Accueil > Livres > La plupart ne reviendront pas. Vingt-huit jours dans une poche du front (...)

La plupart ne reviendront pas. Vingt-huit jours dans une poche du front russe (hiver 1942-1943)

Le 24 mai 2008


Mobilisé par l’armée italienne en 1942, Eugenio Coati, l’auteur du Cheval rouge, prend part, comme jeune officier d’artillerie, à l’épopée du Front de l’Est.

Encerclées dans une poche aux côtés de la 298e division allemande, plusieurs divisions italiennes, désemparées, vont être anéanties par un ennemi féroce et un froid polaire. Seuls quelques-uns des 30 000 compagnons du jeune écrivain retrouveront leur patrie, l’Italie. De ce fourvoiement honteux que l’on s’efforçait d’oublier - l’alliance avec l’Allemagne -, la campagne de Russie était l’épisode le plus douloureux.
Une génération entière avait été engloutie dans cette guerre qui n’était pas la sienne, absorbée à jamais par l’immensité russe et les camps. L’un des rares survivants de cet enfer en avait rapporté un récit minutieux, insoutenable de précision, et pourtant porté par une inextinguible espérance.

Titre : La plupart ne reviendront pas. Vingt-huit jours dans une poche du front russe (hiver 1942-1943)
Auteur : Eugenio Corti, François Livi (Traducteur)
Paru le : 24/04/2008
Editeur : SERPENT A PLUMES (LE)
Isbn : 978-2-268-06527-4 / Ean 13 : 9782268065274
Prix éditeur : 9,00 € : 11,0cm x 17,0cm x 2,5cm

Disponible chez :



La parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0