Accueil > Expositions > Born in the USSR Made in France exposition collective

Born in the USSR Made in France exposition collective

Du jeudi 22 avril au dimanche 2 mai 2010


Vingt-cinq artistes russes vivant en France exposent à Paris durant onze jours.

Organisée dans le cadre de l’Année France-Russie, cette manifestation présente le travail d’une sélection d’artistes russes à Paris. Des événements tels que des lectures, des projections, des débats... sont également proposés.

L’exposition "Born in the USSR - Made in France" présente le travail d’une vingtaine d’artistes russes vivant en France dont le talent a été soutenu et nourri par la culture française et son mode de vie. Depuis la première moitié du XXe siècle, de nombreux artistes russes se sont installés en France pour y trouver un foyer propice à leur travail et au développement de leur créativité. Nous connaissons tous les grands noms de l’École de Paris de l’entre-deux-guerres tels que Chagall, Soutine, Kisling, Kikoïne, Kandinsky, Gontcharova, Larionov, Pougny, Alexandra Exter, Sonia Delaunay ou Zadkine. Mais qu’en est-il des générations suivantes ? L’exposition "Born in the USSR - Made in France" tâchera d’y répondre.

Pour rendre cohérent ce large spectre de propositions artistiques fortes et personnelles, l’exposition sera divisée en deux grandes sections historiques : une première génération d’artistes arrivée en France dans les années 1970 à 1980, puis une seconde génération arrivée à Paris depuis la chute du régime soviétique.

Le visiteur pourra apprécier la richesse et la diversité de cette scène artistique à travers l’intervention de différents médias, comme la peinture, le dessin, la sculpture, la photographie, le cinéma et la vidéo. Manifestation organisée dans le cadre de l’année France-Russie 2010, avec le soutien de la Ville de Paris, de la Mairie du IVe arrondissement de la Ville de Paris et de l’Association ArtKara.


LE MOT DE L’ORGANISATEUR :

"Etre un artiste russe en France au XXIe siècle"
La culture russe, pas plus que la culture française, ne saurait se réduire à ses frontières géographiques. En effet, toute culture se nourrit d’échanges et il est assurément dans la tradition française d’accueillir les représentants d’autres univers culturels. Mais ici, la relation est privilégiée. Vu de Russie, le modèle français fascine, vu de Paris, la splendeur russe étonne. Ainsi vit-on la vie théâtrale française stimulée par les créations musicales et chorégraphiques de Diaghilev, puis l’École de Paris accueillir des artistes russes qui allaient lui conférer un rayonnement sans égal, sans compter les autres, peintres, écrivains, musiciens, virtuoses, jusqu’à nos jours. Aussi nous a-t-il semblé, pour cette année 2010 de la culture russe, qu’il fallait commémorer par la présence d’artistes vivants cette tradition privilégiée d’échanges entre la Russie et la France. Leurs regards, en revanche, ont pour point commun de jouer sur la double dialectique du regard de l’étranger, et de l’apport qu’entraîne l’assimilation de la culture picturale française, prise au sens le plus large. Par sa réponse à un journaliste l’interrogeant sur son rapport à la Russie, Nabokov nous donne l’occasion de définir précisément le champ d’exploration de l’événement : « La Russie dont j’ai besoin est toujours avec moi ». / Vladimir KARA


LES ARTISTES

ALONA / Oleg BOUROV / William BRUI / Yana BYSTROVA / Boris CHAPKO / Eléna CHAPKO / Igor CHELKOVSKI / Oleg IAKOVLEFF / Vladimir KARA / Victor KOULBAK / Faïna KREMERMAN / Alexandra KREMER-KHOMASSOURIDZE / Igor MINAEV / Georgui PINKHASSOV / Macha POYNDER / Oscar RABINE / Naftali RAKUZIN / Michail ROGINSKY / Valentin SAMARINE-TILL / Nikolaï SAOULSKI / Masha S. SCHMIDT / Olga YAKER / Catherine ZOUBTCHENKO / Collection privée de la galerie ALEPH : Yuri KUPER, Boris PENSON.

C’est donc une première unique dans son genre unissant notamment :
- Oscar RABINE – peinture,
- Alexandra KREMER-KHOMASSOURIDZE – photographie,
- Igor MINAEV – dessin et cinéma,
- Mascha SCHMIDT - peinture,
- Vladimir KARA – peinture,
- Gueorgui PINKHASSOV – photographie,
- Catherine ZOUBTCHENKO – peinture,
- Valentin SAMARINE-TILL – photographie,
- Yuri KUPER – dessin,
- Macha POYNDER – peinture... pour n’en citer que quelques uns.

Après avoir accompli l’immersion de leur propre regard dans le regard français, européen, américain, mondial, vient naître et apparaît un « troisième regard », qui vient s’aventurer dans une contrée que nul n’a visité auparavant, une nouvelle réalité, que seule cette vision nouvelle peut pénétrer. « Changer le regard, c’est changer le monde ».

Espace d’animation des Blancs Manteaux
48 rue vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de ville ou Saint-Paul
Entrée libre
Du jeudi 22 avril au dimanche 2 mai 2010
12h - 21h



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0