Accueil > Spectacles > Opéra > ’Macbeth de Verdi’ à l’Opéra Bastille par Dmitri Tcherniakov (COPRODUCTION AVEC (...)

’Macbeth de Verdi’ à l’Opéra Bastille par Dmitri Tcherniakov (COPRODUCTION AVEC L’OPÉRA DE NOVOSSIBIRSK)

Du 4 avril au 8 mai 2009


Le metteur en scène Dmitri Tcherniakov expose sa vision de l’oeuvre de Verdi qu’il met en scène à l’Opéra Bastille du 4 avril au 8 mai 2009.

Le metteur en scène Dmitri Tcherniakov expose sa vision de l’oeuvre de Verdi qu’il met en scène à l’Opéra Bastille du 4 avril au 8 mai.

Cet opéra de Verdi m’a donné beaucoup de mal. Pendant longtemps, je n’y ai rien compris. Je dirais même plus : je n’ai jamais pensé qu’un jour il me serait donné de le mettre en scène. J’ai toujours reconnu sa théâtralité et sa puissance évocatrice, mais tout en lui déniant véritable sérieux et profondeur. La proposition qui m’a été faite de monter Macbeth m’a tout d’abord, je l’avoue, plongé dans le désarroi. Mais aujourd’hui, alors que j’y suis vraiment et pleinement engagé, j’éprouve une intense émotion à son écoute.

Je me suis volontairement efforcé de ne penser que très peu à Shakespeare, pour n’avoir devant moi qu’une seule et unique œuvre : l’opéra. Et ce Macbeth de Verdi qui auparavant m’apparaissait comme une chose simplette, linéaire et « à grosse mouture » a fini par me poser les mêmes questions difficiles que celles posées par Shakespeare. Pourquoi les sorcières, et qui sont-elles en réalité ? Pourquoi jettent-elles leur dévolu justement sur Macbeth et qu’attendent-elles de lui ? Contre qui Macbeth se bat-il durant toute cette histoire ? Quel rôle dans son destin joue, en fin de compte, sa femme, Lady Macbeth ? Et, enfin, qu’est-ce qu’il lui prend de tuer Duncan ? Et cela n’est qu’une partie des questions très complexes auxquelles j’ai tenté de répondre en imaginant ce spectacle.

Nous concentrons toute l’action dans un espace très réduit, où les gens vivent entassés. C’est une sorte de petite ville qui a sa hiérarchie propre, ses « hautes sphères » et ses « bas-fonds », ses courants et ses oppositions. C’est une espèce de société humaine qui au cours de notre récit présente des facettes très diverses, parfois même effrayantes. Bien entendu, il n’y aura pas dans notre spectacle de tueurs nés, de criminels invétérés ni de malheureuses victimes de la perfidie. Personne ne sera univoque, tout comme la vie qui ne nous propose jamais de solutions univoques. Nous ne blâmons pas, ne condamnons pas ; bien plutôt, nous observons, nous sommes les témoins d’une expérience. Quant à la question de la reconnaissance et des références, que chacun des spectateurs la résolve pour lui-même.

- GIUSEPPE VERDI (1813-1901)
- MacbethMelodramma en quatre actes (1847)
- Livret de Francesco Maria Piave
- D’après la tragédie de William Shakespeare
- En langue italienne
- Direction musicale Teodor Currentzis / Piotr Belyakin (17 avril)
- Mise en scène, décors et costumes Dmitri Tcherniakov
- Chef des Choeurs Alessandro Di Stefano
- Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

- Dmitri Tcherniakov met en scène Macbeth de Verdi
- Macbeth de Verdi : Témoins d’une expérience par Dmitri Tcherniakov

- Macbeth : Dimitris Tiliakos
Banco Ferruccio Furlanetto / Dmitri Ulianov (5, 8 mai)
- Lady Macbeth : Violeta Urmana / Larissa Gogolevskaya (29 avril et 5 mai)
- Dama di Lady Macbeth Letitia Singleton
- Macduff Stefano Secco / Oleg Wideman (5, 8 mai)
- Malcolm Alfredo Nigro
- Medico Yuri Kissin

L’Opéra Bastille, 130, rue de Lyon
Paris



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0