Accueil > Festivals > Festival franco-russe ’Les Heures Concertantes de Touraine’

Festival franco-russe ’Les Heures Concertantes de Touraine’

Du 15 mai au 20 juin 2010


10 concerts pendant 5 week-ends du 15 mai 2010 au 20 juin 2010 dans les cinq lieux suivants du département de d’Indre et Loire ( 37).

A l’occasion de l’Année Croisée France-Russie, Alexandre Brussilovsky, poursuivant son idée de tisser des liens culturels forts entre ces deux
pays, décide d’inaugurer en Touraine, terre d’Histoire, de Sciences et de Culture, une nouvelle série de concerts : "Les Heures Concertantes de Touraine".

Ce festival se déroulera sur cinq week-ends, du 15 mai au 20 juin 2010, avec un concert d’ouverture (le 15 mai Salle Jeanne d’Arc) et un gala de clôture (20 juin, au Donjon) dans la magnifique Cité Royale de Loches. Les autres concerts se poursuivront à la Collégiale Saint-
Ours de Loches (16 mai), puis dans des demeures d’écrivains ayant offert leurs plus belles pages à la littérature française : la maison de Balzac au Château de Saché (22 et 23 mai), la maison de Rabelais, la "Devinière" à Seuilly, en pays chinonais, fief de l’art de vivre en
Touraine (29 et 30 mai), le Prieuré Saint-Cosme, la demeure de Ronsard à la Riche (12 et 13 juin) et de nouveau Salle Jeanne d’Arc à Loches (19 juin).

Le festival propose une programmation riche et hors des sentiers battus, à la hauteur de l’événement qu’est l’année croisée France-Russie 2010, où se croiseront des artistes prestigieux français et russes comme le violoncelliste François Salque, le pianiste Roustem
Saïtkoulov, l’Orchestre de chambre de Toulouse ou encore le Théâtre de musique populaire Tamara Smyslova avec un répertoire alliant musique populaire ancienne russe, musique baroque française et nombreuses créations contemporaines de ces deux pays.

Pour son retour en France, le grand peintre et sculpteur de renommée internationale Mihail Chemiakin, offre au Festival des Heures Concertantes de Touraine la primeur d’une grande exposition dans le jardin de sa demeure à Loches. Celle-ci se déroulera tout au long du
Festival et offrira au public l’occasion d’y admirer de nombreuses sculptures et peintures, ainsi qu’une partie de ses oeuvres artistiques théâtrales.

PROGRAMME :

Cité Royale de Loches : LE BAROQUE CONTEMPORAIN :

- 15 mai 20 h 30 – Salle Jeanne d’Arc
Lully, Leclair, Schnittke, Chostakovitch

- 16 mai 16 h – Collégiale Saint Ours
Madonis (création), Fauré-Colliard, Kunc, Tchaïkovsky
Orchestre de chambre de Toulouse, Ronan Khalil, clavecin,
Alexandre Brussilovsky, violon et direction

Musée Balzac, Château de Saché : MUSIQUE DE CHAMBRE :

- 22 mai 20 h 30 Debussy, Berlioz, Freidline (création), Glinka, Ravel

- 23 mai 16 h Taneev, Prokofiev, Tansman, Franck
Marina Efanova, soprano, Alexandre Brussilovsky, violon, Nicolas Dautricourt, violon, Carole Dauphin, alto, François Salque, violoncelle, Roustem Saïtkoulov, piano

Maison de Rabelais : La Devinière - Seuilly : CONTES MUSICAUX :

- 29 mai 20 h 30 Schnittke, Podgaïtz (création), Dreznin (création), Françaix (Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua )

- 30 mai 16 h Chostakovitch - Brussilovsky, Tchaïkovsky
Ensemble Ricercata de Paris, Alexandre Brussilovsky, violon et direction
Delphin Lacroix, récitant

Demeure de Ronsard – La Riche : LA NOUVELLE SCÈNE CLASSIQUE :

- 12 juin 20 h 30 - Prieuré de Saint-Cosme
Bonis, Hann, Escaich, Delvincourt, Poulenc, Chausson

- 13 juin 16 h - Prieuré de Saint-Cosme
Hersant, Prokofiev, Arensky
Fédor Roudine, violon, Adrien Frasse - Sombet, violoncelle, Sofja Gulbadamova, piano

Cité Royale de Loches :

- 19 juin 20 h 30 - Salle Jeanne d’Arc : LES VOIX DE LA RUSSIE
Mousorgsky-Vlassova (création), Gorsky (création), Les Noces d’Argent (extrait), Pierné, Escaich, Glazounov, Chants du sud de la Russie

GALA DE CLÔTURE Entre « tchastouchka » et romance :

- 20 juin 16 h - Donjon
Tchaïkovsky-Vlassova (création), Connesson, Chants Cosaques, Podgaïtz (création), Bronner (création), Khorovody (rondes)
Alexandre Brussilovsky, violon, Evgueni Varavko, clarinette, Maria Vlassova, accordéon
Théâtre Tamara Smyslova (Ensemble de musique populaire ancienne)


Mihail Chemiakin naît en 1943 à Moscou . Il grandit en Allemagne de l’est occupée , et retourne en Russie en 1957 où il intègre le collège spécial de l’académie d’art Répine, à Léningrad dont il est renvoyé pour non conformisme aux normes de l’art réaliste socialiste. De
1959 à1971, il travaille comme ouvrier dans différents emplois précaires et pendant cinq ans il fait partie de l’équipe de maintenance du musée de l’Hermitage. En 1967 l’artiste fonde le Groupe de St. Pétersbourg, et développe les principes d’un "Synthétisme Métaphysique" , dédié à la création de nouvelles icônes, basé sur l’étude de l’art religieux de toutes les époques et de tous les peuples.
En 1971, Chemiakin fut forcé par les autorités soviétiques de quitter l’U.R.S.S et s’installe à Paris , et ses oeuvres sont alors présentées dans de nombreuses expositions personnelles et de
groupe. En 1977, il publie en langue russe un livre "Apollon 1977 " , destiné à faire connaître les différentes facettes de l’art ignoré en U.R.S.S . EN 1981,Il émigre à New York et publie la monographie : "Chemiakin" - volumes 1 et 2 (Mosaic Press - Canada) en 1986. En 1989, se tient La première rétrospective de ses oeuvres depuis son exil , à Moscou . Suivirent d’autres expositions, et notamment l’installation de sculptures monumentales, comme par exemple celle de Pierre Le Grand à St.Petersbourg ou encore, à New York , celle représentant la déesse de la fertilité "Cybele", dans le quartier de Soho, etc... Chemiakin reçoit en 1994 l’Ordre de
Chevalier des Arts et Lettres du ministre de la Culture en France. Ses recherches débutent dans les années soixante et comportent l’étude de l’art de toutes les époques et de toutes les cultures . Elles lui valurent cinq diplômes de docteur Honoris Causas. Ses archives sont
organisées par thèmes , techniques , historiques , philosophiques, ou autres. Elles constituent la base de son Institut de Philosophie et de Psychologie de l’Art. Mihail Chémiakin utilise une large gamme de techniques et thèmes , qui vont du théâtre à la philosophie. Il crée des séries comme : "Le carnaval de St. Pétersbourg ", "les natures mortes ", "Têtes métaphysiques", "Les anges de la mort" , et plus récemment "Les Cocons" , ainsi qu’un groupe de 50 personnages ,
représentant "La mort des Rois".

En 2001, l’installation sur la Tamise d’un monument commémorant le passage de Pierre le Grand à Londres. Installation à Moscou d’un monument commandé par la ville, représentant les enfants victimes des sévices des adultes. Un monument à la mémoire des Justes est
également en cours de préparation. En même temps, Chemiakin s’attache à réaliser une nouvelle version du ballet De Tchaikovsky : "Casse noisettes" , dont la première à eu lieu en
février 2001, au théâtre Marinski de Saint Pétersbourg.Les oeuvres de Mihail Chemiakin sont représentées dans de nombreux musées, comme le Métropolitain Muséum (New York) , la Galerie Trétyakov (Moscou), le Musée Russe (St.Pétersbourg), le Musée d’Art de Sao Paolo (Brésil), le Musée d’art moderne de la ville de Paris , et d’autres musées aux États Unis et en Russie.



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0