Accueil > Spectacles > Danse > ShowCase Trilogy avec ’Le Sacre du printemps’ d’Igor Stravinsky

ShowCase Trilogy avec ’Le Sacre du printemps’ d’Igor Stravinsky

Le 6 février 2009 à partir de 20h30


Let’s danse : 2 danseuses et un danseur s’emparent d’un espace vide et limité. Une étendue blanche prometteuse des feux de la rampe. Cela nous emmène dans un univers loufoque plein d’énergie avec une version du ’Lac des cygnes’ de Tchaïkovski irrésistible et pleine d’auto dérision.

Evénement se déroulant le 6 février 2009 à partir de 20h30

- Danse Contemporaine
- Durée : 1h10
- Tarif C
- Par la compagnie Etant Donné
- Conception : Frédérike Unger et Jérôme Ferron
- Interprétation : Marie Rual, Frédérike Unger et Jérôme Ferron

Cette trilogie explore l’idée de beauté, de temps et d’espace. Les danseurs s’emparent de ces notions pour montrer leur vision ludique, iconoclaste, décalée et pleine de dérision. Ils n’hésitent pas à utiliser les musiques consacrées par la danse classique pour les transformer, leur donner une autre résonance. Ils associent également la projection d’images en contrepoint ou en complémentarité des corps en mouvement.

Beauté plastique : Solo pour 2 danseuses autour de la figure féminine sur ’’Le Sacre du printemps’’ d’Igor Stravinsky. La femme comme modèle de beauté, une beauté normalisée, stéréotypée, standardisée peut être même sacrifiée. C’est donc un combat entre une femme et son modèle plastique.

Laps : Solo pour 1 danseur en short sur ’’Le Boléro de Ravel’’. La répétition infernale du danseur, l’effort qui dure jusqu’à l’épuisement, et le temps qui s’accélère ou qui ralentit, une performance physique toujours en décalage avec ce temps qui fuit inexorablement.

Let’s danse : 2 danseuses et un danseur s’emparent d’un espace vide et limité. Une étendue blanche prometteuse des feux de la rampe. Cela nous emmène dans un univers loufoque plein d’énergie avec une version du ’’Lac des cygnes’’ de Tchaïkovski irrésistible et pleine d’auto dérision.

Etant-Donné a présenté cette création lors du festival Automne en Normandie 2007 et beneficie d’un soutien de l’éclat depuis 2005 par un accueil régulier sur le plateau.

Théâtre L’Eclat
Place du Général de Gaulle
27500 Pont-Audemer



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0