Accueil > Spectacles > Théâtre > MC 93 invite Lev Dodine avec 6 spectacles

MC 93 invite Lev Dodine avec 6 spectacles

Du 7 novembre au 6 décembre 2009 : 25 ans du répertoire de LEV DODINE !


C’est l’occasion unique de voir la majorité des spectacles emblématiques du Théâtre Maly de Saint-Pétersbourg, dont certains donnés pour la première fois en France.

Un choix judicieux qui combine pièces classiques, deux pièces de Tchekhov (la première qu’il ait écrite et la plus jouée au monde), une pièce contemporaine, Les étoiles dans le ciel de l’aube d’Alexandre Galine et quatre grands textes romanesques adaptés au théâtre, Frères et Soeurs de Fedor Abramov, Les Démons de Fedor Dostoïevski, Tchevengour d’Andreï Platonov et Vie et destin de Vassili Grossman. Un répertoire qui renoue avec la grande littérature et permet de découvrir et redécouvrir la vie et la réalité russes de la fin du XIXème siècle à nos jours.

Un voyage dans le temps qui décrit des destins humains confrontés aux grandes épreuves collectives de la révolution, du bolchevisme, de la famine, du goulag, de la guerre, de la reconstruction. Un voyage dans l’espace aussi, des villages du grand Nord aux steppes du Sud, de la province bourgeoise au Moscou de la nomenklatura. Mais surtout et avant tout, un voyage dans les méandres de l’âme humaine. « Un théâtre qui ne juge pas, mais qui donne à voir. Un théâtre qui cherche l’homme dans l’homme. »

Un théâtre servi par la puissante énergie vitale de la troupe qui entoure Lev Dodine depuis près de trente ans et s’enrichit tous les quatre ans de jeunes acteurs issus de l’Institut théâtral de Saint-Pétersbourg. Tous seront présents à la MC93 Bobigny.

Calendrier :

- FRERES ET SOEURS
7 et 8 novembre 2009, samedi à 15 h 30, dimanche à 14 h
durée 7 h avec entractes

- LES ETOILES DANS LE CIEL DE L’AUBE
9 et 10 novembre à 20h30
durée 2 h 10 sans entracte

- LES DEMONS
14 et 15 novembre 2009 à 14 h
durée 9 h avec entractes

- LA PIECE SANS NOM (PLATONOV)
20 et 21 novembre 2009 à 20 h
durée 3 h 30

- TCHEVENGOUR
25 et 26 novembre 2009 à 20 h 30
durée 2 h

- VIE ET DESTIN
30 novembre et 1er décembre 2009 à 20 h
durée 3 h 30 avec entracte compris

- ONCLE VANIA
3 au 6 décembre 2009
du jeudi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h
durée 3 h avec entracte non compris

- WORKSHOP
27 et 28 novembre 2009 à 20 h
durée 3 h

Maly Drama Théâtre - Théâtre de l’Europe avec les acteurs du Maly Drama Théâtre - Théâtre de l’Europe et les élèves de l’Académie théâtrale de Saint-Pétersbourg :
- Natalya Akimova, Vladimir Artemov, Konstantin Belodoubrovsky, Marina Bogdanova, Elizaveta Boyarskaya, Vera Bykova, An astasia Chernova, Tatiana Chestakova, Oleg Dmitriev, Galina Filimonova, Natalia Fomenko, Oleg Gayanov, Svetlana Gaytan, Viktor Gorodkov, Svetlana Grigorieva, Pavel Gryaznov, Igor Ivanov, Elena Kalinina, Natalia Kalinina, Ekaterina Kleopina, Alexander Kocshkarev, Anatoly Kolibyanov, Sergey Kourychev, Liya Kouzmina, Sofia Kozina, Danila Kozlovskiy, Dmitry Lougovkin, Urszula Malka, Alexey Morozov, Sergey Moutchenikov, Angelika Nevolina, Maria Nikiforova, Stanislav Nikolsky, Irina Nikoulina, Maxim Pavlenko, Bronislava Proskournina, Alexander Poulinets, Ksenia Rapp oport, Tatyana Rasskazova, Ekaterina Reshetnikova, Oleg Riazanzev, Daria Roumyantseva, Adrian Rostovsky, Mikhail Samotchko, Irina Selezneva, Vladimir Seleznev, Piotr Semak, Tatiana Shouko, Alena Starostina, Natalia Sokolova, Elena Solomonova, Igor Tchernevich, Anastasia Tchernova, Stanislav Tkatchenko, Georgy Tsnobiladze, Irina Tytchinina, Sergey Vlassov, Elena Vassilieva, Alexander Zavialov, Vladimir Zakhariev, Alexey Zoubarev

- Tous les spectacles sont produits par le Maly Drama Théâtre - théâtre de l’europe
- Partenaire Général du Maly Drama Theatre Fondation Mikhail Prokhorov
Sponsor Général du Maly Drama Theatre Kinef
- Avec le soutien de la Fondation “Energie du futur” Organisation à but non lucratif avec le soutien du Gouvernement de Saint-Pétersbourg


Frères et sœurs (Brat’ja i sestry
- GENRE : CLASSIQUE
- DUREE : 7 heures avec entractes
- Pièce de Fédor Abramov
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.

Au kolkhoze Vie nouvelle de Pekachino, un village du Grand Nord, la famille Priasline dont le père n’est pas revenu de la guerre, partage l’existence des « pauvres gens » qui reconstruisent le pays en proie à la famine. Adaptée d’une trilogie écrite en 1958 par Fiodor Abramov, représentant de la « prose rurale », cette fresque reprenait les premiers mots du fameux discours de Staline de 1941 : « Frères et Sœurs, consacrez-vous à la victoire sur l’ennemi, faites tout ce que vous pourrez pour écraser le nazi allemand… ».

Créé à Saint-Pétersbourg, en 1985, après plusieurs années de gestation, le spectacle Frères et Sœurs est aussitôt entré dans la légende. Soixante comédiens sur scène faisaient revivre une communauté de femmes, d’enfants, de trop rares hommes… et prouvaient que la grande tradition théâtrale russe se perpétuait. C’est par ce spectacle emblématique ovationné dans le monde entier que tout a commencé pour le Maly de Lev Dodine.


Les Étoiles dans le ciel de l’aube
- GENRE : CONTEMPORAIN
- DUREE : 2 heures 10 avec entractes
- Pièce de : Alexandre Galine
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.

Moscou, 18 Juillet 1980. La flamme des Jeux Olympiques boycottés par les pays occidentaux arrive dans la ville. Partout des drapeaux, des milliers de gens endimanchés, des fanfares et des ballons multicolores. Pour donner une bonne image de l’Union Soviétique, les autorités ont évacué à la périphérie, alcooliques, marginaux et prostituées. Quelques-unes d’entre elles vont tenter de survivre.

Lev Dodine reprend la pièce Les Étoiles dans le ciel de l’aube, histoire dramatique en deux actes d’Alexandre Galine écrite en 1982.


Les Démons
- GENRE : CLASSIQUE
- DUREE : 9 heures avec entractes
- Pièce de Fédor Dostoïevski
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.

Dans une petite ville de province, de jeunes révolutionnaires veulent renverser l’ordre établi. Leur chef, Verkhovensky désigne Stavroguine, un jeune aristocrate, pour le remplacer à la tête de leur groupe. La petite ville devient alors le théâtre d’une série d’incendies et de meurtres…

Dostoïevski a publié Les Démons en 1871. Il citait Saint Luc en exergue : « Et les démons supplièrent Jésus de leur permettre d’entrer dans ces pourceaux. Il le leur permit ». Une œuvre prémonitoire qui annonçait le triomphe du nihilisme : « À regarder ce qui se passe en Russie, explique Lev Dodine, il n’est pas nécessaire de gloser sur l’actualité du roman prophétique de Dostoïevski.

Les démons se battent aujourd’hui pour le pouvoir, les démons fomentent des guerres, les démons commencent le XXème siècle en faisant des promesses extraordinaires et finissent par un krach retentissant. Trois ans durant notre théâtre a été envoûté par Dostoïevski cet éternel poseur de questions restées sans réponse ».


La Pièce sans nom (Platonov)
- GENRE : CLASSIQUE
- DUREE : 3h30 avec entractes
- Pièce de Anton Tchekhov
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.


Chaque été, une petite société se retrouve en villégiature chez une jeune veuve au fin fond de la province russe. Platonov, jeune aristocrate ruiné, devenu instituteur par dépit et pour manifester sa révolte contre la société, en est l’un des habitués. Mais ce séducteur n’est qu’un piètre Don Juan…

La plus mystérieuse des pièces du répertoire russe : on ignore quel titre elle devait avoir pas plus qu’on ne sait en quelle année elle a été écrite. Sans compter qu’elle fut retrouvée en 1920 dans le coffre d’une banque. Tchekhov l’aurait composée à dix-huit ans, ce qui explique sans doute sa rudesse et sa cruauté. La troupe du Théâtre Maly joue, dans un décor lacustre, La Pièce sans nom qui pour Lev Dodine est la vie même. La vie, qui n’est rien d’autre qu’une pièce sans nom.


Vie et destin
- GENRE : CONTEMPORAIN
- Pièce de Vassili Grossman
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.

“Le brouillard recouvrait la terre”… c’est par cette phrase que commence le roman-fresque Vie et destin dont l’ambition affichée était d’être le Guerre et Paix du XXe siècle. Son auteur, Vassili Grossman écrivain soviétique de renom, y faisait revivre l’URSS en guerre à travers la saga d’une famille dont les membres se retrouvaient plongés dans la vie quotidienne du peuple russe depuis Stalingrad assiégée jusqu’à Treblinka derrière l’offensive de l’Armée rouge.

Épopée que Vassili Grossman a vécue en tant que correspondant de guerre de l’Armée rouge. Mais, audace stupéfiante, il s’interrogeait aussi sur la terrifiante convergence du communisme de Joseph Staline et du nazisme d’Adolf Hitler : “le grincement combiné des fils de fer barbelés de la taïga sibérienne et du camp d’Auschwitz”. Pour aggraver son cas, Vassili Grossman, co-auteur avec Ilya Ehrenburg du Livre noir sur l’extermination des juifs par les nazis sur les territoires de l’URSS (qui sera immédiatement interdit en URSS) y revendiquait sa judaïté à travers l’évocation de sa mère assassinée par les Einsatzgruppen.

On ne s’étonnera donc pas qu’envoyé en 1960 à la rédaction d’une des plus prestigieuses revues soviétiques de l’époque pour être publié, le roman atterrit directement au KGB qui confisqua aussitôt le manuscrit, des brouillons jusqu’aux carbones. Indigné, Vassili Grossman envoya une lettre de protestation à Nikita Krouchtchev qui le fit recevoir par son préposé à l’idéologie. On lui confirma que son roman ne serait jamais publié, “pas avant 200 ou 300 ans”. À quoi on ajouta que Vie et destin était “un texte infiniment plus nocif et dangereux pour le pouvoir soviétique que le Docteur Jivago”.

Publié en Occident vingt ans après sa mort, à partir de copies cachées chez des amis, Vie et destin reste une œuvre majeure où Vassili Grossman, grand lecteur de textes philosophiques, dépeint la lutte éternelle du bien et du mal. Avec en dépit de tout une lueur d’espoir : “Il n’y eut pas de temps plus dur que le nôtre, mais nous n’avons pas laissé mourir ce qu’il y a d’humain dans l’homme”.

Créé et joué par les élèves de l’Académie théâtrale de Saint-Pétersbourg.


Oncle Vania
- GENRE : CLASSIQUE
- DUREE : 3 heures avec entracte
- Pièce de Anton Tchekhov
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.

Accompagné d’Elena, sa seconde et jeune épouse, le professeur Sérébriakov, à court d’argent, veut se retirer à la campagne où sa fille Sonia et l’oncle Vania exploitent le domaine familial. Oncle Vania et le docteur Astrov sont subjugués par Elena. Le drame, jusqu’alors latent, éclate lorsque le professeur propose de vendre la propriété.

Écrite en 1897, cette pièce cruelle dépeint une société en pleine décadence. C’est aussi une douloureuse méditation sur l’ennui, la laideur, la vieillesse, l’incompétence...

Lev Dodine, fidèle à l’auteur, a axé sa mise en scène sur la passion de la vie. Tôt ou tard, on se met à penser à sa vie passée comme à un trésor dont on n’a pas su user. Plus on donnera d’importance à ce passé, plus on aura le sentiment qu’on a raté sa vie. On aura beau se révolter, on finira par se soumettre. Les personnages de Tchekhov, et Oncle Vania le premier, finissent par se résigner. Car la mort est toujours victorieuse et la beauté ne sauve pas le monde.


Tchevengour
- GENRE : CONTEMPORAIN
- DUREE : 2 heures
- Pièce de Andreï Platonov
- Montée par Lev Dodine
- Spectacle en russe surtitré en français.


Monté sur sa haridelle « Force prolétarienne », Kopionkine, avatar moderne de Don Quichotte, arpente la Russie avec son compagnon Dvanov, en quête de « la génération spontanée du socialisme ». Ils arrivent à Tchevengour, un lieu singulier où une utopie nouvelle a été mise en pratique : les bourgeois ont été massacrés, le travail interdit. « 

Ici, c’est le communisme et vice versa » leur proclame-t-on. Dans cette Commune des gueux, la surveillance est constante, les réunions sont permanentes, la logorrhée ne tarit jamais et « le soleil, le seul à travailler, se lève sur l’indigence du pays ».

Tchevengour est le constat de l’absurdité d’un système né d’une idée utopique imposée à des paysans imprégnés du christianisme des pauvres. Écrit entre 1926 et 1929, ce roman interdit d’Andreï Platonov est paru en russe pour la première fois à Paris, en 1972.


MC 93
1, bd Lénine
93000 Bobigny

Plan d’accès :

- Métro : Bobigny-Pablo Picasso (ligne 5)
- Tramway : T1 ligne Saint-Denis/Noisy-le-Sec, station Hôtel-de-Ville/Maison-de-la-Culture
- Bus : 134-234-251-301 arrêt Hotel de ville de Bobigny ou 322 arrêt Centre commercial de Bobigny
- En voiture :
- A86 Saint-Denis ou Créteil (Sorties n°14 Bobigny/centre ville)
- A3 Porte de Bagnolet
- A1 Roissy
- N3 Porte de Pantin (Sorties Bobigny/centre ville)
Pour votre retour, pensez au covoiturage : merci d’avance à ceux qui ont un véhicule de se manifester (auprès du service d’accueil) pour rapprocher de leur domicile ceux qui n’ont pas de voiture.
- Parking : Paul Eluard (gratuit et surveillé)



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0