Accueil > Spectacles > Théâtre > Les malheurs de Sophie, Pièce de La Comtesse de Ségur-Rastoptchine

Les malheurs de Sophie, Pièce de La Comtesse de Ségur-Rastoptchine

A l’affiche du 1 février au 28 avril 2012


Sophie de Rostopchine, la Comtesse de Ségur, est aujourd’hui une grand mère bien gentille, mais si vous l’aviez connu plus jeune ! Sophie n’avait vraiment rien d’une petite fille modèle ! Laissez la vous raconter quelques unes de ses plus grosses mésaventures...

A partir de 5 ans.

Une histoire pour devenir...

Mes chers enfants, vous me dites souvent que vous m’aimez et que je suis une bonne grand-mère. Mamie So n’a pas toujours été bonne et il y a bien des enfants qui ont été méchants comme elle et qui se sont corrigés comme elle. Voici les histoires vraies d’une petite fille que Grand-mère a bien connue dans son enfance. Elle était gourmande, elle est devenue sobre ; elle était voleuse, elle est devenue honnête ; enfin, elle était méchante, elle est devenue bonne. Mamie So a tâché de faire de même. Faites comme elle, mes chers petits enfants. Cela vous sera facile, à vous qui n’avez pas tous les défauts de Sophie…

Les Malheurs de Sophie ont bercé notre enfance. Cet ouvrage de référence, lu de génération en génération, permettait de poser la place de chacun des membres de la famille dans la société et l’importance de l’éducation « bourgeoise ». C’était la rencontre entre les principes moraux et la vie, un terrain expérimental en quelque sorte. À partir de ce modèle, entre autres, les générations suivantes ont tenté de régler les interdépendances générées dans ces rapports. Devenues des femmes autonomes, nous avons fait éclater le carcan dans lequel on voulait nous contraindre, Sophie et nous même.

Bien que toujours dans la transgression, Sophie parviendra néanmoins au bonheur grâce à sa volonté tenace et sera ainsi forte de toutes les expériences qu’elle aura vécues… au terme de son chemin initiatique. Voici ce que l’on peut retenir de Sophie aujourd’hui. C’est pour cela que nous avons décidé d’adapter une partie de ses aventures, comme une sorte de catharsis proposée aux jeunes filles. Que dans une éducation de pluralité, elles parviennent à trouver leur équilibre.

Danielle Barthélémy, Catherine Maarek

Mouffetard
73, rue Mouffetard, 75005 Paris

- Métro : Place Monge (ligne 7)
- Bus : 47-87-89 (jusqu’à 21h)-91 arrêt Monge ou Censier Daubenton
- Borne Taxis : Place Monge
Parking : 4 rue Marché des Patriarches



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0