : Chikine
- Clotilde de Bayser : Fiokla Ivanovna, la marieuse
- Laurent Natrella : Plikaplov, ami de Kapilotadov
- Julie Sicard : Agafia Agafonovna, fille de marchand, la fiancée (en alternance)
- Nicolas Lormeau : Omelette, huissier
- Clément Hervieu-Léger : Kapilotadov, fonctionnaire, conseiller surnuméraire (en alternance)
- Nâzim Boudjenah : Kapilotadov, fonctionnaire, conseiller surnuméraire (en alternance)
- Jennifer Decker : Agafia Agafonovna, fille de marchand, la fiancée (en alternance)


Du 19 janvier 2012 au 26 février 2012
Du mercredi au samedi à 20h, 16h les dimanches et 19h les mardis

Théâtre Comédie Française du Vieux-Colombier
21 rue du Vieux-Colombier, Paris 6e

Location 01 44 39 87 00/01
7 jours/7 de 11h à 18h
Fax location 01 44 39 87 02

Groupes et collectivités 01 44 39 87 03
du lundi au vendredi de 11h à 18h

Bar 01 42 22 14 00, du mardi au samedi à partir de 11h et le dimanche à partir de 15h les jours de représentation

Bus 39, 63, 68, 70, 83, 84, 86, 87, 95, 96
Métros Saint-Sulpice, Sèvres-Babylone
Parkings Place Saint-Sulpice, Sèvres-Babylone, Saint-Germain-des-Prés



Le petit cadeau va où il espère trouver le grand cadeau. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0