Accueil > Expositions > Sous l’égide de Mars : armures des princes d’Europe

Sous l’égide de Mars : armures des princes d’Europe

Du 16 mars au 26 juin 2011


Des prêts exceptionnels ont été accordés par les plus grands musées d’Europe et d’Amérique du Nord, de New York à Saint-Pétersbourg en passant par Leeds, Stockholm, Dresde, Vienne et Turin.

L’exposition mettra, enfin, en évidence l’existence de réseaux européens qui relient les artisans et les artistes mais aussi les marchands et permettent une circulation rapide des modèles
depuis la France jusqu’à l’Europe centrale et la Scandinavie, par l’intermédiaire, entre autres, des ateliers anversois.

Par arrêté de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, et du ministre de la culture et de la communication en date du 14 janvier 2011, les biens culturels : Rondache, attribuée aux ateliers flamands (inv. 3.0.3517) ; Morion, ateliers français (inv. 3.0.3419), sont prêtés par le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie) à l’exposition « Sous l’égide de Mars : armures des princes d’Europe », organisée et présentée au musée de l’Armée, hôtel national des Invalides, Paris, du 15 mars 2011 au 26 juin 2011.

Armures des Princes d’Europe

- Exposition temporaire / 16 mars - 26 juin 2011
- Musée de l’Armée – Hôtel national des Invalides, Paris

L’exposition Sous l’égide de Mars. Armures des Princes
d’Europe, présentée par le musée de l’Armée du 16 mars au 25
juin 2011, réunit, pour la première fois, aux Invalides, les pièces
maîtresses des plus grandes collections d’armures
européennes et américaines, réalisées dans la seconde moitié
du XVIe siècle pour les souverains et princes d’Europe. Ces
armures d’apparat sont de véritables pièces d’orfèvrerie, dont
les décors raffinés révèlent l’expression spécifique d’artistes
français et flamands inspirés par l’esthétique maniériste qui
s’est alors imposée dans tous les arts. Des projets dessinés,
dus entre autres au peintre Jean Cousin le Père (1490-1560) ou
au graveur et orfèvre Etienne Delaune (1519-1583), donnent un
aperçu du travail de conception des modèles, confié aux plus
grands artistes de l’époque. L’exposition invite ainsi à pénétrer
dans les ateliers des grands maîtres armuriers du XVIe siècle, pour
y découvrir le processus d’élaboration de leurs chefs d’oeuvre.

Pour cette unique occasion, de nombreux prêts exceptionnels ont été accordés au musée de l’Armée, issus des plus grandes collections d’armures conservées à Dresde (Rütskammer), Stockholm (Livrustkammaren et château de Skokloster), Vienne (Kunsthistorisches Museum), Turin (Armeria Reale), Leeds (Royal Armouries), mais aussi New York (Metropolitan Museum), au musée
du Louvre, au musée des Beaux-Arts de Lyon et au musée national de la Renaissance à Ecouen. La Staatliche Graphische Sammlung de Munich, quant à elle, a consenti un prêt exceptionnel d’une
vingtaine de dessins préparatoires à l’ornement de pièces destinées à la cour de France. Pour la première fois, ces études et projets seront présentés en regard des pièces auxquelles ils ont servi de
modèles. Ces armures d’exception, objets d’apparat et signes spectaculaires voire ostentatoires, du pouvoir des commanditaires, ont été portées par les plus grands princes et souverains d’Europe
au XVIe siècle : les rois François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III de France, ainsi qu’Erik XIV de Suède, l’empereur Maximilien II, l’électeur Jean-Georges de Saxe… Certaines sont même complétées
par une armure équestre comme l’impressionnant harnois d’Erik IV, que l’on peut considérer comme l’armure la plus somptueuse jamais réalisée et qui quittera, pour la première fois depuis la Seconde
Guerre mondiale, l’armurerie de Dresde où elle est conservée.

L’usage voulait que les armuriers restent anonymes, ce qui rend aujourd’hui difficile l’attribution de la plupart des armures réalisées dans des ateliers français ; en revanche l’art de l’armure maniériste s’est diffusé jusqu’en Flandres où l’orfèvre anversois Eliseus Libaerts – établi à Anvers et connu par les archives – a réalisé d’extraordinaires pièces dans le goût français, forgées et décorées pour l’ambitieux Erik XIV de Suède. Son oeuvre connue sera presque intégralement présentée dans le cadre de l’exposition et confrontée à la fois aux pièces françaises et aux réalisations flamandes
contemporaines.

Informations pratiques :
- Musée de l’Armée - Hôtel national des Invalides
- 129 rue de Grenelle 75007 Paris
- www.invalides.org
- Horaires : tous les jours de 10h à 17h jusqu’au 31 mars, de 10h à 18h à partir du 1er avril. Le musée et l’exposition sont fermés le 1er lundi de chaque mois ainsi que le 1er mai.



Si chacun balayait devant sa porte, comme la ville serait propre! Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0