Accueil > Cinéma Russe > ’Les Fables’ de Staréwitch

’Les Fables’ de Staréwitch

Sortie nationale le 9 février 2011


Ladislas Staréwitch, cinéaste né à Moscou en 1882 et qui a fui la Russie en 1919. Véritable génie de l’animation de marionnettes, Staréwitch est connu pour avoir réalisé en 1930 le premier long-métrage français d’animation Le roman de Renard. Son œuvre qui a inspiré Tim Burton, Terry Gilliam ou Wes Anderson est à redécouvrir.

Ce film est composé de cinq courts métrages tirés des fables de Lafontaine et tournés dans les années 20 et 30 par Ladislas Staréwitch, récemment réunis et restaurés, et accompagnés d’un petit documentaire sur la fabrication des marionnettes et des films par Staréwitch.

Ladislas Starewitch (1882-1965), réalisateur d’origine polonaise, est l’inventeur de génie des premiers films d’animation avec des marionnettes.

Travaillant une technique époustouflante, il a créé dans ses films un univers unique de poésie, d’optimisme et d’humour, en décalage avec tous les drames que l’Europe connaissait alors.

Génie méconnu Staréwitch a créé l’éssentiel de son œuvre en France, pays vers lequel il émigra jeune.


Ladislas Alexandrowitch Starewitch

882 : Naissance le 8 août à Moscou de Ladislas Alexandrowitch Starewitch (nationalité polonaise).

1886 : Décès de sa mère. Son père confie le jeune Ladislas à ses grands-parents maternels qui vivent dans la région de Kovno (Lituanie). Ladislas est scolarisé à Kovno puis suit des études secondaires à Dorpat (Estonie). Esprit indépendant et critique, il s’intéresse au dessin, à la peinture et à l’entomologie. Il est renvoyé de l’école.

Pour une large part, Ladislas Starewitch est un autodidacte qui vivote du commerce de ses peintures, qui collectionne très tôt les papillons, s’initie au théâtre et au journalisme.

1906 : Le 25 novembre il se marie avec Anna Zimmermann.

1907 : Naissance d’une première fille, Irène, qui joua dans un film de son père (Le Lys de Belgique, 1915) puis collabora constamment avec lui à partir des années 1920.

Employé au cadastre à Kovno, il occupe ses loisirs à faire du théâtre, à photographier ; il assiste aux premières projections de films organisées dans la région. Il est en relation avec le musée ethnographique de Kovno pour lequel il photographie puis filme des scènes ethnographiques. (Certains affirment qu’il serait fondateur ou cofondateur de ce musée). C’est pour ce musée qu’il réalise son premier film en vue réelle : Sur le Niemen en 1909.

1910 : L.Starewitch publie des caricatures dans "Koviénskoié zierkalo" (Le Miroir de Kovno)

1910 : Pour montrer la vie des insectes, il imagine son premier film image par image tourné avec des insectes naturalisés : Lucanus Cervus.

Fort du succès rencontré par ce premier film, il écrit et tourne ses premiers scénarios : La Belle Lucanide (1910), puis La Cigale et la fourmi (1911). L. Starewitch travaille pour le producteur Alexandre Khanjonkov. Le succès est international.

1912 : L. Starewitch s’installe à Moscou dans son propre studio.

1913 : Naissance d’une seconde fille, Jeanne, qui jouera dans de nombreux films des années 1920 sous le nom de Nina Star.

Quand la première guerre mondiale éclate, L. Starewitch a déjà tourné une vingtaine de films dont des longs métrages avec acteurs. Mais le conflit et la situation de la Russie mettent fin à la situation confortable qui s’annonçait. Il travaille pour divers producteurs.

1918/1919 : L. Starewitch quitte Moscou pour Odessa et Yalta. Puis la guerre civile et les difficultés économiques qui s’en suivent l’obligent, comme beaucoup de gens du cinéma russe à quitter la Crimée. Il va en Italie, brièvement, puis en France.

1920 - 21 : L. Starewitch s’installe définitivement en France, dans la banlieue de Paris, à Joinville le pont, puis à Fontenay sous bois. Dans son propre studio, il produit et réalise ses films qu’il fait ensuite distribuer par différentes firmes.

Durant les années 1920 Ladislas Starewitch se consacre uniquement aux films d’animation avec ses marionnettes. Treize sont réalisés au cours de cette décennie.

1925 : La Voix du rossignol (réalisé en 1923) remporte aux Etats-Unis d’Amérique la médaille Hugo Riesenfield attribuée au court métrage le plus novateur de l’année.

1928 : Contrat de production avec Louis Nalpas.

1933 : Ce contrat est rompu et tous les films réalisés ensuite seront des coproductions.

Le début des années 1930 est une période encore très féconde avec Le Lion et le Moucheron, Le Lion devenu vieux, le début de la série des Fétiche et bien sûr Le Roman de renard (images tournées en 1929-1930, sortie de la version sonore en France en 1941). Voir la Filmographie. La fin des années 1920 et le début des années 1930 correspondent sans doute à l’apogée de la carrière de Ladislas Starewitch.

Dans les années 1930, le son et la couleur vont progressivement bouleverser les conditions de production des films. Un artisan solitaire comme Ladislas Starewitch trouve de moins en moins sa place. Le financement des films est de plus en plus difficile.

La seconde guerre mondiale ajoute encore aux difficultés. Mais à la fin des années 1940 Ladislas Starewitch recommence à tourner des films jusqu’à son décès.

1947 : Zanzabelle à Paris remporte la médaille d’or dans la catégorie "Films pour enfants" au Festival de Venise. La même année Ladislas Starewitch entreprend la réalisation d’un projet qu’il nourrit depuis une dizaine d’années : Le Songe d’une nuit d’été ; sans aboutir par manque de financement.

1949 : Fleur de fougère remporte le premier prix du meilleur dessin animé au XI ème festival du film pour enfant organisé dans le cadre de la biennale de Venise.

1956 : Décès de Anna.

1965 : 26 février, décès de Ladislas Starewitch alors qu’il travaillait à son dernier film : Comme Chien et chat.

1984 : Décès de Nina Star.

1992 : Décès de Irène.



En politique, j'apprécie les prolétaires ; en amour, les princesses russes. Maxime Gorki

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0