Accueil > Expositions > Igor Kralik, sans abri à Paris. Grand artiste slovaque !

Igor Kralik, sans abri à Paris. Grand artiste slovaque !

Du 17 au 25 avril 2009


Igor Kralik grandit en Tchécoslovaquie communiste. À la chute du bloc soviétique, il connaît les fastes et les excès d’une vie nouvelle où tout semble possible. Argent, filles, alcool… Le temps est à l’insouciance. Mais les déboires financiers le rattrapent.

Sur la piste de Loup des Carpathes


Brut de décoffrage, c’est ainsi qu’on pourrait qualifier le témoignage d’Igor Kralik. Son histoire n’a ni début ni fin, presque ni queue ni tête. Elle est pourtant terriblement réelle. C’est celle d’un homme qui vit dans la rue, que l’absence de statut social condamne au silence alors qu’à l’intérieur, son âme fait un raffut de tous les diables. Dans une langue imparfaite et reproduite telle quelle, illustrée de dessins rageurs où transpire l’urgence de se raconter, il livre un regard limpide et une parole lapidaire sur le monde qui nous entoure et avec lequel il faut bien vivre.

Igor Kralik, sans abri à Paris

Igor Kralik grandit en Tchécoslovaquie communiste. À la chute du bloc soviétique, il connaît les fastes et les excès d’une vie nouvelle où tout semble possible. Argent, filles, alcool… Le temps est à l’insouciance. Mais les déboires financiers le rattrapent.

En 2006, il quitte la Slovaquie pour s’installer en France, où il espère reprendre pied. Arrivé à Paris, ses maigres ressources s’épuisent rapidement : en guise de vie nouvelle, il se retrouve à la rue. La rue où il commence à dessiner sur des papiers trouvés dans les poubelles. La ville devient alors son atelier, les exclus ses modèles, et la misère le sujet d’une œuvre à la fois brutale et sensible.

A l’espace des Blancs-Manteaux, Paris 04e

Espace Blancs Manteaux
48 rue Vieille du Temple
75004 Paris
Tel : 01.44.54.75.79



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0