Accueil > Spectacles > Concerts > La Russie au programme au ’Théâtre de Suresnes Jean Vilar’

La Russie au programme au ’Théâtre de Suresnes Jean Vilar’

Du 9 octobre au 28 novembre 2010


Les plus grands artistes de l’art pictural, musical, plastique, chorégraphique ou encore de la tradition folklorique russe se sont déjà produits au ’Théâtre de Suresnes Jean Vilar’.

La programmation 2010 est l’occasion de faire découvrir toute la richesse de la nation russe à la culture fertile en histoire et traditions, et participe au maintien des liens d’amitié qui unissent la ville de Suresnes et la Russie !

PROGRAMME OCTOBRE 2010

- Samedi 09 à 18h30 ’Notre cher Anton’ - Guillaume Gallienne
Théâtre Aéroplane

- Samedi 09 à 21h ’Tzigane imaginaire’ Jazz / Musique du monde
Jean Vilar

- Dimanche 10 à 15h ’Notre cher Anton’ - Catherine Salviat
Théâtre Aéroplane

- Vendredi 15 à 21h ’Accentus’ Classique / Opéra
Jean Vilar

- Samedi 16 à 18h30 ’Chansons et poèmes russes’ Jazz / Musique du monde
Aéroplane

- Samedi 16 à 21h ’Ensemble Kudesy’ Jazz / Musique du monde
Jean Vilar

- Dimanche 17 à 15h ’Chansons et poèmes russes’ Jazz / Musique du monde
Aéroplane

- Dimanche 17 à 17h ’Andreï Korobeinikov, piano’ Classique / Opéra
Jean Vilar

- Mardi 19 à 21h ’Les Trois Sœurs’ Théâtre
Jean Vilar

- Jeudi 21 à 10h ’Bolchoy Karavay’ Jeune public
Aéroplane

- Jeudi 21 à 14h30 ’Bolchoy Karavay’ Jeune public
Aéroplane

- Vendredi 22 à 10h ’Bolchoy Karavay’ Jeune public
Aéroplane

- Vendredi 22 à 14h30 ’Bolchoy Karavay’ Jeune public
Aéroplan

PROGRAMME NOVEMBRE 2010

- Dimanche 21 à 17h ’Roméo et Juliette/Prokofiev’ Classique / Opéra
Jean Vilar
- Vendredi 26 à 21h ’Roméo et Juliette/Shakespeare’ Théâtre
Jean Vilar
- Samedi 27 à 21h ’Roméo et Juliette/Shakespeare’ Théâtre
Jean Vilar
- Dimanche 28 à 17h ’Roméo et Juliette/Prokofiev’ Classique / Opéra
Jean Vilar


Tzigane imaginaire

- Composition et direction artistique : Jean-Marc Zelwer
- Avec : violons, contrebasse, accordéon, zarb iranien, derbouka, tablas et santour indiens, nickel harpa… chanteurs et danseurs

De l’Inde à l’Espagne en passant par les Balkans, l’histoire des Tziganes est hantée de fables romanesques, d’épisodes douloureux et d’images colorées. Ce peuple, centré autour de la famille et de la communauté, transmet sa culture par l’oral, les contes, les chants. De ces traditions captivantes, parées de mythologies pittoresques ou cruelles, Jean-Marc Zelwer et sa troupe recréent un folklore imaginaire, une Tziganie idéale et scénique. On y retrouve le style propre à Zelwer, cette capacité à s’approprier le terreau traditionnel des musiques d’Europe de l’Est en réinventant les sons, juxtaposant les instruments invraisemblables, et imposant sa marque. Compositeur de nombreuses musiques de films, habitué de l’univers du cirque, de la danse contemporaine et des cultures populaires, Zelwer, en maître de cérémonie de ce cabaret de saltimbanques, intègre au folklore balkanique des couleurs indiennes, scandinaves, orientales, hispanisantes ou baroques, réimaginant la diaspora gitane à travers son propre amour de la culture des Roms. Un voyage au « Zelweristan » peuplé de musique, de rêveries, de danses et de couleurs.

La soirée se prolongera par un cabaret russe dans la salle Aéroplane.


Ensemble Kudesy - Théâtre des traditions populaires de Velikiy Novgorod

- Direction artistique : Marina Buryak
- Chants des fêtes du calendrier populaire de la région de Novgorod-le-Vieux pour dix voix de femmes et d’hommes avec guitare, accordéon, balalaïkas : Mihail Frolov, Nadezda Prokofyeva, Evgenia Kapralova, Vitaly Buryak, Natalia Buriak, Sergei Chernechkov, Margarita Moiseeva, Vladimir Buryak, Maria Sivkova, Maria Sloeva, Elena Korneva

La ville d’ancrage de ce projet n’est certainement pas due au hasard. C’est à Novgorod « le Vieux », première capitale russe au Moyen Âge, qu’est né Kudesy. Ce théâtre, créé il y a 18 ans par la spécialiste des arts populaires Marina Bouriak, est à la fois un conservatoire de la richesse culturelle russe, un laboratoire de transmission des traditions et un véritable ensemble artistique. Danse, chant, théâtre, musique instrumentale et arts appliqués, autant de coutumes qui font l’essence même de la culture russe séculaire. Porteur de cette recherche ethnographique et artistique, l’Ensemble Kudesy prospecte, rassemble et ressuscite les folklores du nord-ouest de la Russie, en les faisant revivre sur scène. Un spectacle festif, qui grâce à l’authenticité des voix, des instruments et des danses, nous permettra de renouer avec les rites et des traditions collectives empreintes de liesse, d’humanité et de chaleur. Un vivier créatif unique en son genre qui redonne une actualité vivante au patrimoine culturel russe.


Chansons et poèmes russes d’Alexandre Pouchkine, Boulat Okoudjava, Vladimir Vissotski, Alexandre Blok, Jacques Brel, Vadim Piankov…

- Chansons : Vadim Piankov
- Piano : Vadim Sher

Marquée par la culture poétique, l’influence de la langue française ou l’engagement politique, la chanson russe est empreinte de ce supplément d’âme, une émotion particulière et palpable. En nous faisant découvrir les principaux auteurs et interprètes incontournables de la chanson russe du siècle soviétique, Vladimir Piankov renvoie la balle à la chanson française : c’est par Jacques Brel que ce comédien à la voix profonde a découvert la langue française, la vocation musicale, l’indiscipline artistique. Accompagné au piano par Vadim Sher, Piankov nous fait à son tour rencontrer ou retrouver un répertoire choisi : Boulat Okoudjava, rebelle, « Brassens russe », le poète révolutionnaire Alexandre Blok, Vertinski, le dandy errant, et le marquant, l’immense Vissotski, dont le succès à l’est comme à l’ouest de l’Oural le porte au rang de légende. Ce tour d’horizon russophone émaillé de clins d’oeil à la chanson française porte la marque des poètes écorchés à la beauté torturée : un art qui vous extrait du quotidien en le sublimant.


Notre cher Anton - Guillaume Gallienne

- Lecture : Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie Française

Figures emblématiques de la « Maison de Molière »,Guillaume Gallienne et Catherine Salviat ont été bercés, dès l’enfance, par le charme de l’identité russe. C’est donc très naturellement que les deux comédiens sont devenus de véritables passionnés de la Russie. Cette ferveur, ils l’ont exprimée ensemble en 2007 dans une pièce de jeunesse de Tchekhov, Sur la grand-route, mise en scène par Guillaume Gallienne, dans laquelle Catherine Salviat interprétait Nazarovna. Ils souhaitent aujourd’hui nous faire partager leur passion commune à l’occasion de deux salons de lecture. Deux soirées qui, autour de la figure tutélaire d’Anton Tchekhov, sont des invitations à (re)découvrir – en toute intimité – quelques-uns des plus beaux textes de cette grande nation de la littérature et du théâtre.


Accentus - 1905 : Russie éternelle, Russie engagée / Tchaïkovsky, Chostakovitch, Tanaeiev

- Direction : Laurence Equilbay

Accentus est devenu sans conteste l’emblème du renouveau choral français. La formation de Laurence Equilbey manifeste, dans chacun de ses projets, un brio vocal et une intelligence interprétative qui la placent au plus haut niveau international. Dans ce nouveau programme, le choeur de chambre plonge dans le monde musical russe, terre de tradition vocale par excellence. Du point de vue de la stricte chronologie, seulement sept décennies séparent la Liturgie de Tchaïkovsky des Poèmes révolutionnaires de Chostakovitch. Et pourtant ! Ce sont bien deux mondes qui se révèlent et s’opposent à travers ces musiques témoignant avant tout – et avec quelle force ! – de l’accélération fulgurante de l’histoire de la Russie. On le sait, au cours de cette période, le pays passe de l’âge tsariste, illustré par la géniale relecture de l’esthétique orthodoxe du compositeur romantique en 1878, au système communiste soviétique sollicitant Chotaskovitch, l’un de ses porte-voix, pour célébrer en 1951 la Révolution de 1905… et ses idéaux perdus.

Programme du concert :

- Piotr Ilyitch Tchaïkovsky ’Liturgie de St Jean Chrysostome (extraits)’
- Sergei Taneyev ’Dix chœurs sur des textes de Polonski, op.27’
- Dmitri Chostakovitch ’Dix Poèmes sur des textes révolutionnaires’. op.88


Andreï Korobeinikov, piano

- Piano : Moussorgsky, Tchaïkovsky, Rachmaninov

A 25 ans, ce jeune pianiste formé au Conservatoire de Moscou, puis au Royal College de Londres, bardé de récompenses internationales (« meilleur musicien de la décennie » à Moscou, Prix Scriabine à Paris, Prix Rachmaninov à Los Angeles…) apparaît comme le prototype même du pianiste russe d’exception. Il est, dès à présent, cela va sans dire, l’invité régulier des plus grands orchestres, chefs et salles du circuit international. Et le phénomène « Korobeinikov » ne se limite pas au piano, car le jeune prodige est aussi compositeur et… avocat, spécialiste de la propriété intellectuelle ! Son répertoire s’étend des Romantiques à la musique du XXe siècle, avec une prédilection certaine pour Beethoven (compositeur auquel il a consacré l’un de ses disques majeurs à ce jour) ou pour les grands compositeurs russes. Puissance sonore, profondeur poétique, virtuosité, sens de l’architecture… Korobeinikov possède les qualités idéales pour exalter la magie sonore et la fièvre créatrice des oeuvres de Rachmaninov, Moussorgsky et Tchaïkovsky au programme de ce récital.


’Roméo et Juliette’ de Prokofiev

- Orchestre National d’Ile de France :
- Direction musicale : Emil Tabakov
- Flûte : Patrick Gallois
- Flûte : Philippe Bernold

Mesure-t-on aujourd’hui l’influence qu’exerça Shakespeare sur les musiciens du XIXe siècle ? À Paris, en 1827, sa « découverte » provoqua un véritable choc collectif, révélation saisissante pour les Romantiques français d’un art audacieux, porteur de leur idéal de liberté, de sens et de transgression des formes classiques. Pour Berlioz en particulier, Shakespeare devient un dieu : « Il me semble que lui seul parmi les êtres intelligents peut me comprendre » écrit-il. Le dramaturge anglais lui inspirera tout au long de sa vie nombre de partitions majeures dont cette ouverture « à programme », film symphonique où l’orchestre joue le rôle principal. Un siècle plus tard, à l’autre bout de l’Europe, Shakespeare continue d’influencer les plus grands musiciens… Prokofiev signe en 1934 sur le thème de Roméo et Juliette son éblouissante musique de ballet représentant l’un des points culminants de son oeuvre. Entre ces deux fresques orchestrales, le chef de cette belle soirée nous révèle une partition de sa plume, subtile et virtuose, et ouvre la scène à deux des plus brillants représentants de l’école de flûte française.


Les Trois Sœurs - Une pièce d’ : Anton Tchekhov

- Mise en Scène : Volodia Serre
- Avec : Jacques Alric, Olivier Balazuc, François de Brauer, Juliette Delfau, Mireille Franchino, Carol Cadilhac, Anthony Paliotti, Alexandrine Serre, Joséphine Serre, Léopoldine Serre, Volodia Serre, Jacques Tessier, Marc Voisin.

Elles se prénomment Olga, Macha et Irina. Elles habitent, avec leur frère Andreï, dans une ville de garnison de la province russe, au sein de la vaste demeure que leur a léguée leur père. Toutes trois rêvent de retrouver le Moscou de leur enfance pour enfin, comme elles disent, « commencer à vivre ».

Dans Les Trois Soeurs, sur fond de langueur quotidienne et de questionnements existentiels, c’est tout un monde qu’Anton Tchekhov fait disparaître sous nos yeux. Un monde englouti par la marche du temps et « l’avancée » du progrès. Pour interpréter Olga, Macha et Irina, le comédien et metteur en scène Volodia Serre a réuni ses trois propres soeurs (Alexandrine, Joséphine et Léopoldine Serre). Allant jusqu’au bout de sa démarche, il incarne lui-même le rôle d’Andreï. « Ce choix me livre une arme scénique puissante, confie-t-il, une matière dense pour proposer une vision très personnelle de la représentation de la fratrie. » Une vision accompagnée de films Super 8, d’airs d’opéra du XIXe siècle, de chansons des années 1960/1970, d’accessoires et de costumes appartenant à diverses époques…

Volodia Serre : Metteur en scène

Sorti du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique en 2001, il travaille depuis avec de nombreux metteurs en scène tels que Denis Podalydès, Frédéric Bélier-Garcia, Jacques Osinski, Irène Bonnaud, Philippe Calvario, Olivier Balazuc, Clément Poirée, Benoît Lavigne... En tant que metteur en scène, il obtient en 2006 le prix Théâtre 13/ Jeunes metteurs en scène pour une ébauche de sa future mise en scène du Suicidé, de Nicolaï Erdman. En 2007, il met en scène à L’Onde-espace culturel de Vélizy-Villacoublay, une première version d’Austerlitz, spectacle librement adapté du roman de W.G.Sebald, soutenu par l’aide à la maquette de la DMDTS et en cours de production. En 2008, il met en scène Le Suicidé, de Nicolaï Erdman, créé au Théâtre Romain Rolland de Villejuif, puis joué en tournée et six semaines au Théâtre 13 à Paris. Cette saison, il conçoit et met en scène My way to hell, cross-over opéra, un spectacle musical produit par l’Arcal-compagnie lyrique, qui sera créé conjointement à la Cartonnerie- Scène de Musiques Actuelles de Reims, et au Grand Théâtre de Reims Il jouera aussi dans la reprise en tournée du diptyque Marivaux 202 (Le jour de l’italienne suivi de L’épreuve) mis en scène par Sophie Lecarpentier.

- Traduction : Volodia Serre, Lorène Ehrmann
- Scénographie : Marion Rivolier
- Lumières : Jean-Luc Chanonat
- Son : Frédéric Minière
- Costumes : Hanna Sjödin


Théâtre de Suresnes Jean Vilar
16, place Stalingrad
92150 Suresnes
Administration : 01 41 18 85 85
Réservation : 01 46 97 98 10



Aime ta femme comme ton âme et bats-la comme ta pelisse. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0