Accueil > Spectacles > Danse > Centenaire des Ballets Russes à Monaco

Centenaire des Ballets Russes à Monaco

Du 14 au 25 juillet 2009


La Russie à Monaco grâce au répertoire russe des Ballets de Diaghilev.
Les premières saisons des ballets vont permettre de révéler la Russie au monde.

Fondée dans le creuset des Théâtres Impériaux, la compagnie de Diaghilev emprunte d’abord son répertoire aux compositeurs nationaux du XIXe siècle.

A la suite de Glinka, le « Père de la musique russe » et de Dargomyjski, son continuateur, les compositeurs du « Groupe des Cinq » (Balakirev, Borodine, Cui, Moussorgski, Rimski-Korsakov) puisent dans le folklore et la musique populaire, les thèmes et les arguments de leurs œuvres.

Contemporains, Rubinstein, Tchaïkovski, plus tard, Scriabine et Rachmaninov s’éloignent peu à peu des thèmes russes.
On retrouve l’exaltation de l’âme slave et de l’histoire nationale parmi les « grands épigones » (Glazounov, Arensky, Tcherepnine, Liadov) ainsi que dans l’œuvre de Stravinsky et Prokofiev, deux élèves de Rimski-Korsakov.

Après le succès parisien de Boris Godounov (de Moussorgski) en 1908, la première saison des Ballets russes exalte l’exotisme slave et oriental. Opéras et ballets se succèdent : Les Danses polovtsiennes du Prince Igor (de Borodine) ; Le Festin (de Rimski-Korsakov, Borodine, Tchaïkovski, Glinka, Glazounov) ; Le Pavillon d’Armide (de Tcherepnine), Rousslan et Rumilla (de Glinka), Ivan le Terrible (de Rimski-Korsakov).

Parmi « les ballets authentiquement russes de la première période », pour reprendre l’expression de Serge Lifar, on compte : L’oiseau de feu et Petrouchka (de Stravinsky) ; auxquels on peut ajouter Les noces et le Rossignol (toujours de Stravinsky mais plus tardifs) ; Thamar (de Balakirev) ; Sadko (de Rimski-Korsakov) ; Khovantchina (de Moussorgski) ; les Contes Russes (Liadov).

Les premières tournées offrent aussi une ouverture vers l’Orient (Shéhérazade, Cléopâtre, Orientales), et n’oublient pas les œuvres romantiques comme Les Sylphides, Carnaval, Le Spectre de la Rose créé en 1911 à Monte-Carlo ou plus classiques comme Giselle et Le Lac des Cygnes.

Mais, si Diaghilev voulait révéler la Russie au monde, dit S. Lifar, à partir de 1912, il cherche des nouvelles formes d’art et à occidentaliser le répertoire en s’adressant notamment à des compositeurs français : Prélude à l’après-midi d’un faune (Debussy) ; Daphnis et Chloé (Ravel), évoquant la Grèce antique.

En 1913, le Sacre du Printemps inaugurait une ère nouvelle des Ballets Russes et du ballet en général.

Sonothèque José Notari - Vidéothèque
19 bd Princesse Charlotte 98000 Monaco
(+377) 93.30.64.48


A l’occasion du Centenaire des Ballets Russes, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo proposera lors de sa saison 2009/2010 des œuvres majeures du répertoire de la compagnie de Serge Diaghilev.
Pour n’en citer que quelques unes ; L’oiseau de Feu, Petrouchka, Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky, Shéhérazade de Nikolaï Rimsky-Korsakov ou encore Daphnis et Chloé de Maurice Ravel.
Le « Jeune Public » ne sera pas oublié, avec des concerts spécialement conçus autour des œuvres emblématiques des Ballets Russes.
Ces célébrations nationales entre héritage et modernité renforcent les liens de collaboration entre les différentes entités culturelles de la Principauté afin de donner toute son ampleur au Centenaire des Ballets Russes.

L’Orchestre, pivot de ces manifestations, accompagnera les Ballets de Monte-Carlo, se produira dans le cadre du Printemps des Arts et du Monaco Dance Forum.

Pour marquer cette saison, l’Orchestre réalisera également ses premiers enregistrements avec son nouveau Directeur Musical, Yakov Kreizberg : Shéhérazade, Pulcinella, L’oiseau de Feu, Petrouchka, etc.


La Bibliothèque Louis Notari à Monaco se met à l’heure du centenaire des Ballets Russes en fêtant son propre centenaire et en offrant une bibliographie unique sur Serge de Diaghilev

La Bibliothèque Louis Notari, qui célèbre elle aussi son centenaire en 2009,se met à l’heure des ballets russes en mettant à la disposition du public une bibliographie sélective permettant de découvrir ou redécouvrir les grandes heures des Ballets Russes de Diaghilev.

De la biographie de R. Buckle (Diaghilev) aux récits de V. Fédorovski (L’histoire secrète des ballets russes, Diaghilev et Monaco), en passant par les témoignages de S. Lifar (Diaghilev.

Sa vie, son œuvre, sa légende) ou encore les Mémoires de Diaghilev, le lecteur peut prendre toute la mesure de la créativité et de l’audace du « Tsar de la danse ». Les nombreuses biographies des danseurs, danseuses et chorégraphes de la troupe (Nijinski, Nijinska, Lifar, etc.), témoignent de l’empreinte qu’il laissa sur ses protégés.

Des catalogues d’expositions fournissent une documentation importante sur les costumes et les décors commandés par Diaghilev.

Les programmes originaux de la saison des Ballets Russes, les ouvrages rares ou dédicacés sont consultables au Fonds Régional (Le livre de la danse illustré par Picasso et A l’aube de mon destin chez Diaghilew : 7 ans aux ballets russes, dédicacé par Lifar, Fokine illustré par L.V.Molné), Les Ballets de Monte-Carlo préfacé par J. Cocteau, et plus encore, Le Ballet de B. Kochno avec des lithographies originales de Picasso rappellent les contributions d’artistes majeurs du XXe siècle.

Pour ceux qui visent à approfondir le sujet, et mesurer l’influence des Ballets dans l’histoire de la danse et l’histoire de l’art en général, on consultera : L’art du ballet des origines à nos jours ; La danse : des ballets russes à l’avant-garde ; La folle époque : des ballets russes au surréalisme, etc.

Enfin, la sonothèque propose une discographie sélective afin d’écouter et réécouter les œuvres musicales qui traversent le temps.

8 rue Loius Notari, 98000 Monaco
+377 93 15 29 40


Programme

La Principauté offre comme chaque année une actualité très diversifiée, avec des évènements culturels et de nombreux spectacles…….très attractifs.

2009 et 2010 marqueront la célébration des Ballets Russes à Monaco. L’ensemble des entités culturelles de la Principauté de Monaco, se sont rassemblées pour faire de cet anniversaire un événement digne de la créativité géniale de Serge de Diaghilev, le créateur des Ballets Russes.

Programmations exceptionnelles des Ballets de Monte Carlo, du Monaco Dance Forum, de l’Orchestre Philharmonique de Monte Carlo, du Printemps des Arts… ou expositions uniques (Nouveau Musée National de Monaco, …) viendront animer cette célébration artistique qui se déroulera sur 12 mois.

- 1. Etonne-Moi Serge Diaghilev et les Ballets Russes à la Villa Sauber du 9 juillet au 27 septembre 2009 et, Salle des Arts du Sporting d’Hiver du 9 juillet au 30 août 2009 .

L’exposition du Nouveau Musée National de Monaco « Etonne-moi ! » Serge Diaghilev et les Ballets Russes ouvre le début de cet anniversaire, riche de deux cents œuvres liées aux saisons russes produites entre 1909 et 1929, centrée sur la personnalité de Diaghilev.

- 2. En parallèle, Exposition Moscou, Splendeur des Roumanov, du 11 juillet au 13 septembre 2009 « Moscou, splendeurs des Romanov », présentée du 11 juillet au 13 septembre 2009. qui dévoilera en 500 chefs d’œuvres combien Moscou au XIXe siècle est une véritable capitale artistique sous le règne des derniers tsars, Alexandre III et son fils Nicolas II.

- 3. Puis, les Nuits de la Danse du 14 au 25 juillet 2009,s ur les terrasses du Casino, adossées à la majestueuse salle Garnier, les Nuits de la Danse seront le rendez-vous de créations artistiques laissant planer, un air venu des Ballets russes.

- 4. Enfin ,50° Anniversaire des Concerts au Palais Princier 12, 16, 23, 26 Juillet 2009, 2 et 6 Août 2009 .
Depuis 1959, Son Altesse Sérénissime le Prince Rainier III et le directeur musical de l´Orchestre, Louis Frémaux, ont inauguré une saison estivale, qui, dannée en année est devenue le rendez-vous obligé des amateurs de musique de provenance internationale.

- 5. Et L’incontournable Concours International de feux d’artifices pyromélodiques organisé par la Mairie de Monaco embrasera le ciel monégasque pour quatre splendides ssoirées.



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0