Accueil > Cinéma Russe > Cycle de films ’IMAGES SAINTES’

Cycle de films ’IMAGES SAINTES’

DU VENDREDI 7 AU DIMANCHE 9 MAI 2010


Film présenté par Antoine de Baecque, historien, éditeur et critique aux Cahiers du cinéma, auteur notamment de Andreï Tarkovski.

Lien avec l ’exposition Sainte Russie « L‘art russe, des origines à Pierre le Grand » :

- « ICONES » Le Couronnement du Tsar Nicolas II, Dépersonnalisés, Théologie de l’icône : la Peinture byzantine de l’école crétoise.
- « PRIERES » CYCLE ANDREÏ TARKOVSKI :Andreï Roublev, L’Enfance d’Ivan, Stalker, Nostalghia, Le Sacrifice.

"ICONES" VENDREDI 7 MAI A 12H30
Le Couronnement du Tsar Nicolas II
Fr., 1896, 1 min, réal. Charles Moisson, vue Lumière
Le couple princier entrant dans l’église de l’Assomption
Dépersonnalisés
Tch., 1968, 11 min, coul., réal. Martin Slivka, vo trad. sim.

Le musée d’art sacré de la cathédrale Alexandre-Nevski de Sofia possède l’une des collections d’icônes les plus importantes d’Europe
Théologie de l’icône : la Peinture byzantine de l’école crétoise
Gr., 1998, 50 min, coul., réal. Koula Antoniadou, vo trad. sim.
Analyse iconographique d’icônes à partir de leur signification théologique.

VENDREDI 7 MAI 2010 A 20H00
Andreï Roublev
URSS, 1966, 185 min, vostf, n.b. et coul.
Au début du XVe siècle, le peintre d’icônes Andreï Roublev, chargé de réaliser un Jugement dernier, perd foi en la création, puis la retrouve grâce à un jeune fondeur de cloches et peint l’icône de La Trinité.

Film présenté par Antoine de Baecque, historien, éditeur et critique aux Cahiers du cinéma, auteur notamment de Andreï Tarkovski (éd. Cahiers du cinéma, 1989) et tout récemment de Jean Luc Godard (Grasset, 2010)

- "Le gest e créateur "

« Andrei Roublev est un film sur la violence salvatrice de l’acte créateur, auquel il faut renoncer afin de le redécouvrir comme premier, originel, pur, désintéressé. Le peintre d’icône est ainsi conduit vers la sécheresse, renonçant à la parole comme à son art, pour mieux retrouver l’éclat divin des couleurs en comprenant que la création est une croyance. Croire en son instinct, avoir foi en son talent, surmonter le scepticisme : c’est en créant que l’homme se sauve ».
Antoine de Baecque

"PRIERES" - CYCLE ANDREI TARKOVSKI
DU VENDREDI 7 AU DIMANCHE 9 MAI 2010
« Qu’est-ce que la création ? À quoi sert l’art ? La réponse à ces interrogations tient dans une formule : "l’art est une prière". »
Andreï Tarkovski.

Si Andrei Tarkovski a incarné, au début des années 60, le renouveau du cinéma soviétique, il n’en est pas moins resté, à travers tout son
oeuvre, l’héritier parfois nostalgique d’une culture russe spiritualiste, mystique et prophétique.

C’est sur ce « chemin russe » que s’est lancée la quête spirituelle d’un artiste considérant l’art comme « une prière » et le film comme « un
acte moral purificateur ».

L’auditorium a proposé à des spécialistes de l’image - Vincent Amiel, Jacques Aumont, Antoine de Baecque, Christian Delage et Emmanuel
Siety – d’évoquer, sous l’angle spécifiquement cinématographique, les fondements et la quête, tant spirituelle qu’esthétique, de Tarkovski.

SAMEDI 8 MAI 2010 A 14H00
L’Enfance d’Ivan
URSS, 1962, 95 min, vostf, n.b.

Ivan, partisan de douze ans obsédé par la disparition de sa mère tuée sous ses yeux, devient un héros en exécutant, pour l’armée soviétique, des missions de surveillance dans le camp allemand.

Film pr ésenté par Chr istian Delage, historien, Paris 8 / EHESS et à Sciences Po Paris, réalisateur et commissaire d’exposition, auteur notamment de La Vérité par l’image. De Nuremberg au procès Molisevic
(éd. Denoël, 2006).
"La viole nceinté riorisée "

« L’Enfance d’ Ivan met en scène le traumatisme exercé par la violence de guerre sur un enfant, dont le passage à l’âge d’homme est ainsi durablement bouleversé. Sans doute pour échapper aux contraintes du genre soviétique du film de guerre, Tarkovski crée un univers poétique d’une grande force plastique, tout en situant explicitement l’histoire d’Ivan dans le contexte des massacres commis en Ukraine par les nazis. Au croisement des deux mondes de la nature et de l’histoire, la traversée du fleuve qu’effectue Ivan apparaît ainsi comme une continuation tragique de celle de John dans la Nuit du chasseur ».
Christian Delage

SAMEDI 8 MAI 2010 A 16H00
Stalker
URSS, 1979, 161 min, vostf, coul.

Dans la Zone, gardée par des militaires, le Stalker tente de rendre l’espoir aux plus malheureux avec la Chambre des désirs. « Ce film parle d’un homme qui poursuit une quête […] idéaliste, il demeure une sorte
de chevalier en combat pour des valeurs spirituelles. » (Andreï Tarkovski)

Film présenté par Jacques Aumont, professeur émérite à Paris-3 et à EHESS, auteur de nombreux essais, notamment L’OEil
interminable ((1989), 3ème édition revue et augmentée, La Différence, 2007), L’Image (Nathan, 1990), Du visage au cinéma (Éd. de l’Étoile,
1992), À quoi pensent les films (Séguier, 1997), Matière d’images ((2005), 2ème édition augmentée, La Différence, 2009), Moderne ? Comment le cinéma est devenu le plus singulier des arts (Éd. de l’Étoile, 2007).

« Die u est da ns les dét ails »

« Stalk er est un récit de science fiction, une histoire fantastique de pouvoirs surnaturels. C’est aussi une parabole sur l’état de l’empire soviétique au moment où s’accentue son déclin. Mais c’est également, comme tous les films de Tarkovski, une méditation sur les pouvoirs du cinéma. On cherchera, à partir de quelques détails troublants, à comprendre comment la passion du cinéaste pour son art rencontre et exprime son engagement, spirituel et politique ».
Jacques Aumont

DIMANCHE 9 MAI A 14H00
Nostalghia
It., 1983, 130 min, vostf, coul.
Au cours d’un voyage effectué en Italie sur les traces d’un compatriote musicien, un écrivain russe éprouve la solitude et la nostalgie, « cette impuissance devant le monde, cette douleur de ne pouvoir transmettre sa spiritualité aux autres hommes ». (Andreï Tarkovski)

Film prés ent é par Vincent Amiel, critique aux revues Positif et Esprit, professeur à l’université de Caen, auteur de plusieurs essais dont Le Corps au cinéma : Keaton, Bresson, Cassavetes (éd. PUF, 1998) et Esthétique du montage (éd. Armand Colin, 2005).

« L’image contre l’exil »

« Nostalghia est un film sur l’exil, l’arrachement, la mémoire. Celui d’un cinéaste éloigné des siens, de son pays, de sa terre. Mais c’est aussi un film sur le souvenir, et les images qui l’entretiennent : images mentales, tableaux, réminiscences…
Au-delà de l’anecdote, Tarkovski y met en scène les réseaux qui forment une culture, les images qui construisent un homme, où se mêlent enfance, religion, fantasmes. Entre la Russie et la Toscane, cherchant les repères communs d’une certaine humanité, le cinéaste confronte les images crées et celles qui lui permettent de vivre ».
Vincent Amiel

DIMANCHE 9 MAI A 16H30
Le Sacrifice
Fr., Suède, G.-B., 1986, 145 min, vostf, coul.
Dans un archipel isolé près des côtes suédoises, une petite communauté se trouve complètement coupée du monde après un holocauste nucléaire. Si la guerre est un acte irrationnel, alors seul un acte irrationnel pourra l’arrêter, le sacrifice d’Alexandre, qui sauvera le monde. « Le plus important est le symbole qui n’est pas seulement donné à comprendre, mais à sentir. Croire en dépit de tout, croire
[…] » (Andreï Tarkovski)

Film présenté par Emmanuel Siety, Paris 3

« L’homme qui caresse les images »

« Dans une scène du Sacrifice, Alexandre, le personnage principal du film, feuillette un livre d’art en admirant la beauté des icônes qui y sont reproduites, innocentes et profondes à la fois, semblables, dit-il, à une prière. Comme pour en approcher le mystère, il les effleure de la main.
Dédié à son fils avec espoir et confiance, le dernier film d’Andreï Tarkovski semble faire sien ce geste à approcher le mystère par la caresse, effleurer et traverser la surface des choses pour atteindre leur coeur ». Emmanuel Siety

INFORMATIONS PRATIQUES :
- Auditorium du Louvre
Accès par la Pyramide et les galeries du Carrousel
Accès privilégié de 9h à 18h par le passage Richelieu
Tel. : 01 40 20 55 55 - du lundi au vendredi de 9h à 19h
Site : www.louvre.fr
Réservations : Tel. : 01 40 20 55 00
Du lundi au vendredi de 11h à 17h (sauf le mardi)
Tarifs : Abonnement aux 8 séances : 20 €
Tarif unitaire : 5 €, 4 € (réduit), 3 € (solidarité), 2 € (jeunes).



Se faire des amis est une occupation de paysans, se faire des ennemis est une occupation d'aristocrates. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0