Accueil > Spectacles > Théâtre > Maïakovski et son oeuvre lue au Festival d’Avignon

Maïakovski et son oeuvre lue au Festival d’Avignon

Du 22 au 25 Juillet 2007 à 19h30 au Centre européen de Poésie d’Avignon


Souffrant d’extinctions de voix qui l’empêchent de déclamer ; brisé par sa relation douteuse avec Lili Brik, poète maudit, Maïakovski met fin à ses jours. En se suicidant d’un coup de revolver, le 14 avril 1930 à dix heures et quart, Vladimir Maïakovski est entré dans la légende.

Maïakovski et son oeuvre lue au Festival d’Avignon (invitations pour toutes personnes venant du site) : Récital poétique en chantier du 22 au 25 Juillet 2007 à 19h30 au Centre européen de Poésie d’Avignon.

L’expérience d’une performance électro-acoustique et poétique à la frontière du théâtre et de la musique... Cette présentation de choix de travaux en cours est une traversée sonore dans l’œuvre révoltée et lyrique du poète russe Vladimir Maïakovski (né en 1893 et coup de revolver en 1930).


Maïakovski est apparu sur la scène poètique russe comme le type du poète moderne, capable de composer mentalement un poème de 1 500 vers, agitateur et propagandiste infatigable, dessinateur d’affiches, conférencier...

A seize ans, Vladimir Vladimirovitch Maïakovski (1893-1930) fit la connaissance des prisons du tsar de toutes les Russies pour propagande sociale-démocrate. A vingt ans, il publiait son premier recueil de poèmes : Moi ! et faisait représenter sa première pièce Vladimir Maïakovski à Pétersbourg. Elle fut ’sifflée à y percer des trous’, notera-t-il dans son autobiographie.

En 1914, sa rencontre avec Lili Brik, la sœur d’Elsa Triolet, bouleverse totalement sa vie. Fille d’un juriste et d’une mère musicienne, née à Moscou, en 1891, dans une famille juive, Lili Kagan, que l’histoire retiendra sous le nom de Lili Brik, fut la sour aînée d’une certaine Elsa (Kagan), devenue par mariage d’abord Triolet - du nom d’un officier français en mission à Moscou, et puis en 1917 - Aragon.

Lorsque Elsa Kagan présenta Maïakovski au jeune couple Brik et qu’elle demanda au poète de lire ses poèmes, Ossip et Lili prirent aussitôt conscience de son immense génie. Maïakovski, amant d’Elsa Kagan, à peine âgée de dix-sept ans, tombe éperdument amoureux de sa sœur Lili de dix-neuf ans, déjà mariée à Ossip Brik. Elsa, non sans chagrin, perdit Maïakovski qui s’installa dans la vie de sa sour. S’établit alors une sorte de ménage à trois. Ossip considéra la liaison de sa femme avec " le regard d’un ami affectueux " tout en demeurant le mari...

Il lui dédie Nuage en pantalon et compose pendant les années de guerre, La guerre et le monde et l’Homme. La révolution des Soviets l’absorbe ; il fait de son art un instrument politique mais, révolutionnaire et dissident dans l’âme. Adoré de la jeunesse, il parcourt l’Union soviétique pour lire ses œuvres à haute voix.

Une telle personnalité ne pouvait qu’entrer en violente opposition avec l’ensemble des bureaucrates, des écrivains et critiques conformistes : « Je joue des coudes à travers la bureaucratie, les haines, les paperasses et la stupidité ».

Les deux pièces de Maïakovski, la Punaise (1920) et les Bains (1929), sont des satires de l’esprit bureaucratique et petit-bourgeois, furent très mal accueillies par la critique officielle : l’Association des écrivains prolétariens, dont Maïakovski faisait partie, entreprit de « rééduquer » le poète en le dénigrant systématiquement. La rupture avec Lili, en 1925, le mène à New York, puis Paris.

New York 1925. Vladimir Vladimirovitch Maïakovski rencontre à Manhattan, émigrée russe " Elly Jones ", née Elisavetta Zibert. Ils se promenaient sur le pont de Brooklyn, à Broadway. Ils s’aimaient dans une chambre de Manhattan. Mais cette passion partagée ne dure que trois mois : Vladimir Maïakovski doit quitter les Etats-Unis. Harcelé par les télégrammes de Lily Brik, il n’a pu rester longtemps. L’amour était toujours aussi ardent, bien qu’ils n’aient pu même s’écrire : la censure et Lily Brik qui veillait..

Le coup de foudre entre le grand poète soviétique et une belle traductrice Russe, porte ses fruits. Vladimir Maïakovski a eu une fille en Amérique. Patricia J. Thompson.

Patricia J. Thompson ne porte pas Lili Brik dans son cour. Elle voit en elle une aventurière qui réclamait sans cesse de l’argent à Maïakovski et un agent du KGB. " Lili Brik a épousé un général du KGB en 1943.

"À bas votre amour, à bas votre art, à bas votre société, à bas votre religion" sont selon lui les quatre cris du Treizième apôtre. Dans ce résumé, écrit plus tard comme un slogan, on ne reconnaît plus sa tendresse fragile, lui qui a tant dit sur l’amour, lui dont le fracas tonitruant dissimulait mal « les myosotis de son âme".

Maïakovski "l’archange au pas de fonte" écrira quelques mois avant sa mort, qu’il n’aura fait que "piétiné la gorge" de son "propre chant" pour un avenir qu’il n’entrevoyait plus.

Il se tire une balle dans le cœur le 14 avril 1930 à Moscou, à l’âge de 37 ans. Il écrivit sa propre épitaphe : "La barque de l’amour s’est brisée contre la vie courante. Comme on dit, l’incident est clos... ». Ses derniers mots sont : « Soyez heureux ».

Durée : 30 mn
Réservations : 04 90 82 90 66
Entrée sur participation libre 4/6, rue Figuière 84000 AVIGNON



Ce n'est pas le champ qui nourrit, c'est la culture. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0