Accueil > Cinéma Russe > Film israélien-russe ’Petits héros’

Film israélien-russe ’Petits héros’

Sortie en salle : 26 Mars 2008


Ce film nous offre un regard sur la réalité sociale et le quotidien des enfants dans la banlieue d’Ofakim. Cette ville en plein essor, située dans la région aride du Néguev au sud d’Israël, accueille de nombreux immigrants venus de l’Europe de l’est (la Russie, l’Ukraine). Au coeur d’une terre aride, Alicia, une fillette russe immigrée dotée d’un pouvoir surnaturel pressent un danger imminent.

Le film nous plonge avec une véritable âme d’enfant dans un récit captivant où un amour de jeunesse revient bousculer une vie qui semble être en arrêt sur image. On se laisse entraîner avec émotion par cette histoire d’enfants. Le film aborde avec sérieux les sujets qui peuvent les toucher, que ce soit le rapport avec les parents, les enseignants ou avec les autres élèves de la classe. A ceci s’ajoute des thèmes plus durs tel que la perte d’un être cher.

- Titre : Petits Héros
- Titre Original : Giborim Ktanim
- Langue : Hébreu & Russe
- Sous-titres : Français
- Durée : 1h16

Avec :

- Alon Lysy : Erez
- Anastasia Safonov : Alicia
- Daniel Damidov : Lev
- Nir Zwickel : Lior
- Dana Ivgy : Liron
- Avigail Ariely : Anat
- Miki Kam : Ruhama
- Zion Barouch : Avi
- Lucy Dubinchik : Marina
- Amos Tamam : l’officier de police

Au coeur d’une terre aride, Alicia, une fillette russe immigrée dotée d’un pouvoir surnaturel pressent un danger imminent. Sur son chemin, elle rencontre Erez, un jeune écorché vif en quête de reconnaissance. Ce dernier, sous le charme mais dans le doute, décide de la suivre.
Accompagnés de Lev, un adolescent drôle et attachant, nos petits héros embarquent en secret dans cette aventure où bien des obstacles les attendent.

L’histoire est tirée de la nouvelle « Lending a hand » du livre « Soon » de Eran B.Y. L’auteur a adapté lui-même le scénario.
C’est un des premiers longs métrages israéliens fait pour les enfants. Il nous offre un regard sur la réalité sociale et le quotidien des enfants dans la banlieue d’Ofakim. Cette ville en plein essor, située dans la région aride du Néguev au sud d’Israël, accueille de nombreux immigrants venus de l’Europe de l’est.

Des clivages opposent israéliens et nouveaux immigrants, ville et Kibbutz. L’aventure contée par Petits Héros n’est qu’un prétexte pour conter la tolérance, l’apprentissage de la différence et la solidarité. Petits héros parle de l’exclusion tout en proposant une issue joyeuse aux préjugés et aux conflits. Filmé de manière réaliste, ce long métrage est toutefois nimbé de magie. Il dépeint l’univers des enfants, leur malice, leurs bagarres et leur complicité face aux adultes.

Le chemin que les enfants vont parcourir symbolise leur passage de l’enfance à l’adolescence. Au fil du trajet, ils apprennent à mieux se connaître, à s’entraider mutuellement, et à partager leurs souffrances.

Le monde qu’ils s’inventent, et qui prendra vie autour d’eux, ne sera que la transcription de leurs problèmes et une manière de les affronter différemment. Le film, beaucoup plus encré dans le réel que ne laisse paraître l’affiche, s’adresse donc directement aux enfants de 7 à 17 ans qui s’identifieront facilement aux deux héros de cette aventure plus humaine qu’extraordinaire !

Petits Héros nous rappelle aussi qu’il ne faut pas oublier « le Héros qui sommeille dans le coeur de chacun d’entre nous ».

La limpidité de l’histoire est un atout pour initier le jeune public à la version originale sous-titrée. Simple mais prenante, l’intrigue de Petits Héros permet aux jeunes spectateurs de se raccrocher au film, même si quelques dialogues leur échappent.


Itai Lev est né le 28 octobre 1970 à Kfar-Saba en Israël. Après avoir étudié à l’Université de Tel Aviv, il occupe plusieurs postes à Channel 2 avant de réaliser des documentaires.
Attiré par la fiction cinématographique, il écrit, produit et réalise un moyen métrage intitulé Hardonimavant de se lancer dans son premier long métrage en 2001 avec A Five Minute Walk (Hamesh Dakot Behalicha ). Ce polar urbain filmé en noir et blanc reçoit d’excellentes critiques.

En 2006, avec un budget plus conséquent, il change de genre et tourne son deuxième long métrage Petits Héros (Giborim Ktanim), une fable humaniste pour enfant dans la lignée de Stand by me.
Il remporte de nombreux prix jeunesse dans des festivals internationaux.

Actuellement, Itaï achève la réalisation de deux longs métrages : Cha Cha Cha et Sea Salt dont les sorties sont prévues en 2008.

Selon Itay Lev, pour diriger des enfants devant la caméra, Il a fallu s’armer de beaucoup de patience. J’ai dit aux enfants que nous allions faire un long et difficile voyage durant lequel j’attendais d’eux qu’ils deviennentdes " Héros ". Chaque soir, nous parlions ensemble des évènements de la journée et de ceux du lendemain. Je dois avouer que la scène du bus a été particulièrement éprouvante, car il a fallu gérer quarante enfants pendant dix heures. Après six mois de travail entre la préparation, les répétitions et le tournage, cette belle aventure a renforcé notre amitié."


Anastasia Safonov (Alicia)

Originaire de Russie, la famille Safonov immigre à
Bat Yam quand Anastasia a 4 ans.
De parents comédiens, Anastasia débute sur les écrans
par des spots publicitaires. Sa présence et l’intensité de
son regard donne à Anastasia une aura de mystère qui
lui permet de décrocher le rôle d’Alicia dès sa
première rencontre avec le réalisateur.


Daniel Damidov (Lev)

Originaire de Tel Aviv, Daniel est issu d’une famille de
comédiens très connus en Israël.

Lorsque Daniel accompagne son jeune frère à l’audition
de Petits Héros, le réalisateur le remarque aussitôt.
Grand, parlant couramment russe et surtout très drôle,
Daniel a exactement le profil de Lev, le frère d’Alicia
dans le film.


Alon Lysy (Erez)

Originaire de Mevasheret Zion, Alon décroche le rôle
grâce à sa performance dans Bravo ( concours international
de jeunes talents ). Nageur de haut niveau, volontaire
avec du charisme, Alon a le charme du jeune
aventurier en herbe.


Nir Zwickel (Lior)

Originaire de Or Yehuda, Nir n’a quant à lui, aucune
expérience dans le monde du cinéma et du spectacle.
Lors de la Bar-Mitzvah de son frère, il improvise un petit
spectacle qui charme et fait rire les invités. Le
producteur qui fait partie de l’assemblée est conquis par
la vivacité et l’espièglerie de Nir. Il est immédiatement
sûr que le rôle de Lior lui ira comme un gant.


La limpidité de l’histoire est un atout pour initier le jeune public à la version originale sous-titrée.

Simple mais prenante, l’intrigue de Petits Héros permet aux jeunes spectateurs de se raccrocher au film, même si quelques dialogues leur échappent.




Ce qui, en français, a l'air de sonner, bien traduit en russe peut être très vilain. Alexandre Soumarokov

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0