Accueil > Spectacles > Concerts > Elena Frolova chante Marina Tsvétaeva, Alexandre Blok , Anna Akhmatova, (...)

Elena Frolova chante Marina Tsvétaeva, Alexandre Blok , Anna Akhmatova, Andrei Bely, Osip Mandelstamm, Sofia Parnok, Arséniy Tarkovsky

Le 2 février 2009


La carrière d’Elena Frolova auteur compositeur de chansons a commencé en 1988 au festival Soviétique National de Talinn. La puissance et l’originalité de son talent ont tout de suite été reconnues par des très grands de la chanson poétique russe, comme Sergei Nikitine, Elena Kambourova, Veronika Dolina, Dmitri Sukharev.

Le poète et chanteur Andrei Anpilov écrivait : " Dès la première ligne on a ressenti presque physiquement un talent aigu, très rare -vocal bien sûr, mais surtout, spirituel.

Un talent dont on ne sentait pas les limites, le " plafond ". Je n’oublierai jamais l’une de ces chansons où Elena d’un couplet à l’autre faisait toujours monter l’intensité, libérant toujours plus d’énergie. Au moment où elle avait clairement atteint la limite, et où il était, semblait-il, impossible d’aller plus loin, Elena a fait comme un bond dans un espace parallèle, mystérieusement inaccessible, avec la légèreté d’un oiseau. C’était de la magie. "

Elena Frolova consacre une partie importante de son travail à la chanson d’après des textes poétiques du "siècle d’agent "russe. Marina Tsvétaeva, Alexandre Blok , Anna Akhmatova, Andrei Bely, Osip Mandelstamm, Sofia Parnok, Arséniy Tarkovsky, mais aussi de poètes qui ont été les grands continuateurs de ceux-là : Iosif Brodsky et Léonid Goubanov. Une poésie de ce niveau se prête très rarement, voire exceptionnellement à une expression chantée. L’art d’Elena Frolova correspond justement à ce cas extrêmement rare et exceptionnel. Son interprétation musicale de textes complexes et riches de profondeurs nous frappent par leur audace, leur force et leur précision. " Ce n’est même pas tant une sensibilité au mot qu’une sensibilité à ce qui va par delà les mots " (V. Guénine). Ces recueils de chants - poèmes, parmi lesquels celui qu’elle consacre à Tsvétaeva sera particulièrement remarqué, l’ont rendue très célèbre dans les cercles d’amateurs de poésie et de chanson poétique d’auteur.

Le chant d’Elena Frolova s’inscrit dans l’ancienne tradition des bardes, ces chanteurs conteurs de la Russie médiévale, dont les chanteurs-poètes sont les héritiers modernes. Accompagnée de gousli – cette cithare russe qu’elle ressuscite- ou à la guitare, elle chante ses propres textes, des chants populaires, des couplets mystiques, et les poètes du Siècle d’Argent et leurs successeurs : Mikhaïl Kouzmine, Marina Tsvetaeva, Anna Barkova, Sophia Parnok, Iossip Brodsky... Le chant caresse le mot, la douceur de sa voix confidente vous ouvre des mondes lointains…mais parfois, elle devient plainte, déchirure d’une extraordinaire violence

Théâtre de la ville

Les Abbesses
31, rue des Abbesses 75018 Paris
Métro 12 Abbesses
Le 2 février 2009

Entrées :
- réduit : 12€ pour les - de 30 ans.
- normal : 17€.



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0