Accueil > Spectacles > Danse > Jean-Claude "Gallotta Le Sacre du printemps"

Jean-Claude "Gallotta Le Sacre du printemps"

Du 6 au 13 avril 2012 à 20h30


Triple hommage à Igor Stravinsky en forme de pirouette signé Jean-Claude Gallotta : un Sacre du printemps tout feu tout flamme, précédé de deux courtes pièces, Tumulte et Pour Igor.

Chaque chorégraphe porte un Sacre en lui. Celui de Jean-Claude Gallotta est gravé au compas sur un pupitre d’écolier. Le futur chorégraphe entend l’oeuvre pour la première fois sur un vieux tourne-disque. Assoupi sur son banc en bois, il « s’enrêve » aussitôt, dit-il aujourd’hui. C’est alors qu’il chorégraphiait la dernière séquence de son spectacle précédent, L’Homme à tête de chou, que lui sont revenus ces souvenirs. Par quelle voie secrète ? En guise de réponse, Le Sacre du printemps s’est alors imposé comme le second volet du diptyque commencé avec l’hommage à Gainsbourg : mêmes danseurs, même lumière sélénienne, mêmes énergies venues directement de la musique. Jean-Claude Gallotta a choisi de travailler sur la première version de l’œuvre, qu’il considère comme une des meilleures, rude, sans affèteries, sans brillance décorative, dirigée et enregistrée par Igor Stravinsky lui-même. Pas d’anecdote, pas d’intrigue. Jean-Claude Gallotta ajoute : pas d’Élue, ou du moins pas d’Élue unique, glorifiée puis sacrifiée. Chaque interprète féminine sera « éligible », tour à tour, pour rétorquer à « l’obscur pouvoir discrétionnaire » des dieux. Du rituel, Jean-Claude Gallotta a également retenu le double sens étymologique de « relier » et de « se recueillir ». Il s’agit bien pour lui de se recueillir, comme à genoux, sur les marches de l’autel qui montent et monteront toujours à son adolescence, et de se relier aux maîtres, de Kantor à Fellini, qui l’ont conduit à ne pas l’oublier. Le Sacre est précédé de deux courts avant-programmes : I – Tumulte, où le chorégraphe invite danseurs et public à entendre le silence brut de la danse qui précède le déchaînement de la musique. II – Pour Igor, un solo en hommage au compositeur.

Théâtre National de Chaillot
1 place du Trocadéro 75116 Paris
01 53 65 30 00



L'histoire est encore plus rancunière que les hommes. Nicolaï Karamzine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0