Accueil > Festivals > Festival ’Le Temps d’aimer la danse’ très slave

Festival ’Le Temps d’aimer la danse’ très slave

Du 12 au 21 septembre 2008


Radu Poklitaru, le chorégraphe et fondateur du Kiev Modern Ballet appartient à cette nouvelle vague de chorégraphes de l’ancien bloc de l’est.

La danse est devenue un axe majeur de la politique culturelle de Biarritz. Né de la nostalgie d’un lointain passé où notre cité accueillit les plus grandes compagnies de ballets du monde, un festival a été l’étincelle qui ralluma la passion de la danse.

La vertu essentielle du Temps d’Aimer n’est pas seulement de faire vivre un moment fort au spectacle vivant mais bien d’être un semeur, un démultiplicateur d’une discipline artistique que l’on prétend élitiste mais qui touche au plus profond du peuple dans le Pays basque qui chante et danse depuis des siècles.

Le Temps d’Aimer est devenu le terreau sur lequel a fleuri un Centre Chorégraphique National que le Ministère de la Culture a pour habitude d’implanter dans les métropoles régionales, le Ballet Biarritz de Thierry Malandain qui fait désormais briller le nom de notre ville sur les scènes des plus grandes capitales, un Conservatoire richement équipé lieu référence de formation, un stage parmi les plus huppés d’Europe, un Concours international et un cursus scolaire au lycée Malraux.

Le directeur artistique du festival ne déroge pas à la règle qui a fait du Temps d’Aimer une référence, avec une programmation originale, éclectique et ambitieuse qui fait la part belle à toutes les danses du hip-hop à la danse classique, et à tous les pays d’Europe et d’Asie.

- Le samedi 20 septembre 2008 ’Ballet de l’Opéra de Macédoine, spectacle, Schéhérazade’

Danse des mille et une nuits.

Les compagnies qui défendent exclusivement le répertoire classique sont aujourd’hui peu nombreuses.Le Ballet de l’Opéra de Macédoine, dans la tradition de l’école des Ballets russes embrasse fièrement depuis 60 ans cette mission tout en restant attentif à son époque.

Schéhérazade, chorégraphiée par Fokine en 1910, appartient justement au répertoire des grands ballets.

Son adaptation par le chorégraphe russe Mikhail Krapivin, souligne l’enchantement d’une histoire orientalisante portée par des danseurs d’exception.

Ballet de l’Opéra de Macédoine
Chorégraphe : Mikhail Krapivin

Le samedi 20 septembre 2008 :
- Samedi de 21:00 à 22:00


- Le jeudi 18 septembre 2008 ’Kiev Modern Ballet - Boléro - et - The rain’

Festival Le Temps d’aimer la danse 2008

L’Est dansant.

Radu Poklitaru, le chorégraphe et fondateur du Kiev Modern Ballet appartient à cette nouvelle vague de chorégraphes de l’ancien bloc de l’est.

Héritier affranchi de l’école russe, il a su mettre la traditionnelle technique classique russe au service d’un langage actuel.

Kiev Modern Ballet
Chorégraphe : Radu Poklitaru

Le jeudi 18 septembre 2008 :
- Jeudi de 21:00 à 22:30


- Le jeudi 18 septembre 2008 à 15h00
DOCUMENTAIRE - LA DANSE EN HERITAGE ’RAYMONDA de Rudolf Noureev’
AUDITORIUM DE LA MEDIATHEQUE

REVES D’ETOILES : RAYMONDA

1999, 1H20
REALISATION : FRANÇOIS ROUSSILLON

En 1983, alors qu’il vient d’être nommé directeur de l’Opéra de Paris, Rudolf Noureev remonte le ballet « Raymonda » d’après la chorégraphie de Marius Petipa, sur une musique d’Alexandre Glazounov. En 1998, en hommage à la danseuse étoile Yvette Chauviré, les danseurs qui ont créé « Raymonda » quinze ans plus tôt le transmettent à la nouvelle génération d’étoiles et livrent leurs souvenirs, illustrés par de larges extraits du spectacle.

Accès libre


64200 Biarritz
Tel : 05 59 22 37 10 (Office de Tourisme)

Infos pratiques :
- Du 12/09/08 au 21/09/08 à 11:00 : Ts les jours
- Informations réservations : Office du tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66

Entrée :
- Plein tarif (prix variable selon les spectacles) : 11.70 € - 36.80 €



Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0