Accueil > Spectacles > Théâtre > COMÉDIE TCHÉTCHÈNE (PAS TOUJOURS TRÈS DRÔLE)

COMÉDIE TCHÉTCHÈNE (PAS TOUJOURS TRÈS DRÔLE)

Du 7 au 17 février 2012 / Studio Casanova


L’histoire ? Tout le monde la connaît. C’était en 2002, à Moscou. Un commando tchétchène prend le public d’un théâtre en otage à l’issue d’une représentation théâtrale.

Miroir du monde ? Sans déconner ? Je lis ici : le théâtre est le miroir du monde. Où est-ce qu’ils ont vu ça, eux ? On doit pas vivre dans le même. Mais je suis d’accord avec ça. C’est pas pour rien qu’on est ici et pas ailleurs. Un théâtre. Aurait-on éprouvé le besoin de venir ici si on y représentait autre chose que ces spectacles obscènes et futiles ? C’est ainsi : quand le théâtre oublie le monde, le monde se rappelle au théâtre. Alors, voyez-vous, à travers nous, c’est ce monde qui s’y invite brutalement, pour qu’il devienne enfin ce miroir – même brisé. Nous sortons des obscures et ensanglantées coulisses de l’Histoire pour brûler les planches."

L’histoire ? Tout le monde la connaît. C’était en 2002, à Moscou. Un commando tchétchène prend le public d’un théâtre en otage à l’issue d’une représentation théâtrale. Ayant investi les lieux, les rebelles décident donc d’utiliser l’outil, tombé entre leurs mains, pour ce qu’il est : ils vont donc faire, à leur façon, du théâtre.
Cette Comédie Tchétchène (pas toujours très drôle) fait ainsi la part belle au procédé baroque du “ théâtre dans le théâtre ”, en explorant ses diverses formes : comédie musicale, théâtre réaliste, récital poétique, chanson, improvisation comique et théâtre documentaire.
Yoann Lavabre

Que reste-t-il, neuf ans après, de l’actualité de ce fait divers horrible ? Pas grand-chose en fait. Cent soixante-huit morts, pour rien. On ne sait même pas vraiment comment les gens sont morts, en fait. Par arme à feu, gazés ? On ne sait même pas quelle était la composition de ce gaz mystérieux utilisé par les forces spéciales russes.
C’est donc sur des zones d’ombres qu’il faut construire le spectacle. Yoann Lavabre a écrit d’après des hypothèses, des écrits sur le sujet et en prenant des libertés énormes avec ce fait historique. C’est la force du texte. C’est la force du théâtre.
Bruno Lajara

Coproduction : VIESÀVIES, Théâtre des Quartiers d’Ivry, Scène Watteau de Nogent-sur-Marne, Théâtre de Cachan, Théâtre André Malraux du Kremlin Bicêtre, Culture Commune-Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais associée à la ville de Grenay, Maison Folie de Wazemmes de Lille.
Avec le soutien du Conseil Général du Pas-de-Calais et le Conseil Régional Nord-Pas de Calais.

- Avec Christian Abart,
Rachid Boukrim,
Bruno Buffoli,
Carine Bouquillon,
Perrine Fovez,
Saverio Maligno,
Ali Meziti,
David Thénard

- Comédie Tchétchène est le texte lauréat du concours
- Nouvelles Ecritures organisé en partenariat avec la Scène Watteau de Nogent-sur-Marne, le Théâtre de Cachan et le Théâtre André Malraux du Kremlin-Bicêtre.

STUDIO CASANOVA
69 avenue Danielle Casanova
94200 Ivry-sur-Seine



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0